Démantelons l’ énième fausse accusation: les persécutions antisémites dans l’URSS de Staline


L’antisémitisme profite aux exploiteurs en ce qu’il détourne, tel un paratonnerre, les coups portés par les ouvriers au capitalisme. L’antisémitisme est dangereux pour les travailleurs, car c’est un faux-fuyant qui les détourne du droit chemin et les conduit dans la jungle.
Les communistes, en tant qu’internationalistes conséquents, ne peuvent manquer d’être des ennemis irréconciliables et acharnés de l’antisémitisme. En Union soviétique, l’antisémitisme est sévèrement poursuivi en tant que phénomène hostile au système soviétique. Selon les lois de l’URSS, les antisémites actifs sont punis de mort.
(I. Staline, Réponse à une accusation de l’Agence juive aux USA)

L’Union soviétique a assimilé la plupart de ses cinq millions de Juifs, a mis à disposition un vaste territoire autonome et les moyens de la colonisation, ainsi sont nés des millions de citoyens actifs et intelligents.

En Union soviétique, j’ai rencontré beaucoup de juifs et, comme la question m’intéresse, j’ai beaucoup parlé avec eux. Le rythme extraordinaire du processus de production nécessite des hommes, des mains et des cerveaux ; les juifs se sont volontairement laissés encadrer dans ce processus et cela favorise l’assimilation qui a progressé plus qu’ailleurs.

Il est arrivé que des Juifs me disent : « Pendant de nombreuses années, je n’ai pas pensé au fait que je suis juif ; seules vos questions me le rappellent ».

Émouvant est l’unanimité avec laquelle les Juifs que j’ai rencontrés ont manifesté leur accord avec le nouvel État. Avant ils étaient méprisés, persécutés, des gens non professionnels dont la vie n’avait aucun sens ; maintenant ils sont paysans, ouvriers, intellectuels, soldats et sont reconnaissants pour le nouvel ordre.

Extraordinaire est l’avidité avec laquelle les Juifs, si longtemps tenus à l’écart de l’économie agricole, se sont lancés dans ce nouveau métier.

Souvent des délégués juifs des collectivités économiques venaient me voir pour m’inviter à visiter leurs colonies.

C’était très intéressant d’entendre ce que les paysans soviétiques non juifs m’ont dit à propos de ces kolkos, à l’origine ils avaient des préjugés contre les juifs et ne les considéraient pas comme aptes au travail agricole, maintenant ils sourient avec bonhomie au souvenir de leurs préjugés.

On m’a parlé de paris importants et pacifiques entre colonies juives et non juives en Ukraine, en Crimée, dans le bassin du Don.

Non moins est la passion avec laquelle les Juifs, tenus à l’écart pendant des siècles de l’éducation et de la science, se sont maintenant jetés sur ces deux branches. On m’a dit qu’il y avait dans les villages juifs un étrange manque d’hommes et de femmes entre quinze et trente ans. C’est parce que tous les jeunes juifs vont en ville pour étudier.

Si le développement économique favorise d’une part l’assimilation des juifs soviétiques, l’Union a d’autre part liquidé la thèse «de l’illusion néfaste d’un peuple juif» et a donné la possibilité à ses juifs de conserver leur nationalité.

Le nationalisme des Juifs soviétiques se distingue par un certain enthousiasme tranquille. À quel point il est peu romantique, pratique et audacieux, cela ressort de deux faits.

En premier lieu, ils ne reconnaissent pas l’hébreu comme leur propre langue, noble et traditionnelle, mais peu utile, mais le yiddish formé dans la vie quotidienne et composé d’éléments hétérogènes, qui est pourtant utilisé par cinq millions d’individus comme langue de communication.

Et deuxièmement, le territoire offert aux Juifs pour la fondation de leur État national et dans lequel ils se sont installés est lointain et difficile, mais plein de possibilités illimitées.

Comme toutes les langues nationales, le yiddish est entretenu avec amour dans l’Union. Il y a des écoles et des journaux dans cette langue, il y a de la littérature et des congrès pour la protection du yiddish se tiennent et les émissions dans cette langue jouissent de la plus haute considération.

Au Théâtre d’État de Moscou, j’ai vu une très bonne représentation en yiddish du Roi Lear avec le grand acteur Miehoels dans le rôle principal et avec l’excellent drôle Suskins, avec de nouvelles scènes magnifiques et parfaitement interprétées.

La fondation de l’État national juif au Birobidzian se heurta d’abord à des difficultés insurmontables et le projet fut considéré par les ennemis de l’Union et pas seulement par eux, une entreprise aussi désespérée que la reconstruction de l’économie socialiste.

L’insuffisance des moyens financiers a rendu plus difficile l’exécution du projet, de nombreux colonisateurs sont revenus et les ennemis ont déjà déclaré triomphants que le plan était une utopie, naufragé par l’éloignement du territoire, par la conformation géologique du terrain, par la peste des moustiques et du paludisme, et non la moindre raison de la faible capacité de pionnier des Juifs russes dégénérés des petites villes.

Eh bien, maintenant, sur le territoire birobidzien, il y a une ville, avec des écoles, des hôpitaux, des bâtiments publics et un théâtre, et elle est accessible depuis Moscou en voiture directe. Bien que le plan prévoit l’immigration de plus de cent mille juifs au cours des trois prochaines années, les autorités doivent scruter sévèrement tant les demandes d’immigration sont nombreuses.

J’ai reçu de nombreuses lettres de Birobidzìan et j’ai parlé avec de nombreuses personnes qui sont venues directement. Personne ne nie que la vie y est encore dure. Mais aussi plus personne ne nie que le plus difficile a été fait et que l’utopie est devenue réalité.

La République socialiste juive existe !!

Source: Stakanovblog/ Chapitre 5, Nationalisme et internationalisme du livre de Moscou de 1937 de Lion Feuchtwanger

Anuncio publicitario

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.