Les manifestations de soutien au récent coup d’État au Burkina Faso ont mis en évidence la solidarité avec la Russie


Depuis janvier, deux coups d’État militaires ont eu lieu dans l’État ouest-africain du Burkina Faso, les attaques de groupes rebelles alimentant l’inquiétude suscitée par les problèmes de sécurité nationale.

Le dernier putsch a été mené par le capitaine Ibrahim Traoré, qui, avec ses collègues officiers, a déposé le colonel Paul Henri Damiba le 30 septembre.

Traoré a cité l’échec de l’administration Damiba à freiner une insurrection djihadiste qui a déstabilisé de vastes étendues de territoire à l’intérieur du pays depuis 2015. La France, l’ancienne puissance coloniale dans ce qui était alors connu sous le nom de Haute-Volta, a des forces militaires au Burkina Faso ostensiblement pour protéger les intérêts de Paris et de la collectivité locale.

Cependant, au Burkina Faso et dans d’autres anciennes colonies françaises d’Afrique de l’Ouest, des manifestations ont fait surface l’année dernière pour exiger le retrait des unités militaires et du personnel diplomatique de Paris. Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre, le Premier ministre par intérim du Mali voisin a dénoncé l’implication française dans son pays tout en accusant l’administration du président Emmanuel Macron de tentatives d’utilisation de mercenaires ivoiriens pour renverser le régime militaire dans la capitale de Bamako.

Après le récent changement de gouvernement dans la capitale Ouagadougou, l’ambassade de France et d’autres institutions ont été violemment attaquées par des jeunes burkinabés portant leurs drapeaux nationaux avec celui de la Russie. Ces incidents sont le reflet des relations tendues entre Paris et le continent africain.

Ces développements politiques sur le continent africain ne devraient surprendre aucun observateur sérieux dans la période actuelle. Un héritage d’esclavage et de colonialisme continue d’entraver la capacité du continent à acquérir sa position appropriée dans le contexte plus large des affaires mondiales.

Le Burkina Faso depuis son indépendance en 1960 est soumis à la présence d’intérêts économiques et militaires de Paris. D’autres États du Sahel et de la région élargie de l’Afrique de l’Ouest sont la cible de déstabilisation depuis des décennies.

Depuis la formation du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (AFRICOM) et de son homologue français composé de la Légion étrangère et de l’opération Barkhane, la situation sociale dans de nombreuses régions de la région de l’Afrique de l’Ouest s’est détériorée. La Guinée-Conakry, également une ancienne colonie de la France, a connu des troubles persistants depuis le renversement militaire du fondateur du Parti démocratique (PDG), autrefois dirigé par le président Ahmed Sékou Touré de 1958 à 1984.

Les administrations guinéennes depuis 1984 ont abandonné le concept du PDG de la révolution démocratique africaine, du panafricanisme et du socialisme. Pourtant, les conditions de vie des populations n’ont pas bénéficié de ce virage à droite en matière de politique intérieure et extérieure.

Le Mali a également connu une expérience révolutionnaire de démocratie populaire et d’orientation socialiste sous la première administration postcoloniale du président Modibo Keita qui a dirigé le pays de 1960 à 1968, lorsqu’il a été renversé par un coup d’État militaire. Le Mali des temps modernes a subi deux coups d’État militaires depuis 2020. En proie aux mêmes insurrections rebelles que le Burkina Faso, le Niger, le Cameroun, le Tchad et le Nigéria voisins, l’aide militaire et de renseignement des États-Unis et de la France n’a abouti qu’à la diminution de la capacité de ces États pour répondre à leurs propres préoccupations en matière de sécurité.

Centres de recherche impérialistes et ingérence militaire continue en Afrique

Les groupes de réflexion occidentaux qui servent à rationaliser la politique étrangère impérialiste en Afrique et dans d’autres régions géopolitiques tentent d’attribuer les changements spectaculaires vers la Fédération de Russie et la République populaire de Chine en ce qui concerne les questions économiques et de sécurité à certaines tactiques néfastes utilisées par Moscou et Pékin. Ces centres de planification stratégique impérialiste ne pourront jamais reconnaître l’échec abyssal du néo-colonialisme en Afrique qui a maintenu le continent dans un statut dépendant au sein du système économique mondial.

L’International Crisis Group (ICG) fournit un exemple de la justification malhonnête de l’antagonisme croissant même entre les forces militaires en Afrique de l’Ouest. Leur position s’aligne étroitement sur celle du Département d’État américain lorsque le porte-parole Vedant Patel a déclaré :

« Nous avons parlé clairement de l’impact déstabilisateur de la désinformation rampante mais aussi des activités du groupe Wagner à l’échelle mondiale. Les pays où le groupe a été déployé se retrouvent plus faibles et moins sûrs, et nous l’avons vu dans un certain nombre de cas rien qu’en Afrique.

Néanmoins, la société de services militaires basée en Russie, Wagner, n’est opérationnelle sur le continent que depuis quelques années. Cela peut facilement être comparé aux siècles d’ingérence et d’efforts de déstabilisation de l’impérialisme collectif des pays capitalistes occidentaux d’Europe et d’Amérique du Nord.

Ce même fonctionnaire du Département d’État a commodément ignoré l’impact de l’AFRICOM et de l’opération Barkhane en Afrique de l’Ouest. De nombreux officiers qui ont organisé des coups d’État en Afrique de l’Ouest au cours de la dernière décennie avaient des liens étroits avec Washington et Paris par le biais de collèges de formation militaire et de manœuvres conjointes avec le Pentagone, les forces de l’Union européenne (UE), l’OTAN et la Légion étrangère française.

Ce même article cité ci-dessus cite également le directeur adjoint de l’ICG pour l’Afrique, Rinaldo Depagne, en réponse à la question de savoir si la Russie a joué un rôle dans les récents changements de gouvernance en Afrique de l’Ouest :

« C’est très difficile à dire et à prouver. Mais la Russie est certainement plus proche que jamais de conclure un accord avec le Burkina et certainement que la Russie était avec le président – ​​l’ancien président Damiba, et cela pour plusieurs raisons. Le premier est la déclaration du président Traoré. Et le président Traoré, il y a huit jours, a dit qu’il pouvait solliciter une assistance militaire diversifiée sans nommer la Russie, mais tout le monde pensait à la Russie. Deuxième raison, Yevgeny Prigozhin, le patron de Wagner PMC Enterprise, a proposé de travailler avec Traoré. Troisième raison, nous avons maintenant un acte juridique, et selon cet acte, le président négocie et ratifie lui-même les traités internationaux. Donc, cela lui a ouvert la porte de décider s’il travaillera ou non avec la Russie.

De tels points de vue sont articulés en conjonction avec les tentatives infructueuses du Département d’État et du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères d’amener les gouvernements africains à prendre position en faveur de l’OTAN dans l’opération militaire spéciale russe en Ukraine. Le président américain Joe Biden a invité les chefs d’État de l’Union africaine (UA) à assister à un sommet de la Maison Blanche en décembre à la suite de la rencontre Russie-Afrique en Éthiopie en novembre.

Chose intéressante, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a été contraint d’écourter un voyage en Afrique à la suite de frappes de missiles russes à travers son pays à partir du 10 octobre. Kuleba avait également proposé un sommet Ukraine-Afrique.

Une tentative antérieure du président Volodymyr Zelensky, soutenu par les États-Unis, de s’adresser à l’UA n’a attiré que deux participantsAu niveau des masses, il y a eu une solidarité notable avec la Fédération de Russie en ce qui concerne la situation en Ukraine. Même en dehors de la région de l’Afrique de l’Ouest, dans des États comme l’Éthiopie et l’Afrique du Sud, deux des plus grandes économies et groupes de population de l’UA, des jeunes ont organisé des manifestations où flottaient des drapeaux russes.

Cependant, la réalité de la discrimination raciale et de la brutalité dont ont fait preuve les autorités ukrainiennes au début de l’intervention russe n’a pas quitté l’esprit des gouvernements africains et de leur peupleDes étudiants africains étudiant en Ukraine en février et mars 2022 ont signalé de nombreux incidents de passages à tabac, de refus d’admission dans des lieux publics et des moyens de transport, entre autres problèmes.

Depuis ces incidents, les entreprises occidentales et les médias contrôlés par le gouvernement ont tenté d’effacer ces événements horribles de l’esprit des Africains et de la communauté mondiale. Les milices et organisations politiques ouvertement nazies qui existent en Ukraine depuis des décennies sont ignorées dans le langage diplomatique et les comptes rendus médiatiques des événements à l’intérieur du pays.

Leçons pour les groupements pacifistes et anti-guerre au sein des États impérialistes

Ces principales organisations pacifistes et anti-guerre en Europe occidentale et en Amérique du Nord ont adopté une ligne politique assez similaire à celle du Département d’État américain. La Fédération de Russie est considérée comme un agresseur alors que la menace du fascisme et de l’élargissement de l’OTAN est largement ignorée.

Cela est sans aucun doute lié au fait qu’il existe une administration démocrate à la Maison Blanche avec un Sénat équitablement divisé et une légère majorité au sein de la Chambre des représentants. Bien que cette configuration politique aux États-Unis n’ait pas tenu les promesses faites lors des campagnes de 2020 qui engageaient des dépenses sociales pour réduire la pauvreté ainsi que le droit de vote, une diminution de la brutalité policière et l’égalité des femmes, ce qui transpire en réalité, c’est l’aggravation du sort des Africains Américains par la brutalité policière, le racisme institutionnel et la négligence bénigne.

Aux États-Unis, les femmes n’ont plus le droit légal à leur liberté reproductive alors que l’accélération rapide des taux d’inflation dans les secteurs clés de l’économie a un impact disproportionné sur les groupes pauvres, opprimés au niveau national et autres groupes marginalisés. L’administration Biden n’a pas réussi à endiguer l’inflation tandis que la Réserve fédérale a provoqué une récession mondiale envoyant des ondes de choc d’incertitude à la fois parmi la classe dirigeante et la majorité des travailleurs et des peuples opprimés à l’échelle mondiale.

Les organisations occidentales de justice sociale et de paix seraient bien servies pour étudier les développements en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Plutôt que de considérer leurs intérêts comme inextricablement liés à la classe capitaliste dominée par le capital financier et le militarisme impérialiste, la baisse du niveau de vie en Occident ne peut être résolue que par la solidarité internationale du peuple pour mettre fin à toutes les guerres et à l’exploitation par la classe dirigeante.

Source: Abayomi Azikiwe

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.