L’assassinat du révolutionnaire africain Thomas Sankara le 15 Octobre 1987 et la France.


Dans les investigations judiciaires mené par Ouagadougou, dont les conclusions ont été révélées en janvier 2021 par Hervé d’Afrique dans le bimensuel burkinabè « courrier confidentiel » pointe le rôle de la France à 2 niveaux avant et après l’assassinat : 1- premier point, Paris semblait parfaitement au courant d’une élimination programmée de Sankara dont les positions agaçaient au plus haut point le président Mitterrand et son Premier ministre Jacques Chirac.  2- deuxième élément compromettant après l’assassinat, la France aurait envoyé sur place une équipe d’agents secret afin de détruire les écoutes téléphoniques impliquant Blaise Compaoré et son commando.

La femme africaine sous le prisme de la rente impérialiste: le cas de la Tunisie


les femmes africaines, essentielles au secteur agricole local autant qu’à la tenue de leur ménage, sont également essentielles au secteur agricole et au secteur de la construction en France et en Europe. Par conséquent, les ouvrières agricoles tunisiennes ont un triple fardeau : elles nourrissent leur pays et le monde ; elles fournissent la main-d’œuvre nécessaire à la France et à l’Europe ; et ainsi participent, malgré elles à l’industrie mondialisée de la reproduction et de l’entretien de la main-d’œuvre surexploitée par la France et l’Europe. Ce chapitre suggère que ce travail non rémunéré, qui contribue directement au système capitaliste français, doit être analysé sous le prisme de la rente impérialiste extraite par la France.