Multipolarité: «la Tunisie déterminée à contribuer à la réussite du Sommet Sino-Arabe»- En Avant Ifriqiya!


Sortir de la dépendance économique et du carcan occidentale crée par les anciennes puissances coloniales comme la France, -qui a soumis la Tunisie dans la dette à perpétuité et le pillage de ses ressources humaines et économiques- est devenu enfin possible. Les nouvelles corrélations de forces mondiales permettent à cette millénaire nation maghrébine de multiplier ses alliances et collaborations avec d’autres puissances économiques pour consolider son développement industriel et sa souveraineté nationale au profit des travailleurs tunisiens. Ce nouveau sommet sino -arabe se tiendra en Arabie Saoudite le 9 décembre 2022 et la Tunisie sera une des participantes. La Tunisie a adhéré au BRI ( Belt and Road Initiative- Ceinture et Route en 2018 ).Les relations diplomatiques entre la Tunisie et la Chine datent de 1964. Depuis cette date, les relations entre les deux pays ne cessent de se développer aussi bien dans les échanges économiques et commerciaux que ceux éducatifs et culturels. La Tunisie n ‘en sortira que gagnante comme le démontre tous les pays qui renforcent ses collaborations avec ce pays asiatique. En Avant Ifriqiya!

Érythrée : La tache rouge de l’ Afrique néo- coloniale ou la voie africaine vers le socialisme


Nous n’oublions pas le vote de l’ Erythrée aux Nations Unies au cote de la Russie avec la Syrie, la Biélorussie, la Corée du Nord et l’Érythrée. Des pays sous les criminelles sanctions de l’ Impérialisme occidental.
L’Erythrée est une démocratie populaire dans laquelle les gens ont accès aux soins de santé, ne risquent pas leur vie en buvant un verre d’eau, ont des emplois, de la nourriture, de l’électricité. Je préfère vivre dans un tel pays plutôt que dans une soi-disant démocratie comme le Congo ou l’Éthiopie. Et si, malgré tout, l’Erythrée est considérée comme une dictature, je préfère vivre dans une dictature comme celle-ci » , Mohamed Hassan

L’apartheid israélien dans le contexte des accords d’Oslo – Pourquoi c’est un Oslo-Stan et non un Bantoustan.


Dans cet extrait issu du recueil d’articles écrits par l’economiste palestinien Adel Samara, publié en anglais, en 2020, intitulé «Sujets discutables, Critique polémique» , il analyse les points communs et les differences majeures entre l’apartheid sud africain et ce qui communément les organisations de défense de droits de l ‘homme et les Médias de gauche en ligne générale, qualifie d’ «apartheid sioniste». Adel Samara, lui, qualifie cet apartheid israélien de «OSLOSTAN» du aux accords d’Oslo et non de bantoustan comme ce fut en Afrique du Sud . Il observe 10 différences majeures .
Par exemple, écrit- il justement , bien que le régime d’apartheid en Afrique du Sud ait occupé les terres fertiles, les mines et d’autres sources de richesse, il n’a pas expulsé les Noirs des frontières de l’Afrique du Sud pour devenir des réfugiés.
Aussi insiste -t -il, la question de la Palestine et des réfugiés palestiniens devrait être retracée à partir de mai 1948, lorsque les colons sionistes – juifs ont expulsé la majorité du peuple palestinien de leurs terres et de leurs maisons. Une solution adéquate et juste doit donc partir de ce point de départ. Considérer que la solution part de l’occupation de 1967 (c’est-à-dire la solution des accords d’Oslo), c’est une orientation liquidationniste…….
De plus, alors qu’en Afrique du Sud, le régime d’apartheid a arrêté l’importation d’immigrants pour des raisons politiques et idéologiques, la ZAE a continué l’importation de nouveaux immigrants juifs.
Plus dans le lien:

Internationalisme: Egypte accueille la 48ème Conférence Arabe du Travail avec la participation de la Fédération Syndicale Mondiale ( FSM)


La Fédération Syndicale Mondiale a participé aussi à la 48e Conférence arabe du travail au Caire le 17 Septembre 2022 a déclaré: » La FSM ne pouvait être absente de cette conférence dans la mesure où les liens du mouvement syndical de classe avec les peuples arabes se sont forgés au fil des décennies à travers les luttes communes interminables et implacables contre le colonialisme, l’occupation étrangère et les interventions, le pillage des les ressources naturelles de leur territoire.
La question dominante aujourd’hui à l’ordre du jour des syndicats est la détérioration dramatique du niveau de vie des travailleurs due à la forte hausse des prix. Pour nous, il est clair que ce n’est qu’à travers les luttes et avec des revendications militantes organisées que nous pourrons satisfaire nos besoins contemporains à tous les niveaux : salaire, emploi, culture de sécurité, négociation collective, travail stable permanent et conventionné.
Nous tendons la main de l’amitié et de la collaboration aux peuples arabes pour des luttes communes, pour assurer un avenir pacifique sans interventions impérialistes et pour couvrir les besoins contemporains des travailleurs. Nous vous assurons que la FSM continuera à construire un mouvement syndical moderne, de classe, démocratique et indépendant. Nous vous assurons que la FSM restera la famille à laquelle appartiennent les peuples arabes et les travailleurs arabes et sur laquelle ils peuvent compter. «

Le blé ukrainien est-il américain ?


L’Ukraine est réputée pour sa « terre noire », extrêmement fertile et à haut rendement. Elle a longtemps été utilisé par les agriculteurs locaux , des kolkhozes, pour approvisionner une grande partie de l’Europe et du monde en maïs et en blé. Avec la privatisation des terres agricoles depuis un an, les transnationales américaines immensément riches sous tutelle des fonds d’investissement , ont les mains libres .
Le gouvernement américain, tout en disant au monde qu’il ne fait que négocier une transition en Ukraine, joue en fait un rôle central dans la colonisation de l’économie du pays.
Trois grandes corporations Cargill, Dupont et Monsanto, transnationales états-uniennes ont acquis pratiquement un tiers des terres cultivables ukrainiennes.
Alors que selon les sondages 81% des personnes interrogées se prononçaient contre la vente de la terre aux étrangers et que seuls 13% soutenaient la démarche préconisée par le Gouvernement.
De plus depuis que l’Ukraine et l’UE ont signé un accord d’association en 2014, et que l’Ukraine appliquait une interdiction sur les produits OGM comme en Russie, ils sont a présent permis.
La clause 404 qui promeut « l’utilisation des biotechnologies » dans l’agriculture ukrainienne le rend légal.
Du coup, lorsqu’on évoque le blé ukrainien et son exportation, la question se pose de quoi parle-t-on exactement ? Pourquoi omet-on systématiquement de mentionner les fonds d’investissements américains pourtant très importantes parties prenantes dans l’affaire et, pourquoi pas, principales bénéficiaires ?……..

Chili: le gouvernement colonial et capitaliste de Boric en 2022, continue sans merci la répression du Peuple Mapuche.


Chili: face à la persistance de l’Etat d ‘exception, l’extension de la militarisation des territoires du Wallmapu, favorisant les transnationales minières et forestières, et ce malgré les déclarations frauduleuses de «Plurinationalité», la Coordination Arauco Malleco (CAM), en collaboration avec la communauté María Cayulleo, a saisi sept domaines appartenant à des entreprises forestières de la commune d’Angol, des territoires qui couvrent près de 5 000 hectares du Sud du Chili.
Les résistants Mapuche se disent surpris par les positions du Parti communiste chilien* qui dans sa majorité ( sauf deux militants ) a voté pour l’ extension de la militarisation du Territoire de Wallmapu et la criminalisation de ses combattants.

Le militant Hector Llaitul du CAM a déclaré que le gouvernement de pseudo gauche de Boric «maintient la logique coloniale avec un caractère de contre insurrection et travaille pour les intérêts des transnationales». Voir l’ entretien fait à infowerken où il explique avec clarté les positions du gouvernement colonial et les positions des résistants Mapuche pour la terre.
La Ministre de l’ interieur, Izkia Siches, du gouvernement Boric, se rempli la bouche de mots comme «Tolérance», » Plurinationalité » mais dans les faits les territoires et peuple Mapuche sont réprimés à feu et à sang comme durant la dictature Pinochetiste.
CE GOUVERNEMENT NE DONNE AUCUNE GARANTIE DE CONTENTION DU CAPITALISME ET NE CONNAIT ABSOLUMENT PAS LA REALITE DU PEUPLE MAPUCHE.

El historiador británico J. McDougall: «La política memorial es hoy mucho más rentable en Francia que en Argelia»


Una historia de Argelia es un requisito previo para comprender los resortes de la manipulación ideológica en torno a la historia de la nación argelina. Una gran obra que se beneficiaría de ser traducida al francés ya que ilustra, por los hechos –y esto es una vergüenza– la sociedad francesa.
Fueron los nacionalistas argelinos quienes crearon la nación argelina, al querer hacer de su sociedad, que ya existía, una comunidad política, cuyo derecho a la soberanía había sido negado. Y lo hicieron completamente contra la voluntad de Francia y contra una furiosa represión.
Sin duda, Francia inventó “su” Argelia (francesa). Lo que es más cierto es que Argelia, como unidad territorial tal como existe hoy, es de hecho el legado de las divisiones espaciales de la era colonial.

SÉNÉGAL: LE COLLECTIF CITOYEN POUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS PÉTROLIERS ET MINIERS (CC- RAPMS) SE BAT CONTRE LE PILLAGE DE SES RESSOURCES.


Le pillage des ressources se poursuit en Afrique et au Sénégal. en particulier. Comme le démontre tres bien le Collectif Citoyen pour le Recouvrement des Avoirs Pétroliers et Miniers du Sénégal (CC- RAPMS), toutes les operations concernant la gestion des ressources minières et pétrolières est tenue secretes et dans l ‘opacité la plus totale. Les travailleurs ont le droit de savoir que font ces multinationales comme British Petroleum, PLC, et Total S.A. avec les ressources du peuple d’autant plus que les émeutes contre la dureté de la vie se multiplient dans tous les coins du pays. Cet appel au President Macky Sall doit être partagé pour la souveraineté économique et politique du Senegal et de l Afrique . voir lettre dans le lien

Histoire et lutte de classe – Problématique de la tradition orale en tant que source historique- Par Ousmane Sow-


Ousmane Sow: «Une frange d’historiens étrangers soutient que l’Afrique n’a pas d’histoire puisque selon leur conception seuls les peuples qui ont l’habitude de consigner leur passer par écrit en ont une.
Ils n’entrevoient pas la possibilité d’utiliser la tradition orale comme source historique. Une question qui a longtemps suscité et suscite encore une sérieuse controverse.
Mais la tradition orale en tant que source historique est assez semblable par ses vertus et ses faiblesses aux sources écrites bien qu’elle apparaisse comme plus fragile que le document écrit .
S’il est facile de falsifier la tradition orale, il ne l’est pas moins de falsifier des sources écrites car tout discours ( oral ou écrit) reflète plus ou moins l’univers idéologique et les intérêts de son auteur.
Ainsi et pour conclure, quand une tradition orale et bien éprouvée elle est comparable à une source écrite, si ce n’est que les données quantitatives de cette dernière sont plus sûres. En revanche la tradition orale est plus explicite et reflète mieux la psychologie sociale d’un peuple, les idées, le système de valeurs, la conception du monde d’une société à un moment donné de son histoire…»

Opération Persil: comment la France a déstabilisé l’Afrique… et continue de le faire.


L’ «Opération Persil”, est un réel complot financier mis en place par la France pour destabiliser l ‘économie de la jeune république guinéenne du Président Ahmed Sékou Touré qui est en 1958 , la première colonie française d’Afrique subsaharienne à proclamer son indépendance politique et à se déconnecter du Franc colonial CFA.
Les services spéciaux français vont alors injecté une vague de faux billets en Guinée pour destabiliser l’économie après la courageuse décision du président Sékou Touré de rompre les liens monétaires avec la France. L’opération a pris le nom de la Lessive Persil – Aujourd’hui la guerre des monnaies qui est une lutte contre l’ impérialisme Français se poursuit. C’est une lutte pour la souveraineté monétaire et l’arret du pillage économique de l’ Afrique et des africains. La récente decision de remplacer le Franc CFA par le Bitcoin en Centrafrique en est un exemple. – explication tres didactique avec Nathalie YAMB.