Note : Les États-Unis ont illégalement envahi la Syrie, occupent illégalement le territoire syrien et volent illégalement du pétrole syrien, pendant que l ‘entité sioniste azhkenaze bombarde illégalement Damas pratiquement tous les jours et occupe le Golan illégalement depuis 1967.. Étonnant de voir les gens parler de la Russie comme si les États-Unis n’étaient pas un État terroriste et un gangster impérial. La Syrie mène une lutte de libération nationale héroïque que tous les gauchistes devraient saluer et mentionner chaque fois qu’ ils parlent de l ‘Ukraine.

—————————————-

Le coordinateur des communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale de Washington, John Kirby, a déclaré le 28 octobre que les États-Unis n’envisageaient ni d’assouplir les sanctions de la loi César contre la Syrie ni de retirer leurs forces d’occupation illégales du pays.

La loi César, adoptée par le Congrès en 2019, impose des sanctions sévères contre la Syrie et cible tout État, entreprise ou individu impliqué dans le gouvernement de Damas.

Pour tenter de justifier la présence américaine en Syrie, Kirby a déclaré que «seulement un millier de soldats américains» y étaient stationnés, dont la mission, selon lui, était uniquement de combattre l’EI.

Le responsable américain a également affirmé que Washington ne souhaitait pas modifier «l’équilibre des forces» en Syrie, suggérant qu’il avait abandonné sa politique de changement de régime contre Damas. Malgré cette affirmation, les États-Unis continuent de soutenir et d’armer des groupes militants dans le pays, y compris la faction antigouvernementale Maghawir al-Thawra (MaT) formée par la CIA, qui occupe des postes au sein de la base d’Al-Tanf.

Le mois dernier, un responsable russe a affirmé que MaT planifiait une opération aveugle et sous fausse bannière contre des civils afin de rejeter la faute sur l’armée arabe syrienne (AAS).

Bien qu’elles prétendent également que sa présence en Syrie vise à dissuader l’EI, les forces américaines ne mènent que des frappes et des opérations superficielles contre le groupe extrémiste, tuant des civils dans le processus, tandis que l’ AAS continue de poursuivre l’organisation de manière approfondie.

Au lieu de cela, les troupes américaines en Syrie sont préoccupées par leurs opérations persistantes et illégales de pillage du pétrole, dont la dernière a eu lieu le 26 octobre . Dernièrement, Washington a même intensifié son pillage du pétrole syrien afin d’atténuer la crise énergétique d’ origine humaine à laquelle il est confronté, ainsi que pour atténuer l’effet de la dernière décision de l’OPEP+ de réduire les niveaux de production.

Selon le ministère syrien du Pétrole, les forces américaines ont volé plus de 80 % de la production pétrolière quotidienne du pays.

Damas et Moscou ont à plusieurs reprises et fermement condamné l’occupation américaine, ainsi que ses sanctions et sa politique de pillage des ressources naturelles de la Syrie.

L’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzya, a déclaré le 10 août qu’un retrait américain de Syrie faciliterait la fin du terrorisme dans le pays.

Source: the cradle