MEXIQUE – Siqueiros: l’art de la guerre des classes


Le matin du 24 mai 1940, un groupe de 25 membres du Parti communiste mexicain, de l’Union des mineurs et d’anciens combattants de la guerre civile espagnole dirigés par David Alfaro Siqueiros attaquent le siège de Trotsky à Coyoacan.
L’image d’un «pauvre homme politique persécuté» assis dans un isolement romantique et conservant une «neutralité» par rapport à la vie politique intra-mexicaine, dessinée dans l’imaginaire de Cardenas, est fausse.
SIqueiros : « Le fait réel est que… le président Cardenas a remis l’arme à Trotsky pour que, depuis le Mexique révolutionnaire, il puisse lutter contre la révolution internationale et donc contre la révolution mexicaine elle-même ».
Expulsé du Mexique , Le poète Pablo Neruda, également communiste qui travaillait comme ambassadeur du Chili à Mexico à l’époque, a aidé Siqueiros à s’installer au Chili où il sa vécu pendant 3 ans dans la ville de Chillian.
Même après toutes sortes de « révélations » de la « dictature stalinienne » et des « crimes staliniens », Siqueiros n’a pas pensé à renoncer à sa contribution à la lutte contre le trotskysme.

Fierté d’Afrique: les Wolofs de Sénégambie sont le peuple africain le plus actif dans les premières années de la résistance à l’esclavage sur le continent sud-américain.


Décembre 1522 se produisit, dans la plantation de Diego Colon à Santo Domingo, la révolte des Wolofs contre le fils de Christophe Colomb qui était, aussi, Vice-roi d’Espagne.
La résistance de peuples africains spécifiques à l’esclavage est souvent présentée dans le seul contexte du continent africain. Elle l’est moins dans le contexte du continent américain. Les faits sont ainsi présentés comme si les identités africaines avaient été détruites lors de l’arrivée des Noirs en Amérique. Cette vision a deux effets négatifs sur la conscience historique des Afro-descendants. D’abord, les Noirs des Amériques d’aujourd’hui se voient éloignés de l’africanité de leurs ancêtres résistants. Ensuite, les peuples Africains du continent se voient privés de la revendication d’une partie de leur histoire…….