Au Royaume d’Espagne: depuis le bagne du Ponent, le rappeur Pablo Hasél répond aux «indépendantistes» catalans qui défendent l’Otan contre la Russie


Note: une prise de position tres ferme et lucide du rappeur Pablo Hasel, injustement emprisonné pour chanter les 4 vérités du regime corrompu espagnol , de sa couronne et ses «progressistes » de pacotille comme les «indépendantistes» ou le PSOE/PODEMOS.

Il faut maintenant dénoncer les plans macabres de l’OTAN et soutenir le droit des peuples à l’autodéfense. C’est ce qu’ont fait les travailleurs portuaires de Grèce et d’Italie en essayant d’empêcher l’expédition d’armes, soulignant qu’ils le font pour que les intérêts de l’impérialisme gagnent et ceux des travailleurs perdent.

Indépendance de la Catalogne et de la Russie

Loin de défendre le droit à l’autodétermination de la Crimée et des Républiques du Donbass, qui ont décidé démocratiquement de ne pas faire partie de l’Ukraine, la grande majorité des independantistes et du processisme catalans (ceux qui se réclament de l’indépendance mais n’agissent pas de la manière la plus cohérente , perpétuant le processus ), se sont positionnés en faveur de l’OTAN et de ses marionnettes ukrainiennes. En ce sens, ils ont condamné l’autodéfense légitime de la Russie qui profite aux territoires indépendants d’Ukraine et qui, depuis longtemps, subit des massacres de toutes sortes. Le gouvernement catalan – qui soutient aujourd’hui l’envoi d’armes à l’Ukraine – n’a pas bougé le petit doigt pour soutenir le Donbass. L’Institution et une partie importante de la société civile omettent que Zelensky a publié un décret présidentiel pour reconquérir la Crimée par la force, qu’il préparait une offensive encore plus grande contre les républiques et qu’il mobilisait de nombreuses troupes vers la zone. Est-ce le respect du droit à l’autodétermination qu’ils défendent ?

Ils ont vendu l’Ukraine comme une sorte de Catalogne qui résiste héroïquement à la violation de sa souveraineté par la Russie, qu’ils assimilent à l’État espagnol. Encore un mensonge insoutenable comme tant d’autres auxquels nous sommes habitués. Précisément, c’est l’État ukrainien alimenté par l’OTAN qui, pour tout ce qui précède, attaque la souveraineté russe et celle des républiques de Donetsk et de Lougansk. 

C’est l’Ukraine qui, avec ses nazis armés, a persécuté la langue russe – souvent punie d’atrocités – et qui a également menacé la Russie avec des armes biologiques et nucléaires aux mains de différentes puissances impérialistes. Et c’est qu’ils répètent le schéma habituel : culpabiliser la victime en la diabolisant, en désignant la victime comme l’agresseur, quand ils assurent que la Russie a l’intention d’occuper l’Ukraine et d’autres États pour les piller, comme cela se produit dans les guerres de proie des États-Unis et de ses partenaires. 

La Russie a fait savoir très clairement qu’elle se retirerait du territoire ukrainien lorsque sa souveraineté et celle des républiques cesseraient d’être attaquées et menacées.

Ceux qui défendent cette position par naïveté et non par mensonge consciencieux devraient considérer que le fascisme espagnol, qui réprime férocement la Catalogne, soutient pleinement l’État ukrainien. Fait intéressant, ceci est caché à l’opinion publique que l’État ukrainien ne représente pas la majorité de ses citoyens, qui continuent de subir la répression criminelle pour s’être opposés à être des marionnettes de l’OTAN, tout comme il est également caché que le nazisme a une liberté totale, et est protégé par le gouvernement. Que les propres médias du régime aient un discours identique à celui du gouvernement catalan sur cette question, en dit long. 

La télévision publique catalane est un écho des égouts et apparaît comme une autre branche de la Maison Blanche. La censure des voix autres que celles de l’histoire officielle de l’OTAN est curieuse – alors qu’ils appellent Poutine un censeur – le place au niveau de La Sexta. Vous ne pouvez pas vous battre pour une meilleure république tout en étant au service de ceux qui attaquent vraiment la souveraineté de dizaines de peuples avec le terrorisme impérialiste. Ce fait démontre, une fois de plus, qu’il n’y a pas ici de liberté d’expression, mais liberté de manipulation.

Beaucoup oublient que la chaîne russe RT (aujourd’hui assiégée comme d’autres médias d’information pour avoir expliqué qui a causé la guerre et comment elle se déroule), a donné la parole aux partisans du référendum en Catalogne sans les criminaliser, a raconté la répression contre l’indépendance sans la justifier et il a répandu des réalités inconfortables pour le régime espagnol rendu invisible par ses médias. Il a également expliqué que le ministre russe des Affaires étrangères a reproché à l’État espagnol -avant les leçons de démocratie du Galós Borrell- de les avoir emprisonnés pour le processus. Il faut aussi rappeler que les brigades de solidarité du Donbass qui ont quitté l’Espagne sont des antifascistes. Alors que plusieurs nazis espagnols sont venus servir l’État ukrainien, qui compte également des nazis de nombreux autres endroits et aussi des djihadistes. 

Il devrait être évident que c’est la Russie qui est intéressée par l’instabilité et à l’affaiblissement des États impérialistes qui l’attaquent, comme les Espagnols et non l’UE. Pour cette raison, à la fois tactiquement et stratégiquement, c’est une grande myopie politique d’attaquer la Russie avec des calomnies, si le but est vraiment d’affaiblir le régime espagnol. Mais étant donné que les» procesistas » facilitent la stabilité de l’État de diverses manières, il aurait été surprenant que le contraire se produise.

Vous ne vous souvenez plus combien de médias espagnols ont même interviewé des nazis catalans, les laissant comme des victimes de l’indépendance ? Aujourd’hui, ce discours est répété avec des fascistes ukrainiens interrogés et blanchis à tout moment sans donner la parole aux antifascistes ukrainiens assiégés par eux. Par exemple, le pamphlet du PSOE « Eldiario.es » a interviewé Sonia Barabasch, la présentant comme la fille d’un « combattant contre l’URSS pour une Ukraine libre ». Eh bien, son père était un soldat nazi qui s’est ensuite réfugié en Espagne. 

Il n’y a pas moyen de faire de parallèle entre l’État ukrainien et la Catalogne, c’est l’État espagnol qui rend hommage à de nombreux fascistes, tout comme l’État ukrainien. Il a atteint un tel point de ridicule qu’ERC – dans la bouche du bouffon bavard Ruffian – a même accusé Puigdemont et son peuple d’avoir tenu des réunions avec des diplomates russes dans le passé, à la recherche d’alliés pour l’indépendance. 

Bien sûr – et encore plus en ce moment – il existe la possibilité que la Russie reconnaisse l’indépendance de la Catalogne si elle se défend vraiment dans la rue pendant longtemps, alors que la possibilité que les États-Unis le fasse semblent lointaine. Au-delà des montages bizarres avec lesquels, pendant des années, le régime a accusé la Russie d’être disposée à soutenir militairement la cause indépendantiste catalane, il est logique que tout ce bruit vienne du fait qu’ils savent – contrairement aux supposés partisans de l’indépendance – que la Russie peut être un allié.

La malveillance contre RT vient de loin et est liée à cette histoire. Peut-être que la Russie pourrait n’être « qu’un » allié de l’ombre discret, mais un allié. Elle n’en serait peut-être pas arrivée au point de reconnaître la République catalane en cas d’insurrection (seule voie possible pour la conquérir, comme l’a dit le ministre du PP, Margallo), car trop de facteurs complexes interviennent, mais elle se positionnerait davantage en faveur d’atteindre cette situation, de la maintenir et la développer.

Que les opportunistes de service comme Aragonés – que Junts a rejoint, alors que le CUP ne le dénonce pas haut et fort, accusant également la Russie – aient rejoint la cruauté pour de prétendues questions morales, est un cynisme insupportable. Eux qui soutiennent le gouvernement espagnol qui, entre autres atrocités, aide le Maroc à écraser le peuple sahraoui, Israël à commettre un génocide contre les Palestiniens et l’Arabie saoudite dans son extermination du Yémen ! Quelle défense de l’autodétermination et de la souveraineté des peuples !

 Ces fraudes procédurales ont fait plus pour le fascisme ukrainien que pour la défense cohérente du droit à l’autodétermination en Catalogne. S’ils n’hésitent pas à glorifier l’État ukrainien et à soutenir ses actions armées, ils condamnent ici avec force jusqu’aux barricades de manifestants indépendantistes. Oui, avec cette conviction, ils servent aussi le fascisme espagnol. 

Défendant ainsi l’envoi d’armes aux copains de l’impérialisme – oui, au nom du pacifisme «chupiprogre» ( pseudo gauchiste) – ils engraissent aussi l’industrie de l’armement, le succulent business de guerre que pressent tant les USA et leurs alliés. 

Aujourd’hui, défendre la légitimité de l’opération défensive russe est une position inconfortable en raison des effets dévastateurs de la guerre de désinformation. Mais ce ne sera pas avec des discours et des actes confortables pour le pouvoir que nous l’affaiblirons. Ses mercenaires, qui ne méritent pas la qualification de journalistes, ont même laissé Pablo González, reporter emprisonné en Pologne depuis 2 mois, accusé d’être un espion russe pour avoir raconté ce qui se passait dans le Donbass. Ils l’ont empêché de voir son avocat, et sa famille et ses amis ont dénoncé avoir été harcelés par la CNI. Il faisait partie – comme d’autres professionnels qui ne répètent pas comme des perroquets les déclarations de l’Otan – d’une liste noire dressée par les hautes autorités, dans laquelle sont pointés du doigt ceux qu’ils appellent «les créateurs d’opinion pro-russe». Le silence avant son enlèvement résume à quel point la tyrannie du mensonge impose l’ignorance.

Image des crimes perpétrés par les néo-nazis ukrainiens. Des dizaines de personnes ont été tuées dans la Maison des syndicats d’Odessa et plus de 100 personnes ont été portées disparues par des néonazis ukrainiens le 2 mai 2014. Des dizaines de personnes ont été battues à mort, d’autres brûlées vives, d’autres se sont jetées par les fenêtres en essayant d’échapper au feu et ont été achevées blessées, battues, devant une foule empoisonnée par le racisme et l’anticommunisme. La femme enceinte sur la photo a été pendue avec un câble téléphonique par des néo-nazis ukrainiens.

Ce contrôle obsessionnel, les mesures exceptionnelles qui vont encore plus loin dans la réduction des libertés fondamentales, le blanchiment de l’OTAN et, par conséquent, de l’armée espagnole, ne profitent en rien à l’indépendance ni au droit à l’autodétermination

Par conséquent, si de nombreux partisans de l’indépendance ne veulent pas agir comme des procéduraux domestiqués, ils devraient -au moins- remettre en question ce rôle. Dire que tous les Ukrainiens défendent la manière d’agir du gouvernement Zelensky (ce qui ne légitimerait pas non plus sa praxis) est un mensonge, comme ce serait affirmer que la majorité des Catalans s’opposent au mouvement indépendantiste. 

Où est la solidarité avec les antifascistes ukrainiens qui sont également réduits au silence et brutalement réprimés par l’État ukrainien en ce moment ? Récemment, l’organisation communiste ukrainienne Borotba a dénoncé la torture constante, les meurtres, les disparitions et l’emprisonnement d’activistes et de civils en désaccord avec les autorités. Il faut en parler au lieu de donner de la crédibilité aux montages hollywoodiens. Jamais mieux dit, avec la CIA qui les orchestre.

L’organisation communiste ukrainienne «Borotba» appelle de toute urgence à la libération des prisonniers politiques du régime de Kyiv dirigé par Zelensky

S’opposer aux guerres que l’OTAN provoque, c’est mener une guerre contre sa propagande ininterrompue. Entre autres, pour minimiser les dégâts massifs qu’elle provoque en retardant la prise de conscience. 

Dans ce cas, cela passe par nier le plus gros : la Russie ne veut pas annexer l’Ukraine par la force, comme le disent certains indépendantistes critiques envers l’Otan. Son armée rentrera chez elle lorsque cesseront les massacres contre les Républiques et les graves menaces contre le territoire russe. Loin d’être une opération impérialiste, c’est une opposition claire à l’avancée impérialiste, pour une question de survie. La Russie a essayé pendant des années d’éviter d’avoir à en arriver à une confrontation armée qui, malheureusement, touche des gens qui ne le méritent pas. Des gens qui n’ont pas d’importance pour l’OTAN ou l’État ukrainien qui ont fait et font le contraire pour éviter un tel scénario. Mais l’escroquerie du meurtre intentionnel et massif de civils sans défense a été niée même par des soldats qui ont travaillé dans l’OTAN tels que les Suisses Jacques Baud, expert en renseignement militaire .

Dans une interview qui peut être trouvée en ligne, il a déclaré : « L’approche russe de la guerre est très différente de celle des Américains. Il y a les exemples de la Yougoslavie, de l’Irak et de la Libye. Lorsque les pays occidentaux ont attaqué ces nations, ils ont d’abord détruit leurs approvisionnements en eau et en électricité. L’objectif de la Russie n’est pas dirigé contre la population ukrainienne.» En même temps qu’il dénonce : « J’ai été choqué par la déclaration du ministre français de l’Economie de vouloir détruire l’économie russe dans le but de faire souffrir le peuple russe. Une telle déclaration est scandaleuse.«

 Il pointe également le rôle provocateur de l’Europe et sa volonté d’isoler la Russie pour des intérêts économiques, le nombre très élevé de soldats nazis que les médias tentent de réduire à des chiffres anecdotiques, la russophobie et les attentats en Crimée qui animent l’État ukrainien depuis de nombreuses années, l’absurdité d’attribuer cette situation à la « folie de Poutine » en la dépouillant de son contexte historique, etc. Les faux meurtres de civils pour criminaliser ceux qui ne sont pas intéressés par l’impérialisme, sont une partie essentielle du plan conçu pour diriger l’opinion des masses.

 En Roumanie en 1989, l’impérialisme a justifié le renversement armé de Ceausescu en inventant un charnier à Timisoara soi-disant avec des milliers de cadavres de civils, dont des enfants. De nombreux ossements provenaient d’animaux et avaient rempli la fosse commune des morts exhumés du cimetière. Pour rendre la scène encore plus macabre, ils ont inclus des jouets pour enfants. Ils sont capables du pire.

L’armée suisse, experte de l’ONU, analyse la guerre en Ukraine au scalpel

Tout comme beaucoup de gens de gauche dans l’État espagnol ont été aveuglés par le rejet de la bourgeoisie «processiste»et de ses représentants, l’utilisant comme prétexte pour ne pas soutenir le référendum auquel la classe ouvrière et d’autres secteurs populaires devraient avoir droit, maintenant beaucoup sont aveuglés par le rejet du gouvernement Poutine.

 Mais une attaque ouverte de l’OTAN contre la Russie avec les armes nucléaires et biologiques qu’ils développaient en Ukraine nuirait non seulement à Poutine et à son peuple, mais surtout au peuple russe, qui sera déjà en charge du retour au socialisme. Partout où l’OTAN met ses griffes sanglantes, les conditions de vie des personnes qu’elle prétend libérer s’aggravent. Après son intervention en Libye, le pays est passé de l’une des nations les plus prospères d’Afrique – reconnu par l’ONU – à l’un des pires enfers.

 Si l’OTAN prenait le contrôle de la Russie, le peuple russe – parmi beaucoup d’autres – serait gravement lésé. Comment ne pas défendre, alors, l’arrêt de l’OTAN ? Solidarité avec le peuple ukrainien antifasciste, avec celui des Républiques du Donbass et avec les Russes, il faut désormais dénoncer les plans macabres de l’Otan et soutenir le droit des peuples à l’autodéfense. C’est ce qu’ont fait les travailleurs portuaires de Grèce et d’Italie en essayant d’empêcher l‘expédition d’armes, soulignant qu’ils le font pour que les intérêts de l’impérialisme gagnent et que ceux des travailleurs perdent. 

Le gouvernement catalan n’est pas non plus exemplaire et pourtant il aurait eu la légitimité pour se défendre contre l’agression fasciste. Bien qu’au lieu de le faire, ces «botiflers»( ces bourbons) répriment le mouvement indépendantiste et, comme dans cette affaire et tant d’autres, ils suivent le modus operandi des farouches ennemis de l’autodétermination. Tout s’encastre a merveille quand ils ne défendent même pas l’autidetermination avec un minimum de cohérence.

Source : écrit par le Rappeur espagnol Pablo Hasél, de la prison de Ponent, Catalogne, royaume d’Espagne. Condamné pour «avoir insulté » la monarchie corrompue espagnole et «apologie de terrorisme» ceci avec le gouvernement le «plus progressiste» de l’ histoire d ‘Espagne.

Avec resumen Latinoamericano

Source :  https://www.france24.com/es/europa/20210301-espa%C3%B1a-fiscal%C3%ADa-proceso-pablo-hasel-pena-carcel

Anuncio publicitario

1 Comment

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.