Les Africains rejettent la position de Washington sur la crise ukrainienne


Depuis la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, les mouvements de libération nationale et les pays indépendants d’Afrique ont développé de solides relations diplomatiques et économiques avec l’ex-Union soviétique et l’actuelle Fédération de Russie.

C’est cette histoire qui souligne le refus de nombreux gouvernements et organisations de masse africains de se ranger du côté des États-Unis et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans leurs efforts pour encercler la Russie afin de la laisser comme un État faible dépendant de l’impérialisme dominant.

Immédiatement après le début de l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, le traitement raciste d’environ 16 000 étudiants africains ainsi que de milliers d’autres d’Asie a fait l’objet d’une couverture médiatique internationale. Les Africains se sont vu refuser l’accès aux trains, ont refusé la nourriture fournie aux Ukrainiens, alors qu’ils tentaient de se réfugier dans les pays voisins comme la Pologne.

Ces incidents n’auraient pas dû être surprenants compte tenu de l’expansion et de l’institutionnalisation de l’idéologie fasciste et nazie parmi les gouvernants de l’État ukrainien depuis le coup d’État d’Euromaïdan soutenu par les États-Unis en février 2014. Washington, sous l’administration de l’ancien président Barack Obama, a cherché à renverser tous les efforts par le président déchu Viktor Ianoukovitch pour tracer une ligne médiane entre les États-Unis, l’Union européenne d’un côté et la Russie de l’autre.

Les récits à la première personne des étudiants africains qui étaient plus que disposés à parler de ce qui leur avait été fait en Ukraine ont dû être rapidement supprimés dans les médias occidentaux. Bien que tout observateur attentif de la crise qui se déroule en Ukraine connaîtrait le rôle de groupes tels que le Secteur droit et les Brigades Azov dans la création d’une atmosphère de réaction contre les Ukrainiens russophones, car leur vision du monde englobe bon nombre des hypothèses qui ont favorisé les fondements philosophiques de la justification du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

Les Nations Unies, les États africains et la guerre d’Ukraine

Un débat le 2 mars sur une résolution visant essentiellement à condamner et attribuer le blâme exclusif à Moscou sur la situation militaire actuelle, a été voté par 141 représentants de l’ONU sur 191. 35 pays se sont abstenus lors du vote, dont 17 États membres de l’Union africaine ( UA)

Le Cameroun, l’Éthiopie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso, le Togo, l’Eswatini et le Maroc étaient absents. L’Algérie, l’Ouganda, le Burundi, la République centrafricaine, le Mali, le Sénégal, la Guinée équatoriale, le Congo Brazzaville, le Soudan, le Soudan du Sud, Madagascar, le Mozambique, l’Angola, la Namibie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud se sont abstenus sur la résolution.

Bien que la résolution ait été adoptée, elle n’a pas mis fin aux combats en Ukraine qui ont poussé plus de deux millions de personnes à quitter ce pays d’Europe de l’Est. Le seul État africain à avoir voté contre la résolution a été l’Érythrée. Ces derniers mois, le gouvernement érythréen a eu des discussions avec la Russie sur l’utilisation des ports de la mer Rouge à l’intérieur du pays. Une situation similaire se développe dans la République voisine du Soudan où Port Soudan, également sur la mer Rouge, a fait l’objet de pourparlers entre Moscou et le régime militaire qui contrôle désormais Khartoum.

Un autre État africain de premier plan, la République d’Afrique du Sud, s’est abstenu lors du vote de l’Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars, notant que la résolution n’insistait pas sur la nécessité d’un règlement diplomatique négocié à la crise.  Le Congrès national africain (ANC), Parti au pouvoir en Afrique du Sud, entretient des liens étroits avec Moscou depuis la période de libération nationale des années 1960 aux années 1990. L’ex-Union soviétique a apporté un soutien diplomatique, éducatif et militaire à l’ANC et à de nombreux autres mouvements de libération devenus des gouvernements indépendants tels que l’Organisation du peuple sud-ouest africain (SWAPO) de Namibie, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), le Front de libération du Mozambique (FRELIMO), pour n’en citer que quelques-uns.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a subi d’énormes pressions de la part du département d’État américain au sujet de sa position sur l’Ukraine, aurait  déclaré  :

« L’Afrique du Sud s’attendait à ce que la résolution de l’ONU salue avant tout le début d’un dialogue entre les parties et cherche à créer les conditions pour que ces pourparlers réussissent. Au lieu de cela, l’appel à une résolution pacifique par le dialogue politique est relégué à une seule phrase près de la conclusion du texte final. Cela ne fournit pas l’encouragement et le soutien international dont les parties ont besoin pour poursuivre leurs efforts.«

Une indication claire du malaise et de la désapprobation du rôle des États-Unis en Ukraine a été exprimée par plusieurs journalistes africains lors d’un webinaire d’information le 3 mars avec la secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines, Molly Phee. Plusieurs journalistes ont posé des questions critiques liées à la position américaine en Ukraine, sondant Phee en ce qui concerne les demandes de la Maison Blanche et du Département d’État que tous les pays du monde dénoncent la Russie et son président Vladimir Poutine.

Les journalistes ont soulevé la question du racisme contre les Africains qui tentent de fuir l’Ukraine vers la Pologne, ainsi que des exigences déraisonnables imposées aux États membres de l’UA. La  transcription  du webinaire se lit en partie :

«C’est Simon Ateba avec Today News Africa à Washington, DC : Vous venez de mentionner des reportages sur des Africains confrontés au racisme en Ukraine et en Pologne, se voyant refuser l’entrée dans les trains à Kiev et refoulés à la frontière avec la Pologne. Y a-t-il une raison pour laquelle le Département d’État n’a pas publiquement condamné le racisme contre les Africains en Ukraine et en Pologne ?’…. ‘Oui, c’est Katlego Isaacs de Mmegi News: Je voulais demander, pourquoi les pays africains devraient-ils soutenir la position des États-Unis pour condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie alors que les États-Unis soutiennent l’agression d’Israël contre les Palestiniens ?’…. Je m’appelle Swift de Gabz FM au Botswana: Je voulais demander quelle est la position des États-Unis sur la censure des médias sociaux et l’élimination complète de l’autre partie, dans ce cas évidemment la Russie,

Dans les rues de pays comme le Mali, la République centrafricaine (RCA) et l’Éthiopie, il y a eu des manifestations pro-russes. Le Mali a récemment appelé au départ de l’ambassadeur de France et des forces militaires après que Paris s’est opposé à l’implication du groupe Wagner, une société de services de défense basée en Russie qui travaille à limiter les attaques rebelles dans les régions du nord et du centre de l’État ouest-africain.

Début mars, l’Éthiopie a commémoré le «Jour de la Victoire» qui célèbre la défaite du colonialisme italien en 1896 lors de la bataille d’Adwa. Des photographies ont été publiées d’Éthiopiens portant leur propre drapeau national tandis que d’autres agitaient le drapeau de la Russie en solidarité avec l’opération militaire en Ukraine.

Le journal allemand DW  a rendu compte  des liens militaires entre les États membres de l’UA et Moscou en notant :

« Ces dernières années, la Russie a de plus en plus utilisé cette connexion historique soviétique pour étendre ses relations politiques, économiques et, surtout, militaires avec les nations africaines. En 2019, Vladimir Poutine a organisé un sommet Russie-Afrique auquel ont participé 43 dirigeants africains. À peine un an plus tard, la Russie est devenue le plus grand fournisseur d’armes de l’Afrique. Selon une analyse de 2020 de l’institut de recherche sur la paix SIPRI, entre 2016 et 2020, environ 30 % de toutes les armes exportées vers les pays d’Afrique subsaharienne provenaient de Russie. Cela éclipse largement les approvisionnements en armes d’autres pays tels que la Chine (20%), la France (9,5%) et les États-Unis (5,4%). Cela a augmenté le volume des expéditions d’armes russes de 23 % par rapport à la période de cinq ans précédente.

Ces facteurs et d’autres ont frustré les États-Unis dans leurs efforts diplomatiques pour obtenir un soutien inconditionnel à leur guerre contre la Russie en UkraineL’existence du Commandement américain pour l’Afrique (AFRICOM) depuis 2008 sous prétexte de renforcer la capacité sécuritaire des États membres de l’UA dans leurs luttes contre ce qui est décrit comme le « djihadisme islamique », s’est avérée être un échec total. Malgré l’existence d’une base militaire abritant des milliers de soldats du Pentagone dans l’État de Djibouti dans la Corne de l’Afrique et la construction d’autres installations de fortune, ainsi que des opérations militaires conjointes et des possibilités de formation pour les officiers militaires africains, la stabilité et la sécurité globales de nombreux États ont aggravé.

Mettre fin à la guerre impérialiste nécessite un rejet de la politique étrangère américaine

Plusieurs pays d’Amérique latine ont maintenu leurs relations commerciales et diplomatiques avec la Russie. Ces États comprennent Cuba et la République bolivarienne du Venezuela.

Caracas a été assiégée par les administrations successives de Washington, démocrates et républicaines. Ces dernières années, la Maison Blanche a tenté d’installer un régime fantoche au Venezuela tout en refusant la reconnaissance du gouvernement du président Nicolas Maduro. Des milliards d’actifs vénézuéliens ont été gelés dans les banques américaines, ainsi que l’expulsion d’employés de haut niveau des ambassades et autres points de vente de Caracas.

Pourtant, au cours du premier week-end de mars, les États-Unis ont déployé une délégation au Venezuela pour  discuter de  la possibilité de remplacer les expéditions de pétrole russe interdites, par des approvisionnements de l’administration Maduro qui est sous blocus par Washington au moins depuis 2017. Cette décision illustre l’illogisme des positions politiques sous lesquelles se trouve le président Joe Biden. De plus, l’opposition aux pourparlers a contraint Biden à s’éloigner publiquement de cette dernière stratégie énergétique.

Les prix de l’énergie, des transports et des aliments montent en flèche aux États-Unis, ce qui aggrave le taux d’inflation déjà élevé depuis 40 ans. Bien que les agences médiatiques contrôlées par les entreprises et le gouvernement proclament la situation désespérée que traverse la Russie depuis le retrait de plusieurs services bancaires, McDonalds, Coca-Cola et d’autres entreprises, c’est l’administration Biden et les politiciens du Parti démocrate qui doivent faire face aux États-Unis aux élections en 2022 et 2024.

Les attitudes à l’égard de la politique militaire américaine parmi les Africains et les peuples d’Amérique latine révèlent l’insoutenabilité de cette approche des affaires internationales. Ces peuples savent que l’approche imprudente de Washington et de Wall Street aura un impact social négatif sur des milliards de personnes dans le monde.

L’incapacité de la Maison Blanche Biden à adopter une législation au Congrès qui résoudrait la crise sociale qui se déroule aux États-Unis laisse présager beaucoup pour le paysage politique à Washington. Une guerre inspirée par les États-Unis en Europe de l’Est ne résoudra pas la stagnation économique et l’hyperinflation auxquelles sont confrontées la majorité des travailleurs et des opprimés au niveau national.

Ces forces doivent s’unir pour renverser le programme de guerre de la Maison Blanche et du Pentagone qui ne fait que priver les gens de leurs droits à un logement décent, à l’éducation, à la nourriture, à l’eau, à la justice environnementale et à toutes les autres nécessités de la vie moderne. Une nouvelle politique étrangère doit être développée qui définance le département de la défense et démantèle les bases américaines qui font la guerre dans le monde entier.

Source: Abayomi Azikiwe, fighting words, 13/03/2022

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.