Aux pays des Yankees – Détention des immigrés et stérilisation forcée : l’histoire se répète tragiquement


Toute l’industrie de la médecine, de l’humain à l’animal, en passant par le front d’infirmières et de médecins, vétérinaires et techniciens est remplie de sadiques sans empathie et de serviles êtres ​​obéissants pour lequel nous ne sommes que des codes QR manipulables selon leurs actions en bourse.

L’histoire de la détention de l’ICE ( Immigration and Customs Enforcement) , organisme qui traque les migrants, reflète un long passé aux États-Unis de stérilisation forcée des populations marginalisées, en particulier des peuples noirs, Latinos et autochtones.

Les récentes déclarations  d’un lanceur d ‘alerte selon lesquelles un centre de détention à but lucratif de l’ICE a mis en place des procedures forcées de stérilisation sur les femmes immigrées ont choqué de nombreuses personnes et des comparaisons ont été faites avec les campagnes de stérilisation nazies. L’histoire de la détention de l’ICE reflète un long passe aux États-Unis de stérilisation forcée des populations marginalisées, en particulier des peuples noirs, Latinos et autochtones. 

En fait, les nazis ont emprunté ces idées de stérilisation aux lois de stérilisation eugénique adoptées aux États-Unis au début du 20e siècle.

Au cours de cette longue histoire, les acteurs publics et privés aux États-Unis ont ciblé les pauvres, les handicapés, les immigrants et les minorités raciales pour une stérilisation forcée. Sous l’impulsion du mouvement eugéniste populaire au tournant du siècle, les États ont promulgué des lois à partir de 1907 qui autorisaient la stérilisation des « simples d’esprit ». 

Plus de 60 000 stérilisations coercitives ont été effectuées à travers les États-Unis conformément à ces lois eugénistes. Dans Buck v. Bell , la Cour suprême a légitimé les pratiques de stérilisation eugénique du début du 20e siècle avec la déclaration notoire d’Oliver Wendell Holmes : « Trois générations d’imbéciles suffisent.»

Ce n’est que lorsque l’Allemagne nazie a adopté la théorie et la pratique eugénistes américaines que l’opinion publique sur l’eugénisme a finalement changé aux États-Unis. Le mouvement d’ opposition contre la stérilisation eugénique a culminé avec la décision de 1942 de la Cour suprême dans Skinner v. Oklahoma . Alors que Skinner a rejeté la stérilisation eugénique comme un objectif d’État valide et a reconnu que la procréation est un droit civil fondamental, la Cour suprême n’a jamais explicitement annulé Buck v. Bell.   
 
Bien que le soutien aux lois de stérilisation basées sur l’eugénisme ait diminué, de nouvelles justifications pour la stérilisation forcée sont apparues. Après la Seconde Guerre mondiale, les préoccupations concernant le contrôle de la population, l’immigration et les coûts de l’aide sociale sont apparues comme de nouvelles justifications pour cibler les populations marginalisées. Dans les années 1960, une nouvelle ère d’abus de stérilisation est née, qui s’est à nouveau concentrée sur les pauvres, les immigrants et les personnes de couleur.
 
Par exemple, dans l’affaire Relf v. Weinberger en 1974 , un tribunal fédéral a constaté que les pauvres du Sud étaient forcés d’accepter la stérilisation lorsque les médecins menaçaient de suspendre les prestations sociales ou les soins médicaux, y compris pour l’accouchement . Relf a permis la stérilisation forcée de deux sœurs noires, âgées de seulement 12 et 14 ans, qui ont été stérilisées par une clinique de planification familiale financée par le gouvernement fédéral en Alabama. Leur mère a signé un « X » sur un formulaire de consentement qu’elle n’a pas pu lire, découvrant trop tard qu’elle avait « consenti » par inadvertance à la stérilisation permanente de ses filles Mary Alice et Minnie Relf. Le tribunal fédéral de Relf a souligné que les pratiques médicales coercitives franchissaient la frontière entre la planification familiale et l’eugénisme.
 
De l’autre côté du pays et à la même époque que Relf, l’affaire Madrigal c. Quilligan la stérilisation forcée exposée au Los Angeles County/USC Medical Center au début des années 1970. Après qu’un lanceur d’ alerte ait divulgué des preuves d’abus de stérilisation généralisés au centre médical, un groupe de femmes a déposé une plainte alléguant que le personnel médical avait systématiquement contraint les femmes mexicaines-américaines à se soumettre à la stérilisationLe cas Madrigal concernait des femmes dont la langue principale était l’espagnol et qui avaient subi une ligature des trompes après un accouchement par césarienne. Le personnel de l’hôpital a demandé à plusieurs reprises aux femmes de consentir à la stérilisation alors qu’elles étaient en cours d’accouchement – ​​certaines après avoir été fortement médicamentées – et a fait pression sur les femmes pour qu’elles signent des formulaires de consentement en anglais qu’elles ne pouvaient pas comprendre.
 
Une étudiante en médecine qui était un témoin de première main à la maternité a témoigné de ce qu’elle considérait comme l’effort concerté du centre médical pour réduire le taux de natalité des minorités raciales. L’étudiante en médecine a détaillé les pratiques coercitives dont elle a été témoin :

« Le médecin tenait une seringue devant la mère qui souffrait d’accouchement et lui demandait si elle voulait un analgésique ; pendant que la femme était en proie à une contraction, le médecin disait : « Voulez-vous l’analgésique ? Signez ensuite les papiers. Voulez-vous que la douleur s’arrête? Voulez-vous avoir à revivre cela? Signez les papiers.

L’ affaire Madrigal a révélé comment la discrimination selon les lignes intersectionnelles du genre, de la race, de la pauvreté et du statut d’immigration s’est combinée pour aboutir à des abus de stérilisation.
 
La récente accusation  de stérilisations forcées de femmes immigrées au centre de détention du comté d’Irwin (ICDC) en Géorgie fait étrangement écho à l’histoire de Madrigal v. Quilligan . La plainte contre l’ICDC affirme que les fonctionnaires ont transféré les détenus à un médecin qui a stérilisé les femmes sans leur consentement éclairé. La dénonciatrice, l’infirmière Dawn Wooten, a décrit de multiples formes d’abus médicaux, allant de l’échec à protéger les patients contre le COVID-19, aux hystérectomies forcées.
 
Les rapports d’hystérectomies forcées et d’autres procédures gynécologiques injustifiées à l’ICDC étaient également liés à l’absence de consentement éclairé au traitement médical. En ce qui concerne les hystérectomies, Mme Wooten a expliqué : « Ces immigrantes, je ne pense pas qu’elles comprennent vraiment, totalement, tout ce qui va se passer selon qui leur explique. »
 
Certaines infirmières essayaient de communiquer avec les immigrants détenus en cherchant simplement l’espagnol sur Google plutôt que d’utiliser des protocoles d’interprétation appropriés. Une immigrante détenue a déclaré que la procédure qu’elle était censée suivre ne lui avait jamais été correctement expliquée, déclarant qu’elle «avait l’impression qu’ils essayaient de jouer avec mon corps«. Lorsqu’elle a demandé quelle procédure était prévue et pourquoi, elle a reçu trois réponses différentes de trois personnes différentes. Comme dans l’ affaire Madrigal , les allégations de l’ICDC soulèvent l’inquiétude que le personnel médical cible les femmes vulnérables pour une stérilisation forcée en raison de leur race, de leur pauvreté et de leur statut d’immigrant.
 
L’accusation de stérilisation forcée dans la détention de l’ICE est loin d’être la seule forme d’ injustice reproductive infligée aux détenus de l’immigration. L’ancien directeur du Bureau de la réinstallation des réfugiés, Scott Lloyd, a tenté d’ empêcher les adolescentes migrantes d’accéder aux soins d’avortement, même lorsque leurs grossesses étaient le résultat d’un viol. La politique de « tolérance zéro » de l’administration Trump a séparé de force les parents de leurs enfants , y compris les enfants de moins de cinq ans.
 
Comme l’ ont souligné les défenseurs de la justice reproductive , les droits civils fondamentaux à l’avortement, à la procréation et à la parentalité sont profondément liés. Les trois piliers de l’autonomie reproductive ont été simultanément attaqués sous l’administration Trump, en particulier dans le contexte de la détention des migrants. Compte tenu du décès du juge Ginsburg et la probabilité qu’elle soit remplacée par une personne nommée par Trump, les défenseurs de la justice reproductive doivent travailler de manière encore plus urgente pour protéger l’autonomie reproductive des personnes marginalisées.

Source: Aclu.org – Maya Manian ,Collège de droit de l’Université américaine de Washington

29 septembre 2020

Traduit par le Bureau Alba granada north africa

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.