Et si le Chili devenait le tombeau du capitalisme ? de Alba granada north Africa


«La composition sociale des 155 électeurs est la petite bourgeoisie (avocats, ingénieurs, enseignants, sociologues, psychologues, sages-femmes, journalistes, acteurs) c’est-à-dire qu’ils ont un petit capital. Ils ne viennent pas de la grande bourgeoisie compradore  chilienne, et c’ est un pas en avant.

Mais à l’époque d‘Allende, il y avait des ministres et des sous-secrétaires ouvriers et paysans, et ils connaissaient beaucoup mieux leurs problèmes que les professionnels.

Les causes semblent se répéter: l’accès à l’eau et au logement comme droits fondamentaux, l’environnement, la défense des enfants violés et les femmes, maintien de l’autonomie de la banque centrale … Mais où est la classe ouvrière, les précaires et les chômeurs, la paysannerie, ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre?

Rappelons-nous que sans l’argent du cuivre, les revendications proposées par les constituants ne peuvent être satisfaites. Mais nous pensons aussi qu’il pourrait être dangereux d’envisager la nationalisation du cuivre tout de suite. Cependant, il existe des mesures complémentaires ou secondaires qui pourraient être prises qui seraient très bénéfiques pour l’économie chilienne et qui sont appliquées dans d’autres pays.»

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.