Paris : La révolution ouvrière du 22-26 Juin 1848- par Friedrich Engels


La révolution de Juin ( 22 au 26 juin 1848 ) c’est le soulèvement ouvrier qui va diviser la IIème République en France sur les revendications sociales. La crise économique et sociale de la la revolution de Fevrier persiste et le mécontentement populaire gronde. Le 23 Juin des ouvriers s’insurgent et réclament l’instauration d’une république sociale. L’insurrection est durement réprimée par le «Boucher de Juin», le Général Cavaignac. La presse elle, comme aujourd ‘hui, toute rangée du cote du pouvoir bourgeois, fait passer les ouvriers pour des anarchistes et des bêtes . Les 3 jours de combats feront 4000 morts dans le proletariat insurges et 1600 du cote des forces de l ‘ordre. Cet article a été rédigé à chaud par Engels et décrit la guerre civile qui eut lieu à Paris, publié dans le journal que Karl Marx lui meme dirige depuis le 1 er juin 1848. Son tirage qui atteint 5000 exemplaires et 6000 abonnés sera interdit en 1849. Puis Marx le relancera ensuite à Londres.
Engels écrivit : » D’ailleurs, le cours de toute cette affaire prouve que, dans un temps nullement éloigné, les ouvriers ne peuvent manquer de vaincre, même si nous considérons les choses d’un point de vue purement militaire. Si 40 000 ouvriers parisiens ont déjà obtenu un résultat aussi formidable contre un ennemi quatre fois supérieur, que réussira à faire la masse tout entière des ouvriers parisiens lorsqu’elle, agira unanimement et avec cohésion !»

Dr. Volodymyr & Mr. Zelensky : la face cachée du président ukrainien


Le problème de l’Ukraine est que son président, bon gré ou mal gré, a cédé son pouvoir aux extrémistes sur le plan intérieur et aux militaires de l’Otan sur le plan extérieur pour s’adonner au plaisir d’être adulé par les foules du monde entier
On rappelle qu’il a été élu avec le score canon de 73,2 % des voix en promettant de mettre fin à la corruption, de mener l’Ukraine sur le chemin du progrès et de la civilisation, et surtout de faire la paix avec les russophones du Donbass. Aussitôt élu, il va trahir toutes ses promesses avec un zèle si intempestif que sa cote de popularité tombera à 23 % en janvier 2022, au point de se faire distancer par ses deux principaux adversaires.
Dès mai 2019, pour satisfaire ses sponsors oligarques, le nouvel élu lance un programme massif de privatisation du sol portant sur 40 millions d’hectares de bonnes terres agricoles sous prétexte que le moratoire sur la vente des terres aurait fait perdre des milliards de dollars au PIB du pays. Dans la foulée des programmes de « décommunisation » et de « dérussification » entamés depuis le coup d’État pro-états-unien de février 2014, il lance une vaste opération de privatisation des biens d’État, d’austérité budgétaire, de dérégulation des lois sur le travail et de démantèlement des syndicats, ce qui fâche une majorité d’Ukrainiens qui n’avaient pas compris ce que leur candidat entendait par « progrès », « occidentalisation » et « normalisation » de l’économie ukrainienne………