Hommage aux Gilets jaunes et à leur grandeur , Deux ans de rond point, par Mohamed Belaali


«Il fallait terroriser cette « foule haineuse » par des châtiments corporels d’un autre âge : mains arrachées, yeux crevés, visages défigurés, crânes fracassés etc. La haine du pouvoir bourgeois pour les Gilets jaunes est sans limite.»
«Le combat des Gilets jaunes, dans une certaine mesure, constitue un refus, une révolte contre cet immobilisme des organisations syndicales et politiques réduites à gérer conjointement avec le pouvoir le système en place, alors même que la tendance générale du capitalisme n’est pas d’améliorer les conditions de celles et ceux qui produisent la richesse, mais à les dégrader.»