Guerre Impérialiste: l’eau de la Syrie est volée par la Turquie qui assèche le bras de l’Euphrate qui irrigue la Syrie et l’Irak.


Note: Comme les sionistes en Palestine , l’ eau est un des instruments pour asservir les populations, creer des conflits sanglants ou favoriser des changements de regimes a travers la guerre alimentaire, car sans eau point de nourriture.

—————

Les images montrent qu’il n’y a pratiquement pas d’eau dans l’Euphrate, dans le bras qui traverse la Syrie et l’Irak, car la Turquie a détourné l’eau. Dans les traités et protocoles juridiques signés entre la Syrie et la Turquie, le débit d’eau convenu vers la Syrie est de 500 mètres cubes par seconde. Aujourd’hui, il ne dépasse pas 200.

Cette baisse a causé de graves dommages aux agriculteurs syriens et par conséquent à la sécurité alimentaire déjà dégradée de la population. Les zones agricoles dépendant de l’Euphrate dans l’est de la Syrie constituent le panier de cultures stratégiques du pays, principalement le blé. Le déclin a également entraîné une augmentation de la salinité et des taux de pollution de l’eau du fleuve, et a privé de nombreuses villes et villages des quelques heures fournies par les barrages d’électricité, après les niveaux de stockage nominaux des lacs des barrages de l’Euphrate et de Tishreen. diminuer et atteindre, presque, ce qu’on appelle le «niveau mort». Cela signifie arrêter complètement les travaux des deux barrages, afin de conserver essentiellement l’eau potable,

La conclusion logique de la baisse des niveaux d’eau en Syrie est que la part de l’eau de l’Euphrate en Irak diminuerait également, ce qui à son tour a rendu la situation de l’eau en Irak désastreuse.

Les eaux de l’Euphrate sont connues pour être alimentées par la pluie et la fonte des neiges pendant la période printanière, les quantités d’eau augmentant de novembre à avril puis diminuant de mai à octobre. Cependant, la diminution actuelle des débits des rivières n’est pas naturelle, ni le résultat des variations saisonnières et de l’évaporation de l’eau due aux températures élevées, mais c’est plutôt la preuve que les quantités d’eau ont diminué au fil des ans ces derniers mois, dans dans le cadre du suivi de cette baisse des niveaux d’eau dans le pays, qui a débuté en janvier 2021.

Plus de 70 % de l’eau de la Syrie provient de l’extérieur de ses frontières politiques.

Le fleuve Euphrate prend sa source dans le sud-est de la Turquie, avec une longueur de 2 781 kilomètres et un bassin de 444 000 kilomètres carrés, dont 28 % en Turquie, 17,1 % en Syrie et 39,9 % en Irak. Les eaux de cette rivière constituent 80 à 85% des ressources en eau de la Syrie, étant ainsi le nerf hydrique du pays et le plus important fournisseur d’eau potable et d’irrigation, d’autant plus que les grandes régions de la Syrie ont peu de précipitations et sont pauvres en eau potable souterraine ( puits). En outre, les revenus agricoles qui constituent environ 25 % du PIB du pays dépendent entièrement de l’eau. Les terres irriguées sont principalement concentrées dans le bassin de l’Euphrate.

Naturellement, ces pourcentages ne tiennent pas compte des vagues importantes de réfugiés, des importants dégâts causés aux infrastructures hydrauliques du pays par les organisations terroristes, ou de l’utilisation excessive des ressources en eau non renouvelables et de leur contamination à la suite des hostilités, et de l’absence des autorités de contrôle dans les zones où le gouvernement syrien n’est pas présent.

Il ne fait aucun doute que la sécurité de l’eau en Syrie est l’une des préoccupations qui mérite une attention particulière.

La double importance du bassin de l’Euphrate à l’avenir vient du fait que les ressources en eau seront épuisées dans cinq autres grands bassins fluviaux du pays : Barada, Al-Awj, Al-Assi, Al-Sahob, Tigre, Al-Khabour, et Yarmouk.

La Syrie n’a cessé d’appeler à ce que la question de l’eau soit traitée et à ce que la Turquie respecte le protocole sur l’eau qu’elle a signé. A ce jour, la Turquie reste le principal voleur d’eau en Syrie et favorise ainsi la propagation des maladies et affections liées au manque d’eau.

Source: https://francais.rt.com/opinions/22523-guerre-eau

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.