De Wojtyla au pape François sud-américain, c’est la même  salade.


Toute la presse internationale a relayé à l ‘unissons que le pape Francois I a demandé «pardon» aux Premières nations, aux métis et inuits dans son Voyage au Canada reconnaissant le rôle de l’Eglise catholique dans le genocide des amérindiens. Mais quel est l ‘objectif réel de ce mercenaire spirituel du capital? pour le comprendre nous avons choisi cet article qui en dit sur ce personnage tant admiré meme par la gauche sud américaine.
Avec ces discours, le pape veut donner un rôle politique de premier plan à l’Église catholique dans ces pays, et retrouver l’influence perdue par l’institution en raison de la corruption et des scandales sexuels, ainsi que son soutien aux dictatures et au capital financier.

NOUS SOMMES EN L’AN 6259 DE L’ÈRE AFRICAINE


Il y a 6259 ans, nos ancêtres Noirs (Afro-Égyptiens) inventent le calendrier sidéral fondé sur le lever d’une étoile, Sothis (Sirius) qui devenait visible juste un peu avant le lever du soleil.
Il est l’ancêtre de tous les calendriers que nous connaissons et/ou utilisons, en passant par le calendrier julien (Rome antique), ou encore grégorien (par le pape Grégoire XIII).
Le grand savant sénégalais CHEIKH ANTA DIOP à propos du calendrier égyptien : « Comme pour la géométrie, les Égyptiens ont été les inventeurs exclusifs du calendrier, celui-là même, à peine réformé, qui règle notre vie d’aujourd’hui, et dont NEUGEBAUER dit « qu’il est vraiment le seul calendrier intelligent qui ait jamais existé dans l’histoire humaine »…Ils ont inventé l’année de 365 jours se décomposant ainsi : 12 mois de 30 jours = 360 jours, plus 5 jours épagomènes, correspondant chacun à la naissance d’un des dieux égyptiens suivants : Osiris, Isis, Horus, Seth, Nephtys. ……