Nous saluons cette initiative. Le temps de la défensive est révolu. Le principal passe-temps de l’opposition servile et traitre en exil doit être sanctionné.

Le 14 décembre, le chef de l’État Alexandre Loukachenko a signé la loi « sur les amendements au Code pénal de la République de Biélorussie ». BelTA l’a appris du  service de presse du  dirigeant biélorusse.

La loi introduit la responsabilité pénale pour les appels à l’application de sanctions contre la République du Bélarus, ses citoyens et ses organisations.

Ces actions seront passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à : six ans – si les appels sont adressés à des personnes ordinaires ; dix ans – lorsqu’elles s’adressent à des États étrangers, des organisations internationales et étrangères ; douze ans – si de tels appels ont été lancés par un fonctionnaire utilisant ses pouvoirs officiels ou ont entraîné de graves conséquences , par exemple des restrictions au commerce, l’inscription d’entreprises sur la liste des sanctions.

La mise en œuvre des mesures prévues par la loi constituera une réponse adéquate aux tentatives d’atteinte à la sécurité nationale par des forces destructrices.

Source : Belta