Le blé ukrainien est-il américain ?


L’Ukraine est réputée pour sa « terre noire », extrêmement fertile et à haut rendement. Elle a longtemps été utilisé par les agriculteurs locaux , des kolkhozes, pour approvisionner une grande partie de l’Europe et du monde en maïs et en blé. Avec la privatisation des terres agricoles depuis un an, les transnationales américaines immensément riches sous tutelle des fonds d’investissement , ont les mains libres .
Le gouvernement américain, tout en disant au monde qu’il ne fait que négocier une transition en Ukraine, joue en fait un rôle central dans la colonisation de l’économie du pays.
Trois grandes corporations Cargill, Dupont et Monsanto, transnationales états-uniennes ont acquis pratiquement un tiers des terres cultivables ukrainiennes.
Alors que selon les sondages 81% des personnes interrogées se prononçaient contre la vente de la terre aux étrangers et que seuls 13% soutenaient la démarche préconisée par le Gouvernement.
De plus depuis que l’Ukraine et l’UE ont signé un accord d’association en 2014, et que l’Ukraine appliquait une interdiction sur les produits OGM comme en Russie, ils sont a présent permis.
La clause 404 qui promeut « l’utilisation des biotechnologies » dans l’agriculture ukrainienne le rend légal.
Du coup, lorsqu’on évoque le blé ukrainien et son exportation, la question se pose de quoi parle-t-on exactement ? Pourquoi omet-on systématiquement de mentionner les fonds d’investissements américains pourtant très importantes parties prenantes dans l’affaire et, pourquoi pas, principales bénéficiaires ?……..

Pour en finir avec L ‘Ukraine: l’occident se prépare à piller ce pays avec une thérapie de choc capitaliste de privatisation, déréglementation, et réduction de la protection des travailleurs.


Les 4 et 5 juillet 2022, de hauts responsables des États-Unis, de l’UE, de la Grande-Bretagne, du Japon et de la Corée du Sud se sont réunis en Suisse pour une soi-disant « Conférence sur la relance de l’Ukraine ». 
Toutes ces conferences sur la reconstruction ne visent qu ‘un seul objectif: la privatisation généralisée des industries publiques et la déréglementation de l’économie.
Mais ces mesures sont tres impopulaires parmi les ukrainiens : un sondage a révélé que seulement 12,4% soutenaient la privatisation des entreprises publiques (SOE), alors que 49,9% s’y opposaient. (12 % supplémentaires étaient indifférents, tandis que 25,7 % n’avaient pas de réponse.
Dans un appel explicite à réduire les protections du travail, le document a attaqué les dernières lois pro-travailleurs en Ukraine, dont certaines sont un vestige de l’ère soviétique.
Dans le même ordre d’idées, le Plan national de relance a exhorté l’Ukraine à réduire les impôts des entreprises et des riches capitalistes.
Il s’agissait essentiellement d’un appel à l’Ukraine pour qu’elle abandonne sa souveraineté économique au capital occidental.
Rappelons que c’est en fait le Fonds monétaire international , et plus particulièrement le refus du président ukrainien démocratiquement élu, Viktor Ianoukovitch, d’accepter les demandes du FMI de réduire les salaires, de réduire les dépenses sociales et de mettre fin aux subventions à l’essence afin de s’intégrer à l’UE, qui l’a amené à se tourner vers la Russie pour un accord économique alternatif, ouvrant ainsi la voie aux « manifestations Euromaïdan » soutenues par l’Occident et finalement au coup d’État de 2014.

Pourquoi Cuba est une grande démocratie


J’en ai marre de lire que Cuba est une dictature, alors j’ai écrit quelques notes pour montrer que ce n’est pas le cas : au contraire, la démocratie règne à Cuba. 
Les députés sont tenus de rendre compte de leurs actes  et leur mandat peut être révoqué à tout moment. Les députés par intérim ne reçoivent pas de rémunération monétaire supérieure aux salaires qu’ils avaient avant de faire partie de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire. Ce modèle a prévalu à Cuba lors des élections de 1976, 1981, 1986, 1993, 1998, 2003, 2008, 2013 et 2018.
Toute personne âgée de plus de 16 ans a le droit de voter librement, égal, direct et secret.  Tout le monde a le droit d’être élu. Les candidats ne sont pas désignés par des partis mais par des assemblées de quartier ou de circonscription et par des organisations sociales. Tout le monde peut les proposer.
Le Parti communiste cubain n’a pas de caractère électoral ; elle ne postule personne et c’est un mythe que tous les candidats à une députation doivent en faire partie.
Il est vrai que l’article 62 de la Constitution consacre le caractère socialiste de l’État cubain et l’impossibilité de modifier ce caractère. Mais quelque chose de similaire se produit en Espagne et dans d’autres pays européens, où il n’y a pas de droit d’éradiquer les monarchies par des moyens démocratiques ou légaux. Cependant, ce n’est pas pour cela que les grands médias occidentaux se foutent 24 heures sur 24 du fait qu’ils sont des régimes dictatoriaux.