Chili. Quand le fascisme se déguise en gauche progressiste: le président Boric traite le peuple Mapuche de » nazi et lâche»


Note : Le guerre contre le Peuple Mapuche et plus généralement contre les travailleurs chiliens continuent et cette fois, c’ est le Président gauchiste élu par les memes qui défendaient la cause de ce peuple autochtone 500 fois résistant, s’arroge avec la plus grande arrogance le droit de les taxer de NAZIS ET LACHES (une dénigration jamais faite de la part d un gouvernement chilien auparavant) . Ceci est une stratégie délibérément choisie afin de casser la solidarité des travailleurs qui étaient sorties dans les rues en 2019 brandissant les drapeaux Mapuche pour favoriser les corporations forestières du territoire du WALLMAPU. Nous n’avons jamais soutenu sa candidature que nous savions étaient une traitrise. Nous avons la conscience tranquille. Il reste au travailleurs organises et au parti du PC AP de reprendre le flambeau de la lutte pour reconstruire un chilli socialiste et populaire.

L’un des plus grands dangers pour les peuples et les travailleurs est lorsque le fascisme et les politiques réactionnaires se déguisent en gauchistes et progressistes. Pour cette raison, la confusion règne chez les exploités, puisque ces traîtres recourent au discours historique de la gauche chaque fois qu’ils ont besoin de renforcer leur option procapitaliste et bourgeoise. 

Si pour le troisième anniversaire de l’éclosion sociale (le 18 octobre), Boric a fait sortir 25 000 policiers, si Boric a brutalement réprimé toutes les marches étudiantes où chacune d’elles était accompagnée d’un important contingent de policiers lourdement armés. 

Le discours mis en œuvre par Boric, qui s’est considérablement étoffé, a assumé de plus en plus les revendications et les exigences de l’extrême droite, de la droite fasciste par rapport à la fois au respect de « l’ordre public », de « l’état de droit », de la « sécurité nationale » ainsi que dans le cours du gouvernement et les mesures « programmatiques » pour cette « nouvelle étape ». 

Tout indique, et il déjà devenu clair, que les 11 piliers du néolibéralisme, comme le néolibéralisme lui-même, seront renforcés au cours de ce gouvernement progressiste, car il est également clair que la matraque sera la réponse à chacune des protestations et manifestations populaires se produiront. 

Boric : l’envahisseur

Nous savons que le territoire mapuche a été annexé à l’État du Chili il y a plus de 200 ans, violant la reconnaissance officielle qui existait avec une frontière évoquée et reconnue. Dès lors, la lutte du Peuple-Nation Mapuche a parcouru un long chemin de résistance pour l’autonomie et la récupération territoriale jusqu’à aujourd’hui. Cependant, la militarisation de l’Araucanie n’avait jamais acquis les contours et l’intensité d’aujourd’hui, du moins sous un gouvernement civil. 

L’envoi constant de militaires et de policiers, les rafles des communautés, les assemblées policières-judiciaires-politiciens, tout avec l’autorisation du ministère de l’Intérieur en service. Soumission à des taux élevés de pauvreté et de marginalité. La défense que tous les gouvernements civils ont faite des intérêts des entreprises forestières et du capital transnational. Témoins sans visage dans les assemblées judiciaires. Assassinat sélectif de membres de la communauté. État d’exception continu pendant plus de 11 mois. Tout cela et bien plus encore, ainsi que la criminalisation constante du mouvement de libération nationale, fait partie des politiques des gouvernements civils depuis 1990, où ils n’ont été ni invités ni pris en compte dans cette transition vers la démocratie (néolibérale), ni les Les travailleurs chiliens et le peuple. 

La visite de Boric est le plus grand acte de lâcheté et d’intimidation qui ait été commis ces derniers temps. Promouvoir le «dialogue» avec un peuple qui se bat pour son existence et sa détermination depuis plus de 500 ans et arriver avec cet «esprit» de dialogue escorté par plus de 100 militaires lourdement armés, avec des hélicoptères survolant les communautés mapuche et avec un écran de désinformation; ce n’est pas précisément pour stimuler le dialogue démocratique, mais c’est plutôt pour faire preuve de lâcheté de la part du représentant de l‘État colonial face à un peuple désarmé dont le seul outil est l’incendie des camions du grand capital contre l’arsenal d’armes que l’Etat a à sa disposition et pour Boric les terroristes sont les communautés et spécifiquement le mouvement révolutionnaire mapuche.

Boric : le grand proprietaire

Dans ce contexte, Boric arrive en Araucanie en tant que propriétaire. Il arrive avec le soutien de la grande communauté des affaires et de la gauche soumise où le Parti communiste est complice dans le silence et où les bases dudit parti sont restées sans réponse ni réaction devant une direction docile à cette agression brutale contre le peuple mapuche. Les Mapuche communistes d’autrefois doivent se rouler dans leurs tombes devant la complicité répressive de leur parti. 

De la tribune qui lui donne pouvoir et fonction. Boric traite de lâches ceux qui se battent pour leur autodétermination. Plus encore, il les qualifie de terroristes et nous savons déjà que le terrorisme se combat et l’un des principes de ce combat est qu’avec les terroristes il n’y a ni dialogue ni négociation. Ils sont liquidés selon les manuels de contre-insurrection que ce gouvernement et Boric connaissent bien. 

Pire encore, Boric va beaucoup plus loin et compare les actions des révolutionnaires mapuche aux actions fascistes de la dictature militaire de Pinochet. Boric connaîtra-t-il la répression cruelle que le peuple mapuche a subie de la part des gangs fascistes à travers l’histoire et de la dictature militaire de Pinochet ou son ignorance et sa stupidité sont-elles si grandes ? Cette comparaison idiote de la part de Boric a été approuvée par le député Diego Ibañez, président du parti de Boric, Convergence sociale.

Il ne faut pas s’étonner que cette agressivité et cette pose machiste de Boric ait l’accord de l’oligarchie, de l’extrême droite, du capital transnational ou des compagnies forestières. Avec eux, il agit comme un chaton de chalet ou un lion castré, eunuque et sans dents. Il est un esclave satisfait à La Moneda. 

Boric : le colon

L’un des éléments qui a permis la domination des peuples, et surtout des peuples originaires, a été la religion. Tous les peuples autochtones du continent, tous les mouvements sociaux et savants l’ont reconnu, soulignant que l’invasion de notre continent s’est faite « avec la croix, la bible dans une main et l’épée dans l’autre ». Cette vision dictatoriale a été le fondement de l’idéologie dominante dès ses débuts et qui a été assaisonnée par la pensée européenne libérale et conservatrice, se mêlant au développement du capitalisme.

Sans aucun doute, le moyen le plus efficace que la classe dirigeante, le clergé en son sein, a trouvé pour perpétuer le système de domination a été par l’instruction, par l’école par l’éducation formelle. Le fait que l’État colonial du Chili ait historiquement ouvert des collèges, des écoles, etc. sur le territoire mapuche fait partie, et est fondamentalement la même chose, de l’installation précoce de forts militaires, de régiments, d’institutions d’État, de tribunaux et de notaires qui faisaient tous partie du processus de colonisation et d’annexion du territoire mapuche. Une partie de l’invasion.

Ceci explique pourquoi pour le mouvement révolutionnaire mapuche, les églises, les écoles sont au meme niveau et conditions que celles des entreprises forestières et le capital transnational car ils font partie du même processus de domination et de soumission du Peuple-Nation MapucheBoric les défend avec la même force qu’il défend les rangers. Avec la même conviction qu’il a toujours eue. Avec cette même mentalité colonisatrice qui le rend incapable de comprendre, c’est une personne limitée, que l’autodétermination des peuples va de pair avec la nécessaire décolonisation totale du pouvoir et de l’idéologie. Boric n’est pas seulement le colonisateur de notre époque, mais il est lui-même totalement colonisé, imprégné d’idéologie blanche, eurocentrique, patriarcale et raciste.

Boric : vassal et homme de main de l’impérialisme 

De nombreuses interventions de Boric lors de ses voyages à l’étranger vont dans le sens d’un approfondissement de la dépendance par rapport aux politiques impérialistes dans la région. Le rôle de marionnette a été assumé alors que le ventriloque est à la Maison Blanche dans une sorte de «Melon et Melame » ( deux clowns chiliens) version chilienne. 

Non seulement il a émis des opinions gênantes sur Cuba, Nicaragua et du Venezuela, mais il a également assuré au gendarme du monde que leurs intérêts et leurs capitaux seront en sécurité au Chili et que les portes et bras , comme les autres extremites du corps , sont grand ouvert pour continuer à investir au Chili, c’est-à-dire pour augmenter l’extractivisme et la déprédation de l’environnement.

A tel point qu’il n’a pas eu le courage ni la volonté politique, donc c’est un lâche, de retirer le TPP 11 du parlement et d’empêcher ainsi son approbation. Le Chili a déjà bouclé son avenir car, grâce à Boric, le TPP 11 est déjà pratiquement approuvé, il ne lui manque qu’une formalité qu’ils appellent «négociation des lettres d’accompagnement». 

Comment l’approbation du TPP 11 affectera-t-elle les peuples autochtones, le Peuple-Nation Mapuche, les communautés ? Comment le TPP 11 affectera-t-il les travailleurs, les gens? Et les lâches sont ceux qui se battent ! Et ceux qui ressemblent aux fascistes, c’est nous ! Pourquoi Boric n’irait-il pas en enfer une fois pour toutes avec tous les hommes d’affaires !

Source: RIP, Resumen latinoamericano

1 Comment

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.