Aberration? Construire une mosquée là où il n’y a ni eau potable , ni école, ni un dispensaire? Le cas de la Commune de Foudhoul – Tunisie/ Alba Malta North Africa


Aberration? le cas de la petite commune de Foudhoul ( gouvernorat de Siliana)

à 176 km de Tunis…..

C’est dans une Tunisie avec de fortes tensions sociales, face à la pauperisation générale, l’accroissement énorme des inégalités sociales, la privatisation de pans entiers de l’économie nationale, que dans la petite commune de Foudhoul , à 176 km de Tunis, là où les petits éleveurs n’ont ni eau potable, ni école et ni dispensaire médicale……. que l’on construit une mosquée. Nous nous y sommes rendus avec l’Association JASSER-

Quelques Chiffres: ( 2014 ) INS : Population :  Masculine: 1 132,0 – Feminine: 1 167,0 – Logements : 462,0- Nombre de ménages: 468,0- Voici tous ceux que l ‘on obtient de l’INS.

Le nombre d’enfants par femme est d’une moyenne de 3,5. On y trouve aussi beaucoup de femmes veuves,  seules, ou bien dont  le mari est  au chomage, ou souffrant d’invalidité. Nous ignorons le taux de mortalité infantile, l’esperance de vie, le taux de scolarisation , le nombre d’ecole, d’hopitaux etc..

Pour s’y rendre il faut s’armer de patience et  beaucoup de courage , la région étant difficile d’accès, l’état des routes laissent à désirer. Nous saluons le dévouement de la Responsable de l’ association Jasser , Madame Dalila  pour son courage et sa force de volonté et d’apporter un soutien précieux aux femmes et enfants de cette commune depuis déja deux ans.

Après etre arrivés dans la capitale du Gouvernorat à Siliana nous nous rendons à Maktar puis à Kesra.

Partout des manifestations et des grèves, c’est dire les rapports de force entre les classes possédantes tunisiennes et les travailleurs d’après » la révolution» de 2011.

Arrivés finalement à Foudhoul, dans un environnement aride, où le cactus est roi,   nous nous apercevons vite des conditions très précaires et le dénuement dans lequel vivent ces populations de petits paysans éleveurs: pas de dispensaire médicale, pas de transports publics, pas d’eau potable, aucune infrastruture d ‘illumination du village, pas meme une école primaire (pour s’y rendre les enfants doivent faire à pied plus de 10 km tous les jours . )  Les familles souvent de 3 à 4 enfants vivent dans une seule pièce sans WC .….. mais au fond de cette petite «bourgade» nous apercevons la construction…… d’une future mosquée.

Notre but est d’apporter le soutien de ALBA MALTA NORTH AFRICA au projet d’autosuffisance que mene l’Association JASSER depuis deux ans avec ces familles étant donné l’inexistence de l’ Etat dans cette commune,  et apparemment de la gauche tunisienne.

Nous soutenons avec   JASSER un projet pilote d’élevage de chèvres pour les 14 communautés de cette commune  et par la suite aussi celui de developpement d’un  potager collectif en zone aride  car il n’existe aucun fruit ni légume mis à part le figue de barbarie. Les petits paysans y gagnent davantage en mettant en commun leur culture plutot qu’ en étant séparés.

Nos questions sont nombreuses:

Ne serait-il pas souhaitable d’avoir un moyen de transport public pour que les enfants puissent se rendrent à l’école , les obligeant souvent à se descolariser ?

Ne serait-il pas plus souhaitable d’avoir un dispensaire médicale afin d’éviter qu’un enfant meurt pour une piqure de scorpion ( cas en 2017) ?

Ne serait -il pas souhaitable d’avoir de l’eau potable et les infrastructures pour les eaux usées ,  en 2018 ?

Ou bien faut-il en priorité comme une nécessité primordiale, construire une mosquée , pour pallier à ces carences, et aux bafouements de  droits fondamentaux des petits paysans que sont l’instruction, la santé, le logement et le travail  ?

Qui sont les responsables de cette réalité d’abandon et de marginalité ?

Leur dispersion rend difficile toute entente commune pour se soulever, il est vrai  .  Et le manque d’infrastructure éducative, contribue à les laisser dans l’ignorance et la soumission à l’ordre établi.

Nous ignorons la structure cadastrale , si les propriétes sont petites ou moyennes, et qui sont les propriétaires. Mais nous savons que le proletariat des champs,  les salariés agricoles constituent la classe où se recrutent dans leur grand masse les armées des classes possédantes et de leurs valets. Cette classe est impuissante car elle est dispersée  mais les possedants en connaissent la force cachée qu’ils laissent expres  les écoles déperir afin qu’ils restent ignorants.C’est notre explication de cette réalité.

Nous serions heureux que d’autres organisations et mouvements sociaux puissent se joindre à nous dans le seul but de faire respecter les droits humains fondamentaux que sont l’instruction, la santé, le logement et le travail.

http://kapitalis.com/tunisie/2018/04/26/siliana-a-fedhoul-on-manque-de-tout-mais-on-construit-une-mosquee/

 

 

 

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.