Face à la persistance de l’Etat d ‘exception, l’extension de la militarisation des territoires du Wallmapu, favorisant les transnationales minières et forestières, et ce malgré les déclarations frauduleuses de «Plurinationalité», la Coordination Arauco Malleco (CAM), en collaboration avec la communauté María Cayulleo, a saisi sept domaines appartenant à des entreprises forestières de la commune d’Angol, des territoires qui couvrent près de 5 000 hectares du Sud du Chili.

Cette récupération politique et territoriale se fait dans les fermes de El Chequen et Santa Marina de la Forestal Mininco, dans la ferme de San José de Trintre de Forestal Arauco, dans les fermes Santa María et Santa Guillermina de la Forestal Cautín , dans le domaine El Tesoro de Forestal Comaco et dans le domaine El Porvenir du riche propriétaire terrien Vásquez , a déclaré l’organisation liderée par Hector Llaytul.

L’occupation a été signalée quelques jours seulement après que le gouvernement a décidé d’étendre l’etat d’exception et la poursuite en justice du chef du CAM, Héctor Llaitul, en vertu de la loi sur la sécurité de l’État (LSE).

Les résistants Mapuche se disent surpris par les positions du Parti communiste chilien* qui dans sa majorité ( sauf deux militants ) a voté pour l’ extension de la militarisation du Territoire de Wallmapu et la criminalisation de ses combattants.

Le Vendredi 29 juillet 2022, une nouvelle extension de l’État d’exception constitutionnelle a été approuvée à la Chambre des députés dans la mal nommée «Macro Zone Sud» (langage utilisé par la dictature militaire pour désigner Wallmapu). Parmi les parlementaires qui composent la commission parlementaire du PC, seules Lorena Pizarro et María Candelaria se sont opposées à cette mesure. Révoltant !

La note de la commission parlementaire PC-FRVS, bien qu’affirmant formellement que « Nous ne pouvons pas cautionner indéfiniment la militarisation de Wallmapu », approuve en fait l’invocation d’un « Etat d’exception » non pas de manière exceptionnelle, mais quasi permanente.

Ce Parti Communiste ne devrait plus se nommer communiste car il a épousé le développement capitaliste du Wallmapu et du capital étranger.

Le militant Hector Llaitul a declaré que le gouvernement de pseudo gauche de Boric «maintient la logique coloniale avec un caractère de contre insurgence et travaille pour les intérêts des transnationales». Voir l’ entretien fait à infowerken ou il explique avec clarté les positions du gouvernement colonial et les positions des résistants Mapuche pour la terre. Le pouvoir coloniale continue de les criminaliser et les traiter de terroristes ou délinquants, de plus par la Ministre de l’ interieur, Izkia Siches, du gouvernement Boric qui se rempli la bouche de «Tolérance», » Plurinationalité » .

CE GOUVERNEMENT NE DONNE AUCUNE GARANTIE DE CONTENTION DU CAPITALISME ET NE CONNAIT ABSOLUMENT BPAS LA REALITE DU PEUPLE MAPUCHE.

Voir excellent entretien de Hector Llaitul  ( en espagnol) 

Parmi les parlementaires qui composent la commission parlementaire du PC, seules Lorena Pizarro et María Candelaria se sont opposées à cette mesure. Révoltant !

Voir aussi Notre conférence à Tunis, en 2020 avec l’ Ambassadrice de la Nation Mapuche Flor Calfunao auprès de l’ ONU

https://wordpress.com/post/albagranadanorthafrica.wordpress.com/3176

Source: https://www.revistadefrente.cl/militarizacion-del-wallmapu-minuta-parlamentaria-del-pc-llama-a-sus-parlamentarios-a-apoyar-ampliacion-del-estado-de-excepcion-y-a-combatir-el-robo-de-lena/

Anuncio publicitario