L’apartheid israélien dans le contexte des accords d’Oslo – Pourquoi c’est un Oslo-Stan et non un Bantoustan.


Dans cet extrait de ce recueil d’articles écrits par l’economiste palestinien Adel Samara, intitulé «Sujets discutables, Critique polémique» ( il aborde des sujets portant la politique économique, la fausse gauche, le sionisme, le nationalisme, l ‘impérialisme, le marxisme, la religion politique , le féminisme, l ‘économie ) , il analyse les points communs et les differences majeures entre l’ apartheid sud africain et ce que communément les organisations de défense de droit de l’ homme et les médias de gauche en ligne générale, qualifie de «apartheid sioniste». Adel Samara le qualifie de «OSLOSTAN» du aux accords d’Oslo et non de Bantoustan comme ce fut pour l ‘Afrique du sud . Il observe 10 differences majeures .

———————————————
Présenté à la table ronde : L’apartheid israélien et ses fausses déclarations aux États-Unis, samedi 21 juin 2003 Convention internationale Al-Awda : Droit des Palestiniens au retour et à l’autodétermination dans un nouveau monde colonial : stratégies et actions, 20-22 juin 2003, Toronto (Canada)

De nombreuses comparaisons ont été établies entre le colonialisme hollandais et, plus tard, anglais en Afrique du Sud et la colonisation sioniste juive de la Palestine. Le contenu des accords d’Oslo fournit une bonne matière de comparaison entre les deux cas, en particulier le fait que cet accord ne contenait pas de souveraineté réelle de la Cisjordanie et la bande de Gaza (GBM). Il ne fait aucun doute qu’il existe certaines similitudes entre les deux cas puisqu’il s’agit tous deux de projets coloniaux et racistes blancs. Ces similitudes, cependant, signifient que chacune d’elles est similaire à l’autre.

Ceux qui tentent d’imposer l’analogie entre les zones autonomes palestiniennes (selon la zone A des accords d’Oslo) et le bantoustan en Afrique du Sud prennent une voie risquée en ignorant le cœur de la question palestinienne, les réfugiés palestiniens. Mis à part quelques similitudes entre le bantoustan et Oslostan qui incluent l’occupation, le racisme, les colons blancs et l’apartheid, il existe de nombreuses différences. Voici quelques-unes de ces différences :

Premièrement: Bien que le régime d’apartheid en Afrique du Sud ait occupé les terres fertiles, les mines et d’autres sources de richesse, il n’a pas expulsé les Noirs des frontières de l’Afrique du Sud pour devenir des réfugiés. Ceux qui ont perdu leurs terres vivent toujours dans d’autres régions d’Afrique du Sud même, dans les bantoustans. Dans le cas palestinien, cependant, la majorité du peuple palestinien vit dans le Shatat (81)

Deuxièmement: La question de la Palestine et des réfugiés palestiniens devrait être retracée à partir de mai 1948, lorsque les colons sionistes – juifs ont expulsé la majorité du peuple palestinien de leurs terres et de leurs maisons. Une solution adéquate et juste doit donc partir de ce point de départ. Considérer que la solution part de l’occupation de 1967 (c’est-à-dire la solution des accords d’Oslo), c’est une orientation liquidationniste.

Troisièmement : Le colonialisme des colons blancs en Afrique du Sud, qui n’a pas expulsé les Noirs indigènes de leurs terres, a profité de l’opportunité d’avoir un grand bassin de main-d’œuvre bon marché qu’ils ont exploité au maximum et a généré d’énormes excédents qui ont permis au régime d’apartheid de réaliser une accumulation primitive et de devenir un pays capitaliste développé. D’autre part, l’Entité sioniste ashkénaze (ZAE), historiquement discriminée contre les travailleurs et les agriculteurs arabes et a insisté pour employer la main-d’œuvre hébraïque, c’est-à-dire qu’elle était plus raciste que le régime d’apartheid en Afrique du Sud.

Quatrièmement: Alors qu’en Afrique du Sud, le régime d’apartheid a arrêté l’importation d’immigrants pour des raisons politiques et idéologiques, la ZAE a continué l’importation de nouveaux immigrants juifs. En d’autres termes, la ZAE reste un État colonial de peuplement en constante expansion et continue d’intensifier le conflit.

Cinquièmement : Puisque les colons blancs sud-africains n’ont pas évacué le pays de ses indigènes noirs, une formation sociale sud-africaine commune a émergé malgré le fait qu’elle était stratifiée en couches blanches supérieures et autres couches noires inférieures. Bien sûr, il y avait une petite Classe noire bourgeoise servant de médiateur entre les deux nations/classes.

Cette classe s’est progressivement étendue à la bureaucratie noire et à la technocratie qui partagent le pouvoir avec la classe capitaliste blanche. Le point important ici est que l’État en Afrique du Sud avait un système économique unique où une nouvelle formation sociale dominée par un mode de production capitaliste qui s’articulait avec plusieurs modes de production secondaires, comme la production de petites marchandises, patriarcale, ou en général certains modes de production pré ou non capitalistes. Le cas palestinien est cependant plus évident. C’est un cas où les colons (formés, armés et financés par le colonialisme britannique) ont démantelé le tissu social de la Palestine depuis 1948. En conséquence, il n’y avait aucune chance pour la cristallisation d’une formation sociale arabo-juive commune. Les réfugiés palestiniens n’ont pas eu la possibilité de créer un système socio-économique, parce qu’ils étaient sans terre.

Sixièmement: le cas du Groupe de la Banque mondiale et de la ZAE est un cas de deux formations sociales séparées et de deux économies séparées. Ce fait n’est pas diminué parce que l’économie du Groupe de la Banque mondiale a été soumise à la colonisation coloniale. Dans cette forme de relation, le régime de la ZAE a créé les pires conditions de vie au sein du Groupe de la Banque mondiale dans le but d’expulser autant de Palestiniens que possible pour les remplacer par des colons extrémistes. Ce qui est intéressant à cet égard, c’est que le cas palestinien est différent de celui de l’apartheid sud-africain.

Septièmement: La question la plus importante est que le phénomène du bantoustan est plus applicable dans le cas des Palestiniens de 1948: ceux qui ont continué à vivre à l’intérieur de la ZAE elle-même. Ils font partie de la formation sociale et du même système économique et politique. Ils subissent évidemment une discrimination flagrante de la part d’Israël. La plupart de ces Palestiniens vivent dans leurs propres villes et villages, alors que leurs terres ont été confisquées par les colons juifs. Certains d’entre eux sont employés par des colons juifs pour travailler comme ouvriers agricoles sur leurs propres terres ou sur les terres de leurs proches. En outre, ils souffrent de discrimination dans tous les domaines de la vie: social, sanitaire, médical et éducatif.

Huitièmement : L’une des similitudes entre le cas des Palestiniens du Groupe de la Banque mondiale et des colons sionistes d’une part, et le Bantoustan d’Afrique du Sud d’autre part, est que les Palestiniens sont la majorité en tant que Noirs indigènes, et les Juifs sont la minorité en tant que colons blancs. La ZAE, cependant, continue de poursuivre ses tentatives incessantes d’augmenter le nombre absolu de colons juifs en accélérant la construction de colonies tout en poussant indirectement les Palestiniens à partir par plusieurs moyens.

Neuvièmement: Alors que chaque régime colonial de colonisation blanche (les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, y compris l’ancien en Afrique du Sud), a sa propre métropole, la ZAE a une métropole plus grande qui est le centre capitaliste mondial dans son ensemble. Cela a rendu difficile un consensus dans ce centre, voire pour critiquer, le terrorisme de la ZAE.

Dixièmement: Au cours de la plus haute campagne mondiale contre l’apartheid de l’ancien régime blanc sud-africain, la ZAE et Taiwan ont été les deux seuls États à entretenir des relations diplomatiques avec les bantoustans en Afrique du Sud, c’est-à-dire avec Botswana. Tant que nous acceptons de prétendre que le cas du Groupe de la Banque mondiale est un cas d’apartheid, nous tombons en fait dans deux péchés dangereux:  L’ignorance du cœur du conflit israélo-arabe, le droit au retour des réfugiés palestiniens. L’ignorance de la souffrance des Palestiniens à l’intérieur de la ZAE de 1948, l’occupation sioniste de la Palestine en 1948, qui sont sous le véritable régime de l’apartheid. Les Palestiniens de 1948 ont fait face et continuent de faire face aux politiques terroristes du régime de la ZAE. Ce qui est intéressant est que le soulèvement de la Journée de la Terre (Youm al-Ard- rappelant l ‘expulsion de 1948) le 30 mars 1976 ait eu lieu la même année que le soulèvement de Soweto dans l’ancienne Afrique du Sud.

La leçon d’Oslo
– La première Intifada de 1987 a prouvé à l’occupation israélienne que l’ouverture des frontières entre le Groupe de la Banque mondiale et l’AZE est impossible tant que dure l’occupation d’une part et que la ZAE ignore le droit au retour d’autre part. Ce qui souligne cette impossibilité, c’est la « guerre des couteaux » et plus tard dans les opérations suicides de l’Intifada II (2000).- La classe dirigeante de la ZAE s’est rendu compte que tant que la séparation des frontières est inévitable, alors un autre plan pourrait être possible: parvenir à la séparation politique et à la séparation des peuples par la construction du mur entre les deux parties de la Palestine. Le wallest pas contre les relations économiques, même si elles vont les réglementer. Dans le cas de l’économie, le mur est une porte d’entrée vers le Groupe de la Banque mondiale et les pays arabes. C’est précisément là que réside la mentalité coloniale capitaliste du régime de la ZAE.

Le mur         

L’idée du mur entre la ZAE et le GBM n’est pas nouvelle. Le parti ouvrier sioniste a fait plusieurs propositions pour la séparation du peuple depuis le début de l’occupation. C’est un grand ghetto qui est conçu pour protéger la ZAE de ses voisins. Si la séparation selon les frontières de 1967 est relativement viable pour la ZAE, elle ne l’est cependant pas pour les colonies juives qui se sont répandues dans tout le Groupe de la Banque mondiale. Cela signifie que la ZAE a besoin, en plus de la longue muraille (près de 600 kilomètres) autour de la ZAE, elle-même, d’autres murs subsidiaires autour de ses colonies. En 1996, Avegdor Kahlani (alors ministre de la Sécurité intérieure), a renouvelé l’idée de construire un mur, mais l’idée a été rejetée pour des raisons politiques, car la séparation signifie une désignation des frontières pour Israël le seul État au monde avec des frontières définies. Le plan de séparation actuel, cependant, est basé sur le plan de l’ancien ministre de la police Moshe Shahal qu’il a présenté à Rabin en 1995. Il se résume comme suit: concevoir des itinéraires pour les « marchandises et les personnes acceptées », déplacer des patrouilles autour des frontières et construire des clôtures et des points de contrôle mobiles dans les zones sensibles.

Le plan actuel de construction du mur à la suite d’une décision conjointe du gouvernement de coalition dirigé par Ariel Sharon, Premier ministre du Likoud, et Ben-Eli Azar, ancien ministre de la Défense, du parti travailliste. Cependant, l’un des principaux objectifs du mur est d’inculquer aux esprits que le cas du bantoustan ici est celui du Groupe de la Banque mondiale, alors que sa place naturelle est le statut des Palestiniens dans la Palestine occupée en 1948. En d’autres termes, l’attribution du bantoustan au Groupe de la Banque mondiale est une décision délibérée d’ignorer la question des réfugiés comme un pas vers l’ignorance du droit au retour.

Source : Extraits du livre, publié en anglais ,  P 68 –  «Sujets discutables, Critique polémique», Adel Samara 2020

81
Shatat est un terme arabe qui signifie vivre en dehors de sa patrie. Dans le contexte de cet article,
shatat est utilisé pour indiquer les Palestiniens qui ont été expulsés de force de leur patrie – la Palestine- à la suite de l’occupation sioniste de la Palestine en 1948 et des années qui ont suivi. Ces Palestiniens résident, depuis 1948, dans de nombreux pays arabes et autres pays du monde en tant que réfugiés palestiniens.

Traduit par le Bureau Alba Granada North Africa

ENG /


Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.