Déclaration finale de la première réunion mondiale contre l’impérialisme ( Vénézuela- Caracas)


L’impérialisme est en crise et cela le rend beaucoup plus agressif, dangereux et destructeur

L’avenir de l’humanité est en grave danger. La paix sur la planète est gravement menacée en raison de la politique d’agression militaire des États-Unis et de leurs alliés, ainsi que de la course aux armements meurtrière qui ne fait que rapporter des dividendes aux grandes sociétés de l’industrie militaire.

La guerre est le mécanisme préféré de l’expansionnisme impérial, en particulier celui des États-Unis, et que nous observons de manière spectaculaire dans les conflits régionaux les plus récents qui ont gravement touché les peuples de Syrie, du Yémen, de l’Iraq, de la Libye, de l’Afghanistan et de toute la région.

De même, l’espèce humaine subit les ravages causés par la voracité d’un modèle économique qui dans son déploiement suicidaire détruit la nature par l’obsession insatiable de maximiser les profits.

C’est précisément la logique du système capitaliste, qui ne compromet plus son fonctionnement, mais met également en danger l’extinction de l’humanité.

Le modèle néolibéral qui met en œuvre la mondialisation des grandes entreprises sous la domination des États impérialistes a impressionné l’économie mondiale avec une grande fragilité.

Les crises sont plus récurrentes et de grands spéculateurs financiers dominent la planète. Dans la répartition des richesses générées, un paramètre d’inégalité, d’injustice et d’exclusion a été imposé qui affecte une partie croissante de la population mondiale.

Les fléaux de la pauvreté et de la misère affectent des milliards de personnes comme jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité. Sans aucun doute, le développement du capitalisme engendre des phénomènes insoutenables, du point de vue social, politique et éthique.

À cela s’ajoute une crise éthique dérivée du mode de vie dominant des économies de marché, où les cultures nationales et les valeurs humaines sont enfouies, en termes d’imposition de la société de consommation. Le culte des antivaleurs du capitalisme contribue à renforcer la crise de la condition humaine générée dans le modèle actuel de coexistence.

L’impérialisme est en crise et cela le rend beaucoup plus agressif, dangereux et destructeur. Avant le crépuscule du monde unipolaire, l’impérialisme américain met en œuvre une stratégie de domination mondiale.

L’engagement géopolitique de la Maison Blanche à la résistance des peuples et à l’émergence de puissances émergentes a été de défendre leur hégémonie, à travers une politique néo-coloniale visant à s’approprier les ressources naturelles, notamment énergétiques, contrôler les marchés et dominent les nations politiquement.

Pour préserver l’ordre mondial injuste actuel, l’impérialisme viole le droit international public, a transformé le monde en un grand théâtre d’opérations militaires, développe des mesures coercitives unilatérales, impose des lois extraterritoriales, attaque le multilatéralisme, viole la souveraineté des nations et supprimer l’autodétermination des peuples.

Dans sa conception arrogante, ses frontières vont jusqu’à ses intérêts expansionnistes.

Conformément à cette politique, l’impérialisme a recours à l’intervention militaire, à la déstabilisation politique des gouvernements, aux guerres et au blocus économique. Sa planification stratégique conçoit l’OTAN comme le bras militaire mondial du néolibéralisme.

De plus, dans le cadre de sa doctrine de la guerre non conventionnelle, les actions terroristes, le recours aux paramilitaires, la judiciarisation des dirigeants anti-impérialistes et les assassinats sélectifs sont quelques-unes des actions les plus emblématiques d’une politique génocidaire, l’humanité

De telles pratiques ont été «légitimées» à travers l’industrie culturelle du capitalisme, les grandes transnationales de la communication et l’utilisation des réseaux sociaux.

De même, l’utilisation du «Big Data» est devenue une formidable arme pour modifier le comportement de la population et influencer ses décisions politiques.

Dans la tentative d’imposer la «pensée unique», les puissants du monde manipulent les croyances religieuses, tentent de justifier les relations de pouvoir actuelles au détriment de la démocratie, de l’imposition du marché libre, du racisme de la race eurocentrique, de la ségrégation des les minorités, l’oppression de genre, le caractère eugénique du modèle éducatif mondial, parmi de nombreux autres facteurs, qui correspondent parfaitement aux exigences de la dictature de la capitale.

Le capitalisme néolibéral renforce l’exploitation de la classe ouvrière, opprime davantage les femmes en termes de maximisation des profits des grandes transnationales, arrache l’avenir aux jeunes et brouille l’identité des peuples d’origine.

Cela montre que la solution aux grands problèmes du monde actuel exige un nouveau modèle de coexistence humaine.

Dans ce contexte, le monde multicentrique et pluripolaire émerge avec plus de force. Le renforcement politique et économique de puissances telles que la Russie et la Chine, ainsi que celui d’autres nations, constituent un contrepoids de plus en plus sérieux au pouvoir de l’impérialisme américain.

De toute évidence, la résistance héroïque au Moyen-Orient, les luttes des peuples d’Amérique latine et des Caraïbes, ont contenu et repoussé les plans de l’impérialisme.

De plus, les expériences des gouvernements progressistes dans le monde apparaissent déjà comme une alternative au néolibéralisme. Un exemple en est la Révolution bolivarienne, qui est projetée comme un référent anti-impérialiste avec une énorme force populaire dans le cadre de la puissante union civico-militaire et sur la base de l’idéologie du Libérateur Simón Bolívar et du Commandant Hugo Chávez.

Cela a provoqué l’attaque brutale de l’impérialisme américain contre le peuple vénézuélien, qui a dilapidé la dignité et l’amour pour le pays, ratifiant sa route vers le socialisme dans de nombreux processus électoraux qui soutiennent la vigoureuse démocratie participative dans ce pays.

Les dures journées de lutte populaire ont vaincu les menaces d’intervention militaire américaine, les tentatives de coup d’État et les sources de violence terroriste.

Cet exemple de lutte avec celui du Nicaragua et de Cuba, ainsi que les avancées récentes en Argentine et au Mexique, ont permis le renforcement des forces anti-impérialistes et vont conduire au renforcement de nouveaux mécanismes d’intégration régionale (CELAC, ALBA-TPC, PETROCARIBE, etc. ).

Bien qu’au Honduras, au Paraguay, au Brésil, en Équateur, au Salvador et en Bolivie, le néocolonialisme ait été repositionné dans le cadre de la nouvelle édition de la doctrine Monroe, les luttes populaires se poursuivent.

Dans le reste du monde, les gens résistent également, la révolte et les gouvernements populaires exercent leur souveraineté. L’unité anti-impérialiste est un objectif stratégique qui ne peut être reporté.

Dans ce contexte, la «Rencontre mondiale contre l’impérialisme» déclare:

Nous exhortons les peuples du monde à lutter pour la vie, la préservation de la nature et contre les conditions structurelles qui génèrent le changement climatique. De même, nous exigeons que les nations développées travaillent résolument pour éviter la destruction de la planète et en particulier les États-Unis pour surmonter sa posture primitive qui cherche à ignorer les terribles dommages causés à la nature avec le modèle productif actuel basé sur l’accumulation de capital.

Nous exhortons les peuples du monde à lutter pour la vie, la préservation de la nature et contre les conditions structurelles qui génèrent le changement climatique. De même, nous exigeons que les nations développées travaillent résolument pour éviter la destruction de la planète et en particulier les États-Unis pour surmonter leur posture primitive qui cherche à ignorer les terribles dommages causés à la nature avec le modèle productif actuel basé sur l’accumulation de capital.

Nous accompagnons la demande de construire un ordre international plus juste, qui met les intérêts des peuples au premier plan et permet le développement de politiques d’inclusion sociale et de justice pour surmonter les gigantesques inégalités sociales et économiques qui prévalent entre les nations du monde.

Nous appelons les citoyens du monde à défendre la paix, la souveraineté des peuples et accompagner les luttes légitimes pour le progrès socio-économique sur la base d’une large plate-forme de lutte unitaire contre l’ennemi commun, l’impérialisme américain.

Nous rejetons la mise en œuvre de mesures coercitives unilatérales illégales par les puissances impérialistes, car ce sont des politiques criminelles qui affectent les peuples. En particulier, nous condamnons la politique génocidaire de blocus économique qui s’applique aux nations du monde qui exercent leur souveraineté.

Nous rejetons la militarisation de Notre Amérique et surtout la présence des bases militaires américaines en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Nous condamnons fermement l’invasion militaire et les autres agressions commises par l’impérialisme contre les peuples du Moyen-Orient. Nous rejetons en particulier la violation de la souveraineté de la Syrie et de l’Iraq, les attaques contre la République islamique d’Iran, ainsi que l’assassinat ignoble du commandant Qasem Soleimani, martyr des peuples du monde qui luttent pour la liberté.

Nous exigeons le respect de la souveraineté du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua, ainsi que l’appui aux efforts de Nicolás Maduro Moros, Président constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, pour maintenir la paix.

Nous dénonçons la tentative orchestrée par la Maison Blanche de censurer les sociétés multi-états TeleSur et HispanTV. Cela constitue un affront à la liberté d’expression des peuples.

Nous condamnons le coup d’État, orchestré depuis Washington, contre le président Evo Morales Ayma. Nous rejetons la répression sanglante et le racisme contre le peuple de l’État plurinational de Bolivie.

De même, la «Rencontre mondiale contre l‘impérialisme» est d’accord:

Construire une plate-forme unitaire mondiale organisée par continents, régions, sous-régions et pays afin de faire face à l’impérialisme. Ladite structure organisationnelle sera façonnée en fonction des particularités de chaque territoire.

Réaliser au cours de l’année «Rencontres continentales contre l’impérialisme» afin de former les plates-formes unitaires continentales, régionales et sous-régionales articulées autour d’un plan commun de lutte contre l’impérialisme.

Convoquer la «II Rencontre mondiale contre l’impérialisme» qui se tiendra à Caracas, capitale de la République bolivarienne du Venezuela, afin de définir le nom de la plate-forme unitaire mondiale, ainsi que l’articulation des différentes plates-formes continentales et régionales dans un plan monde commun qui jumelle les luttes des Peuples.

Enfin, la «Rencontre mondiale contre l’impérialisme» accepte d’approuver l’agenda de lutte adopté lors de la «Première réunion internationale des travailleurs solidaires de la révolution bolivarienne

Approuvée par le «I Congrès international des femmes», par le «Congrès international des communes, des mouvements sociaux et du pouvoir populaire», par la «I Rencontre internationale des peuples autochtones», par le «Congrès international des personnes d’ascendance africaine» et le «Congrès Communication internationale », tenue en République bolivarienne du Venezuela au cours de l’année 2019, un programme qui comprend les éléments suivants:

1. Organisez une journée internationale de mobilisation en faveur de la révolution bolivarienne et contre le néolibéralisme le 27 février 2020. (Commémoration des 31 ans de la première insurrection à Caracas contre le néolibéralisme)

2. Convoquer une mobilisation mondiale pour la paix au Venezuela, en Amérique et contre les plans de guerre du gouvernement des États-Unis pour le mois d’avril 2020.

3. Organiser une journée internationale de répudiation de la doctrine Monroe contre le blocus et d’autres mesures coercitives unilatérales d’ici le 28 juin 2020.

4. Créer jusqu’à la prochaine réunion une commission de coordination des délégations présentes à la «Première réunion mondiale contre l’impérialisme» afin de réaliser ce plan.

Approuvé dans la ville de Caracas, berceau du libérateur Simón Bolívar et capitale de la République bolivarienne du Venezuela le 24 janvier 2020.

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.