LA BASE D’AL-WATIYAH EN LIBYE : ÉPICENTRE DU TERRORISME O.T.A.N EN AFRIQUE DU NORD


Les possibles attaques terroristes en Tunisie afin d’écarter le président Kais Saied et le retour des islamistes

De MICHELANGELO SEVERGNINI

En avril 2020, au plus fort de l’offensive turque en Tripolitanie pour arracher les villes conquises depuis quelques mois par l’Armée nationale libyenne (ANL), j’ai échangé des messages avec un ressortissant libyen à Tripoli. Je suis revenu aujourd’hui pour relire quelques brèves étapes: « L’ingérence turque change le cours du conflit et les milices reçoivent une couverture aérienne par le biais de drones.

Ils ont pris des villes de la côte ouest comme Sorman et Sabratah. Et maintenant, ils s’apprêtent à attaquer la base militaire d’al-Watiyah. Il y a des navires militaires en mer pour coordonner les attaques contre les zones tenues par l’armée.

Q: C’est clair. Quel genre de réponse attendez-vous maintenant?

R: : Je m’attends à ce que l’armée (Haftar, ndr) apprenne de ses erreurs.

Q: Par exemple?

R: La bataille pour le contrôle d’al-Watiyah est trop importante. Maintenant, ils ne feront plus de jeux politiques ou sociaux. L’armée réagira durement. Je ne pense pas qu’après une année entière (de guerre, de ndr) et tant de vies perdues, l’armée se rendra maintenant.

Finalement, l’ ANL   ( Armée Nationale libyenne )  n’a pas eu le moyen d’apprendre de ses erreurs, parce que quelque chose d’inattendu (et jusqu’ici pas connu) s’est produit. En effet, le 18 mai 2020, après des semaines de siège, l’ANL a été contrainte de se retirer et de quitter la base, à la suite d’un bombardement de l’OTAN qui, ces derniers jours seulement, semble trouver des confirmations.  

 LA BASE MILITAIRE LIBYENNE D’AL-WATIYAH

 La base aérienne d’al-Watiyah se trouve à seulement 27 kilomètres de la frontière tunisienne et à 125 kilomètres de Tripoli. C’est l’une des rares bases militaires à échapper à la destruction lors de l’intervention de l’OTAN en 2011. C’est aussi pour cette raison qu’elle est aujourd’hui considérée comme l’une des plus importantes en Libye. Aujourd’hui, depuis plusieurs mois, la base d’al-Watiyah, ainsi que la base Mitiga de Tripoli et les ports de Zawiyah, Tripoli, Misrata et Khoms, opèrent en régime extraterritorial. En d’autres termes, même si ce n’est pas formellement, elle est en fait devenue territoire turc. 

L’OTAN BOMBARDE AL-WATIYAH EN MAI 2020

Ces derniers jours, le journaliste libyen Mahmoud Al-Misrati a publié un message affirmant qu’il s’était entretenu avec le maréchal Khalifa Haftar, le commandant de l’ ANL , et qu’il  avait appris qu’AFRICOM (la mission militaire américaine en Afrique) avait bombardé directement des positions de la LNA à al-Watiyah, forçant ses forces à quitter la base et menaçant de nouvelles frappes aériennes si l’armée ne se retirait pas totalement de Tripoli. La chute d’Al Watiyah en mai 2020 a été un point très crucial de la guerre, car elle a marqué le début de la fin de la campagne de la ANL pour libérer Tripoli. La première confirmation officielle de l’armée nationale libyenne, que l’AFRICOM des États-Unis a effectivement pris pour cible ses forces, est venue de l’amiral Faraj Al Mahdawi  qui, dans une interview à « pronews.gr », faite en juillet mais publiée il y a quelques jours, a déclaré que « les missiles provenaient de navires américains non turcs », tout en ajoutant que « les Américains nous ont bombardés à al-Watiyah ». Une attaque de missiles de croisière à partir d’un navire américain semble un scénario très probable. Ce ne sont donc pas non plus les très redoutables drones turcs qui ont vaincu la ANL, mais les États-Unis eux-mêmes. Qui ont ensuite laissé aux Turcs le soin d’occuper la base et de la renforcer.

LE PRÉSIDENT TUNISIEN EN DANGER

 Le 20 août dernier, le président tunisien Kais Saied a parlé en direct à la télévision d’un plan visant à le tuer. Le journaliste libyen Mahmoud al-Misrati, en exil en Tunisie, a également publié ces derniers jours un document d’Interpol qui affirme la présence d’éléments terroristes à l’intérieur de la base libyenne d’al-Watiyah, protégés par la Turquie et prêts à infiltrer la Tunisie:

 « Nous avons une déclaration du président Kais Saied sur la tentative de le tuer. Nous avons une correspondance du ministre de l’Intérieur (libyen) et d’Interpol qui parle de 100 terroristes turcs qui envisagent d’entrer en Tunisie. Un groupe de ces terroristes qui planifiaient le meurtre de Saied a déjà été arrêté dans le nord de la Tunisie. «

C’est pourquoi le président tunisien Saied a ressenti le besoin de dénoncer à la nation le risque de subir un attentat.

 Pendant ce temps, la frontière entre la Tunisie et la Libye a été fermée et les mesures de sécurité ont été renforcées.

UN COMMENTAIRE DE TRIPOLI SUR LES ÉVÉNEMENTS EN COURS

J’ai donc décidé d’entendre une source à Tripoli pour comprendre comment cela est considéré par ces parties et pour mieux nous faire expliquer ce qui se passe. « Depuis 2011, les États-Unis s’opposent à une armée libyenne, qu’elle soit celle de Kadhafi ou de la ANL .

L’ ANL avait lancé une offensive sur Tripoli pour la libérer des milices criminelles, des terroristes et des Frères musulmans. Les États-Unis n’ont pas pu lancer une intervention militaire directement, mais ils ont laissé Erdogan le faire. Et nous avons vu ce qui s’est passé.

Al-Watiyah est l’une des bases les plus importantes de Libye, à seulement 25 km de la frontière tunisienne. En 2019-2020, il était sous le contrôle de la ANL . Les drones turcs n’ont pas réussi à gagner le siège, tandis que de l’autre côté Tripoli tombait. Et voici AFRICOM décider de bombarder.

Non seulement cela, ils ont menacé Haftar de nouveaux bombardements s’il ne se retirait pas. La base a été bombardée, la ANL s’est retirée jusqu’à Tarhuna, mais ce n’était toujours pas suffisant pour les États-Unis. Le retrait devait s’ étendre  beaucoup plus à l’est. Et c’est ce qui s’est passé. À ce moment-là, Erdogan a pris la base, ce qui en fait une base militaire turque.

Les Libyens ne sont pas autorisés à entrer, à moins que les Turcs ne les autorisent.

Isis et al-Qaida sont présents en Libye depuis 2011, mais Erdogan a augmenté leur nombre en faisant venir d’autres militants de l’Etat islamique parmi les mercenaires syriens.

Beaucoup d’entre eux séjournent actuellement à la base d’al-Watiyah.

Depuis que le président tunisien a chassé Ghannouchi et les Frères musulmans du pouvoir, M. Erdogan et les Frères musulmans en Libye sont alarmés et très en colère. Quelque chose doit être fait rapidement pour sauver Ghannouchi de la reddition finale. Par ailleurs, parmi les militants d’Isis amenés de Syrie en Libye se comptent également 2 500 de nationalités tunisiennes. Le plan est de les infiltrer et de les laisser faire leur travail : meurtres et attaques terroristes. Les infiltrer par la frontière est très facile, puisque le commandement militaire de la frontière est géré par al-Namroush, membre des Frères musulmans en Libye et allié des Turcs depuis qu’il fut ministre de la Défense dans le gouvernement Sarraj.

 Par ailleurs, toute la frontière entre la Tunisie et la Libye est contrôlée par les milices.  Quoi qu’il en soit, quelque chose a mal tourné, parce qu’une cellule a été prise par les services tunisiens.

Lorsque le document d’Interpol a été publié et que le ministre de l’Intérieur de Tripoli a dû l’admettre, la question est devenue très tendue. Norland (ambassadeur américain à Tripoli) a également dû intervenir pour protéger le ministre libyen d’une situation embarrassante, mais il était maintenant trop tard. Quoi que Norland puisse faire, les Frères musulmans en Libye ne cesseront pas d’insulter et de provoquer le président tunisien.

ET L ES ÉLECTIONS ?  

Des élections en Libye, les premières depuis 2014, devraient avoir lieu le 24 décembre prochain.

Si, d’une part, le gouvernement actuel à Tripoli est au pouvoir depuis mars dernier dans le but d’appliquer l’échéance, tout porte à croire que les élections n’auront pas lieu, car  la Turquie fait obstruction  craignant que les élections (comme cela s’est déjà produit en 2014) ne récompensent pas les Frères musulmans.

Il est vrai que même le maréchal Haftar de Benghazi a dû faire appel pour que le délai soit respecté. J’ai demandé des commentaires sur la situation à notre source: « Élection!!? L’enregistrement se déroule bien. Le problème ne réside pas là. Mais je ne vois aucune chance d’élection tant qu’il y aura des milices, Isis et les forces turques. Peut-être que les États-Unis feront un miracle et s’assureront qu’elles se tiennent, mais dans ce cas, elles ne seraient pas des élections vraies et démocratiques. À mon avis, il se passera beaucoup d’autres choses d’ici décembre. »  

Traduit par le Bureau Alba Granada north Africa

Source: https://lantidiplomatico.it/dettnews-la_base_di_alwatiyah_in_libia_epicentro_del_terrorismo_nato_in_nordafrica/41939_42816/

Aussi : https://tunisitri.wordpress.com/2021/08/26/attaque-terroriste-planifiee-contre-la-tunisie-objectifs-ecarter-le-president-saied-et-retour-des-islamistes/

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.