Ernesto Guevara, El Che, dans les établissements pour lépreux d’Amérique latine, quelle leçon ! ( FR/ ESP)


Le 14 juin est la date de naissance du révolutionnaire internationaliste et argentin Ernesto Guevara de la Serna, appelé CHE. A cette occasion nous publions cet article de la revue Cubaine de médecine militaire sur un des aspects les moins connus de sa vie. Il s’agit de son travail en tant que médecin dans les centres de lépreux en Amérique Latine. Ce travail est décrit dans son carnet de « voyage en motocyclette »,  qui dure 9 mois à travers l’Argentine, la Bolivie, le Chili, le Pérou, la Colombie et le Venezuela avec son ami Alberto Granado biochimiste , spécialisé dans la maladie de la Lèpre. 

Ses enseignements sont l’antithèse de la médecine élitiste et  deshumanisante qui s’impose aujourd’hui partout, par les diktats de l’OMS, des gouvernements et des ses « ministère de santé publique », totalement  corrompus par le complexe de l’industrie de la santé qui représente 9% du PIB mondiale ou n’existe désormais qu’  une «  télémédecine » qui traite les patients comme des marchandises jetables et sacrifiables.

L’on doit retenir QUATRE aspects fondamentaux qui aujourd’hui sont totalement bafoués -voir l’exemple de la récente gestion de la «pandémie» covid par la plupart des gouvernements du monde : l’ environnement économique et sociale ( la lèpre étant une maladie de la misère sociale ) , la relation médecin- patient et l’importance de la santé émotionnelle (respect de sa dignité humaine) , la connaissance des antécédents du patient dans le processus de guérison et la bonne formation des professionnels de santé guidés par l’ humanisme et non le triomphe personnel .

Le travail médical d’Ernesto Guevara dans les établissements pour lépreux d’Amérique latine

Résumé

Dans le travail médical peu médiatisé d’Ernesto Guevara, le plus connu est son travail au sein de l’allergologie; mais on sait très peu de choses sur son lien avec la dermatologie, pour une maladie qui punissait sévèrement l’Amérique du Sud: la lèpre. Ce travail explique le travail médical d’Ernesto  Guevara (Che)  dans différents centre de lépreux lors de son premier voyage en Amérique latine. Au cours de ce voyage, alors qu’il était encore étudiant en médecine, il a donné des conférences et contribué à répandre les vérités sur la lèpre, afin que les malades soient acceptés par la société et correctement pris en charge par les médecins. Il a observé de façon critique l’environnement des centres de lépreux qu’il a visités et a formulé des recommandations pour les améliorer, ce qui favoriserait la réadaptation des patients, qu’il a même soignés et qui ont non seulement guéri leur corps, mais aussi leur âme par son humanisme sans préjugés.

INTRODUCTION

Né dans la ville de Rosario, en Argentine, le 14 juin 1928 (1),Ernesto Guevara, connu internationalement sous le nom de Che, était un homme brillant qui a développé un travail gigantesque sur de nombreux fronts. Dans son travail, il y a un aspect indéniable, insuffisamment étudié et encore moins systématisé : son travail en tant que médecin. Bien qu’il n’ait pas exercé cette profession de façon constante et qu’il y a peu d’informations à ce sujet, cela ne veut pas dire qu’il est moins important, au contraire, et que ses idées sur le médecin révolutionnaire et sa pensée médico-sociale ne soient pas encore en vigueur dans la médecine cubaine.

Dans le travail médical peu médiatisé, le plus connu est son travail au sein de l’allergologie, et c’est précisément ce à quoi il a consacré le plus d’efforts en médecine; étant asthmatique, il avait un intérêt très particulier à connaître pourquoi et comment cette maladie devait être guérie. (1)

En tant qu’étudiant , il a travaillé à l’Institut de recherche allergique de Salvador Pissani,spécialiste de l’asthme et des allergies. (2)  Diplômé, il travaille au Centre de recherche allergique de l’Institut de cardiologie avec le docteur Mario Salazar Mallén, fondateur de la Revue ibéro-américaine d’allergie, en 1953. Dans cette revue, Ernesto a publié deux articles en tant qu’auteur principal, le premier: « Transmission passive de sensibilisation pour antigènes de  Taenia saginata »(1953), puis»Tests cutanés sur antigènes alimentaires semi-digéérés » (1955). (1)

Cela donne à penser que l’allergologie était la seule spécialité médicale à laquelle le Che a prêté attention, mais ce n’est pas le cas. La dermatologie l’a aussi intéressé, en particulier une maladie qui punissait durement les classes inférieures de toute l’Amérique du Sud: la lèpre. (3)

Depuis son voyage dans les provinces du nord de l’Argentine, en 1950, Guevara est intéressé par la maladie de la lèpre;  il arrive à San Francisco del Chañar, près de Cordoue, où son ami  Alberto Granado  dirige le dispensaire du centre de lépreux et là il aura  de longues conversations avec les patients, sur la maladie. Pendant ses vacances de 1951, il travaille comme infirmier sur des navires marchands et pétroliers de la Compagnie nationale argentine de commerce maritime, et à ce poste, il a la possibilité de voyager du sud de l’Argentine jusqu’ au  Brésil, au Venezuela et à Trinidad, voyant les peines subies par les personnes atteintes de la lèpre, dont il sera profondément touchées. (3,4)

Cet intérêt pour la lèpre qui est devenu un engagement dévoué envers les lépreux, s’est  consolidé, tout en étant étudiant en médecine, lors de son premier voyage en Amérique latine avec Alberto Granado, son ami biochimiste qui s’était spécialisé en léprologie. (5) Si le travail en tant que médecin du Che est peu connu, l’on connait encore moins tout ce qu’il a accompli pour les lépreux  pendant ce voyage,  l’un des gestes les plus nobles et les plus humains faits au cours de sa vie.

Comme les descriptions à l’égard du guérillero héroïque se font parfois très répétitives, mettant surtout en avant son action révolutionnaire, le présent article vise à expliquer le travail médical d’Ernesto Guevara dans différents centre de lépreux lors de son premier voyage en Amérique latine, un aspect de sa vie très intéressant, plein de sensibilité et d’humanisme, qui a même changé le cours de sa formation de médecin.

DÉVELOPPEMENT

La lèpre (maladie de Hansen) est une maladie transmissible, peu contagieuse, à longue période d’incubation et d’évolution chronique, produite par le Mycobacterium leprae. (6)  Aussi ancienne que l’homme, elle apparaît dans les premiers écrits de civilisations anciennes: en l’an 2000 a.n.e. dans les livres des Védas et en l’an 300 ans après J.-C., dans le Susrutha Samhita sous le nom de Kustha. En Egypte, il a été appelé  ucheda, et a été vérifié dans certaines momies, même décrit dans le papyrus d’Ebers. Chez le peuple juif aussi, il est cité dans l’Ancien Testament, appelé  zarahat. (7)

Elle a fait de réels ravages sur des populations entières, et s’est propagé à tous les continents. Elle a été considérée comme une maladie mutilante, incurable, répugnante et stigmatisante, en raison des conséquences qu’elle laisse si elle n’est pas traitée tôt et correctement. (7)

Elle a toujours été identifiée comme une « punition de Dieu », « une punition divine », « une malédiction »; les malades, appelés « enfants du Dieu du mal », ont été soumis à des agressions, des privations de droits, des discriminations, des persécutions et des actions répressives. (7)

En Amérique, la lèpre a été introduite essentiellement par la traite des esclaves africains, originaires de Guinée, du Sénégal, du Nigeria et du Congo, où il existait de grands foyers léprogènes. À partir de 1510, l’infection est introduite sur la côte atlantique, et à partir de 1840 sur la côte du Pacifique, portée par les esclaves chinois. (8)

Selon Lombardi(9) vers les années 1950, l’Amérique latine avait une situation assez défavorable par rapport à cette maladie, les taux de prévalence étant extrêmement élevés dans certaines régions. Les cinq pays les plus critiques étaient la Guyane, le Venezuela, le Paraguay, Trinité-et-Tobago et le Brésil, avec des taux de prévalence compris entre 100 et 300 pour 100 000 habitants, ce qui est vraiment alarmant si l’on parle d’une entité très peu contagieuse, qui sur cent personnes exposées à la contagion, seulement cinq tombent malades. La Colombie, l’Argentine, le Mexique et Cuba étaient d’autres pays de la région où les taux de prévalence sont élevés (entre 40 et 80 pour 100 000 habitants). On peut donc dire que, sur le continent, la lèpre attaquait et défigurait des milliers de personnes, ruinant leur vie et les condamnant à l’isolement social.

Telle était la réalité dans laquelle le Che s’est lancé aux côtés de son ami Alberto Granado  alors qu’il entamait, le 29 décembre 1951, un voyage en direction de l’Amérique du Nord à bord d’une vieille moto Norton 500 de 1939, qu’ils ont baptisée « Poderosa II », voyage qui s’est transformé en une aventure de 9 mois à travers l’Argentine, la Bolivie, le Chili, le Pérou, la Colombie et le Venezuela. (10)

Comme l’a dit Guevara:(5) « fatigué de la faculté de médecine, de tant d’examens et d’hôpitaux », avec ce voyage, les amis voulaient s’affranchir de leurs obligations et chercher de nouvelles aventures. Pour sa part, Granado, avait dû quitter son poste au Centre de lépreux de San Francisco de Chañar et son travail à l’hôpital espagnol, qu’ il regrettait profondément, c’est pourquoi il souhaitait recommencer à nouveau.

C’était le cadre idéal pour satisfaire cet intérêt du Che pour la lèpre : la compagnie de son ami, qui, de profession, avait une connaissance et une expérience approfondies de la maladie, et du territoire de l’Amérique latine, où à ce moment-là, comme on l’a vu, la maladie de Hansen était un grave problème de santé.

Le voyage des Argentins à travers l’horizon américain a d’abord consisté en une tournée de plusieurs semaines de leur patrie, puis ils continuèrent vers le Chili. En traversant la frontière par le lac d’Emeraude, sans rencontrer aucun centre de lépreux, ils commencent déjà à se consacrer aux lépreux, en rencontrant des médecins et en ont profité pour leur parler de la lèpre. (5)  À ce sujet Guevara a écrit:

« Nous avions rencontrés plusieurs médecins dans notre voyage, à ce moment-là et, par conséquent, nous leur avons donné des conférences sur la léprologie, suscitant l’admiration des collègues transandins qui ne comptent pas cette maladie parmi leurs problèmes, de sorte qu’ils ne connaissaient rien de la lèpre et de lépreux et ont avoué honnêtement n’en avoir vu aucun dans leur vie. » (5)

Che   et Alberto Granado savaient que ces réunions avaient une très grande valeur, en raison de l’importance de réfuter les grands mythes d’antan sur la lèpre; ce qui permettrait de cesser d’isoler les lépreux et de faire disparaître l’idée que cette maladie est comme être mort vivant.

Cette action démontre, en outre, à quel point ils ont considéré nécessaire d’éduquer adéquatement les professionnels de santé sur le sujet, car cela garantit l’établissement d’un climat de confiance et de respect de l’inviolable dignité humaine du patient, ce que le malade de la lèpre exige encore plus, car sa condition le rend une personne susceptible, d’une sensibilité énorme et très vulnérable aux mauvais traitements. Cette relation médecin- patient qui doit se réaliser permet au médecin de connaître les antécédents du malade, ses intérêts, ses exigences ainsi que son état d’esprit ; et permet enfin de réussir un processus de traitement et de réhabilitation, avec moins d’effets négatifs du point de vue psychologique.

Après avoir traversé la frontière, les amis se sont rendus dans la ville de Temuco, où les conférences qu’ils ont faites leur ont valu d’apparaître dans les nouvelles du journal local:

« Le journal montrait toute sa plénitude de papier, en contraste avec nos pauvres et rachitiques nouvelles du matin, mais je n’étais intéressé que par une nouvelle locale que j’ai trouvée avec des lettres assez grandes dans la deuxième section: DEUX EXPERTS ARGENTINS EN LEPROLOGIE PARCOURENT L’AMÉRIQUE DU SUD EN MOTO. (5) »

Après le Chili, la prochaine destination a été le Pérou. (5)  Lorsque le  Che  transite par ce pays d’Amérique du Sud, selon un rapport du Ministère de la Santé (30 août 1952), il y avait 745 malades de la lèpre dûment contrôlés, dont 178 étaient pris en charge par sept dispensaires et 567 internés dans trois locaux d’assistance qui étaient Saint-Paul (Loreto), Huambo (Apurímac) et  Portada de Guia (Lima). (11)  Bien que cela montre que la prévalence de la lèpre dans le pays n’était pas si alarmante, c’est là que Guevara  a le plus souvent fourni son assistance médicale aux lépreux, favorisée précisément par l’organisation des centre de lépreux et par une lettre de recommandation qu’on lui avait donnée pour le docteur  Hermosa, éminent ex- spécialiste de la lèpre  péruvien.

Une fois au Pérou, les Argentins ont décidé d’aller vers le centre de lépreux de Huambo. Ils y ont été chaleureusement accueillis par le chef des services des infirmiers, M. Montejo,et ils ont séjourné chez un agriculteur de la région. Le séjour à Huambo, bien que très court (2 jours),(5)  a valu à  Guevara  d’observer attentivement la situation des lépreux dans ce lieu:

« Le lendemain matin, nous sommes allés rendre visite aux malades de l’hôpital. Les personnes qui en sont responsables accomplissent un travail calme et bénéfique; l’état général est désastreux, dans une petite construction de moins d’une demi-pomme dont les deux tiers correspondent à la partie ou sont parques ces 31 malades, ou ces condamnés voit leur vie passée  , et attendre  la mort (du moins je pense) avec indifférence. Les conditions sanitaires sont terribles, et bien que cela n’a aucun effet sur les Indiens des Montagnes , pour les personnes qui viennent d’un autre milieu, même s’ils sont  légèrement plus cultivé, les déstabilisent énormément et  penser qu’ils devront passer toute leur vie entre ces quatre murs d’adobe, entourés de gens qui parlent une autre langue et quatre infirmiers qu’ils voient quelques peu  toute la journée, un effondrement psychique se produit. » (5)

« Nous entrons dans une pièce avec un toit de chaume, un plafond de canne et un sol en terre battue, où une fille à la peau blanche lit « Le cousin Basile » de Queirós. Nous commençons à peine à discuter et la jeune fille se met à pleurer le cœur brisé  (…) Je pense que le qualificatif de « calvaire », dans la situation de la jeune fille, était très juste: la seule chose qui est acceptable dans l’établissement est le traitement médicamenteux, le reste seul peut être supporté par l’esprit souffert et fataliste de l’Indien de la montagne péruvienne. L’imbécilité des voisins du lieu aggrave l’isolement des malades et des soins de santé. » (5)

La réalité que le Che percevait sur la situation du centre de Huambo était inhumaine : il ne possédait pas de conditions sanitaires adéquates, ni matérielles, et l’espace était insuffisant. De plus, la plupart des patients étaient des Autochtones de différentes ethnies, de sorte qu’il existait dans ce local un mélange de cultures et de langues différentes, créant des conflits de communication et de coexistence.

Guevara, bien qu’il ait encore été étudiant en médecine, avait déjà connaissance du rôle déterminant des conditions socio-économiques dans le processus santé-maladie. Cela a pu se démontrer clairement à Huambo, où l’environnement qui s’y trouvait, macérait la psyché des lépreux, les amenant dans une profonde dépression qui aggravait leur maladie de base. C’est pour cette raison qu’il arrive à faire quelques remarques sur les besoins de l’installation, essentiels pour parvenir à un meilleur processus de récupération des patients.

Guevara connaissait les chagrins dont souffraient les lépreux, mais c’est dans ce centre qu’il a pu les percevoir pour la première fois pendant le voyage. Il a vu comment non seulement les conditions environnementales du lieu affectaient psychologiquement les malades, mais aussi l’ignorance des voisins en bonne santé de la région avec leurs préjugés despotiques, à laquelle s’ajoutait le statut «d’Indiens» que de nombreux malades avaient, et qui était un autre motif d’isolement social. A cet égard, le Che a écrit l’anecdote suivante à Huambo:

« L’un d’eux nous disait que le médecin en chef, chirurgien, devait effectuer une opération plus ou moins importante, impossible à effectuer sur une table de cuisine et dépourvue absolument de toute ressource chirurgicale; a ensuite demandé une place même à la morgue de l’hôpital voisin d’Andahuaylas, la réponse a été négative et la malade est morte sans traitement. » (5)

Telle était la barrière sociale qui était imposée aux lépreux, qui étaient considérés comme des personnes qui n’ont droit à rien ; telle était la peur illogique et l’ignorance de la maladie qui existait, et ils étaient profondément discriminés. Le Che a pu voir à Huambo la stigmatisation à laquelle étaient soumis les personnes en deuil de la maladie de Hansen, qui conduisait de nombreuses personnes, y compris des médecins, à commettre des comportements meurtriers, comment refuser l’espace dans un hôpital à un malade, alors que c’est de cela que dépend sa vie? C’est de cet exemple vivant qu’Ernesto a vu, qui la amener à donner les conférences aux médecins alors qu’ils traversaient la frontière entre l’Argentine et le Chili.

Selon Guevara,(5) il a dû partir de Huambo  avec Granado seulement deux jours après son arrivée, car il est entré dans une crise d’asthme grave qui avait besoin d’un traitement plus approfondi que celui qu’il pouvait y obtenir. Ils sont finalement arrivés au village d’Andahuaylas où il est allé à l’hôpital pour se ressourcer pendant deux jours, puis partir en direction de Lima.

Dans la capitale péruvienne, les amis rencontrent un homme extraordinaire avec qui Che a passé un certain temps et qui a marqué sa formation d’humaniste, de scientifique et comme politique : le Docteur Hugo Pesce, professeur de médecine tropicale à l’Université de San Marcos de Lima, médecin militant du Parti communiste et l’un des plus importants chercheurs sur la lèpre en Amérique latine à l’époque, fondateur du Centre pour les lépreux de Huambo. (12)  Celui-ci les reçoit, Guevara écrit (5): « avec une gentillesse vraiment étrange pour un expert de la lèpre ».

Et c’est que le médecin était un homme brillant d’idées progressistes, d’un humanisme surprenant, d’une solidarité sans stigmatisation et d’une formidable connaissance médicale. Il obtient pour les voyageurs un hébergement à l’hôpital de lépreux de Portada de Guía, où le Che commence immédiatement à fournir ses services en aide aux malades. (5)

Nancio Gordon, ex malade de la lèpre de l’Hôpital de lépreux de Portada de Guia, a rencontré le  Che lors de son passage dans ce centre. Il raconte qu’il est arrivé au lazareto avec son ami  Alberto Granado  et qu’ils se sont immédiatement mis à soigner les patients atteints du mal de la lèpre. Il a gagné la sympathie des lépreux, parce qu’il les traitait très gentiment : il les embrassait, s’asseyait avec eux à l’heure des repas quotidiens, ils prenaient un café ensemble, il était très humble, il n’avait aucun problème à rencontrer les lépreux. (13)

De ses connaissances scientifiques sur la lèpre, de ses expériences antérieures en Argentine, du passage de Huambo et de l’influence récente de l’éminent docteur Pesce,  le  Che a su découvrir et mettre en pratique un moyen très efficace de traiter ces patients: l’humanisme démesuré. Il a vu la nécessité de briser ce mur, parfois très solide, entre le médecin et le lépreux, et il a pu le faire, car s’il ne pouvait pas le faire, cela pouvait l’isoler à jamais du patient. Ernesto travaille dans le centre et apprend de la vaste expérience de ce médecin pendant son séjour à Lima pendant plus de 15 jours. Cela a commencé à changer sa vision du médecin qu’il voulait être, ainsi que son attitude envers les patients. Il a observé l’attitude si sensible d’un éminent médecin qui affrontait un terrible problème de santé ; c’est pourquoi il a commencé à se rendre compte que le but d’un médecin est d’être utile à la société, c’est de donner la main avec ses services désintéressés à ceux qui en ont le plus besoin, quelle que soit leur situation.

Ensuite, les amis partent pour le centre de lépreux de Saint-Paul en Amazonie, où existait la plus grande colonie de lépreux d’Amérique latine, avec une lettre de recommandation du docteur Pesce lui-même, pour que le docteur Bresciani  les y accueille. (5)  Avant de partir, ils reçoivent la plus grande récompense qu’un médecin puisse recevoir de leurs patients : la gratitude sincère (5), ce qui montre que tout leur travail a été bien accueilli par les lépreux :

« L’une des choses qui nous a le plus impressionnés, ce sont les adieux des malades. Ils ont rassemblé ensemble 100,50 soleils ( soles) qu’ils nous ont remis avec une lettre grandiloquente. Par la suite, certains sont venus nous dire au revoir personnellement et, dans plusieurs cas, des larmes sont tombées pour nous remercier pour le peu de vie que nous leur avions donné, leur serrant la main, acceptant leurs cadeaux et nous asseyant parmi eux pour écouter un match de football. » (5)

En voyant que son traitement plein d’humanité et affectueux faisait du bien aux malades, ces remerciements faisaient comprendre au Che, que son aide avait un impact bénéfique ; et il l’exprime en écrivant :

« S’il y a quelque chose qui nous puisse nous convaincre à nous dédier à guérir les malades de la lèpre, ce doit être cette affection que nous montrent les malades partout ».  (5)

Selon Guevara (5), il est arrivé avec Alberto Granado le 6 juin 1952 au centre de lépreux de saint Paul et y est resté jusqu’au 20 juin. A l’arrivée, le docteur  Bresciani  s’est très bien occupé d’eux et leur a fourni une chambre pour rester ces jours-là. Comme dans l’hôpital de Portada de Guia  il a immédiatement commencé à aider les malades du lieu et leur apporter les soins de santé. La première chose qu’il a faite a été de parcourir le centre :

« Le matin, nous sommes allés à l’asile et avons commencé la visite. Il y a 600 malades qui vivent dans leurs maisons typiques de la jungle, indépendantes, faisant ce qu’ils souhaitent et exerçant librement leur profession, dans une organisation qui a pris seul son rythme et ses caractéristiques propres. Il y a un délégué, un juge, une police, etc. Le respect qu’ils ont pour le docteur Bresciani est remarquable et on voit qu’il est le coordinateur de la colonie, parapet et trait d’union entre les groupes qui se chamaillent entre eux. » (5)

« Encore mardi, nous avons visité la colonie ; nous accompagnons le docteur Bresciani  dans ses examens du système nerveux des malades. Il prépare une étude approfondie des formes nerveuses de la lèpre basée sur 400 cas. Cela peut vraiment être un travail très intéressant par l’abondance de l’attaque sur le système nerveux dans les formes de la lèpre dans cette région. Au point que je n’ai pas vu un seul malade dépourvu de telles altérations. » (5)

« Nous avons visité la partie saine de l’asile qui compte environ 70 personnes. Il manque des équipements fondamentaux qui ne seront installés qu’au courant de  cette année, comme la lumière électrique toute la journée, un réfrigérateur, enfin, un laboratoire ; Il faudrait un bon microscope, un microtome, un laborantin, car ce poste est occupé par la mère Margarita, très sympathique mais pas très experte et il faudrait un chirurgien pour libérer les nerfs, fermer les yeux, etc… (5)

Le Che  a observé la situation de ce centre, qui, par le grand nombre de patients qu’il accueille, et par son organisation est comme est un « village de lépreux », où les malades se protègent de la cruauté que l’histoire leur a préparée, n’ayant aucun contact avec le reste de la société car ils se trouvent de l’autre côté de l’Amazone. Ces colonies étaient d’une grande importance à l’époque car, en plus de protéger les malades, elles permettent de leur offrir un traitement continu et supervisé ainsi que des soins résultant des complications de la maladie.

Guevara est surpris par le grand nombre de patients qui sont sur place, la plupart avec des manifestations cliniques typiques de la maladie, en particulier l’affectation nerveuse, expérience qui enrichit ses connaissances sur la lèpre.

Dans le centre de lépreux de Saint-Paul, le Che développe un vaste travail médical: il distribue et administre les médicaments aux malades, fournit des soins palliatifs aux lépreux les plus graves, fait des bacilloscopies, collabore à des recherches sur la maladie et effectue même des chirurgies de libération de nerfs dans la névrite lépreuse(5),  ceci  est témoigné par un de ses patients, dont l’intervention chirurgicale que le Che lui a faite,  lui a donné le surnom de « Che » Silva. (14)

Mais le jeune Argentin, qui célèbre son 24eme anniversaire au centre, non seulement réalise le travail médical qu’il accomplit pour élever la santé physique des malades, mais aussi pour améliorer leur santé émotionnelle. Il avait déjà observé l’importance de la santé émotionnelle pour les lépreux afin de guérir car ils sont très sensibles du fait d’être rejeté socialement ; pour cette raison, il discute avec eux avec toute son insouciance, avec sa fraternité et sa forte humanité, il organise des excursions de loisirs, leur raconte ses histoires de voyage, il visite leurs maisons, cuisine et joue au football avec eux. A ce sujet, il y a plusieurs passages, dont un :

« Dans l’après-midi, nous avons joué un match de football où j’ai occupé ma place habituelle avec de meilleurs résultats que les fois précédentes. » (5)

Ces actions, pour beaucoup considérées comme simples, ont un impact profond sur les lépreux, car le fait qu’une personne en bonne santé partage avec eux des activités de contact aussi étroite leur permet d’oublier tout le rejet qu’ils ont pu subir. Le Che se présentait amical, jovial, comme un autre de la colonie, sans crainte de  contaminer, et cela faisait sentir les lépreux libres de tout sentiment de culpabilité, leur faisait retrouver cet amour-propre et toute la joie que la maladie leur avait enlevée.

La veille de son départ du centre de saint Paul, les lépreux pour lui prouver leur gratitude lui témoigne ceci :

« Le soir, une commission de malades de la colonie est venue nous faire un hommage sérénade, dans lequel abondait la musique indigène chantée par un aveugle ; l’orchestre était composé d’un flûtiste, d’un guitariste et d’un bandonéoniste qui n’avait presque pas de doigts, du côté des musiciens sains, on les aide avec un saxophone, une guitare et un hurleur. Puis vint la partie discursive où quatre malades à tour de rôle ont présenté leur discours; l’un d’eux désespéré parce qu’il ne pouvait pas aller de l’avant a fini par un: « Trois hourras pour les médecins ».  (5)

Ce passage est une image claire de la profonde sensibilité des malades de la lèpre, qui ne sont pas des êtres maussades ou agressifs, et qui sont sensibles à toute démonstration d’affection et de bon traitement, de l’immense gratitude qu’ils ressentaient pour le Che  et  Granado. On montre le malheur physique des lépreux, mutilés par la maladie, mais qui ne doit pas nécessairement signifier la souffrance, à condition qu’ils soient traités comme des égaux et qu’ils ne soient pas séparés ou punis pour avoir souffert d’une maladie dont ils ne sont pas responsables.

Telle était la gratitude des malades envers les voyageurs qu’ils lui ont même construit un radeau pour continuer leur marche à travers l’Amérique latine, à cette occasion, en traversant l’Amazone; le radeau avait pour nom « Mambo – Tango ». (12)

Le voyage se poursuit, puis après avoir traversé la Colombie, ils arrivent enfin au Venezuela. (12)  La distance parcourue ne peut plus être mesurée en kilomètres, le voyage vers le cœur déchiré du continent a suscité, dans les deux cas, des sentiments très profonds.

Le Venezuela est sa dernière destination. A Caracas, Granado obtient un emploi dans un centre de lépreux sur recommandation du docteur Pesce. C’est l’adieu entre les deux. Par la suite, le  Che retourne en Argentine pour conclure ses études de médecine. (3,5)

En arrivant à Buenos Aires, en septembre 1952, il s’inscrit dans l’enseignement libre dans les quatorze matières des deux années qui lui manquaient encore, pour terminer et réussir son diplôme. La remise du diplôme de médecin a eu le 1er juin 1953 et il a été recueilli le 12 du même mois. (1,4)

En obtenant son diplôme, il avait déjà oublié son rêve d’étudiant d’être un chercheur célèbre et de faire des découvertes pour le triomphe personnel, (1) car comme il l’a dit après son arrivée en Argentine, après le voyage:

« Ce voyage sans but à travers notre « Majuscule Amérique » m’a changé plus que je ne le pensais. » (5)

C’est précisément son travail médical dans les centres de lépreux qu’il a traversé, qui est  l’un des facteurs fondamentaux de son changement de vision quant à l’objectif de son travail de Galien, qui était déjà à l’époque d’aider les gens d’Amérique qui souffraient de misère, de faim et de maladies incapables de guérir par manque de moyens.

En commençant le livre « Voyage à motocyclette », dans lequel le Che raconte cette aventure de 9 mois, il commente : « Ce n’est pas le récit d’exploits impressionnants (…) »; (5)  mais ne l’est- ce vraiment pas? »

Les auteurs de ce texte considèrent que le fait qu’Ernesto Guevara, toujours étudiant en médecine, ait voyagé en Amérique latine en aidant les lépreux, des personnes stigmatisées par l’histoire et la religion, et donc rejetées par la société, constitue sans aucun doute un noble exploit. Il a pu leur tendre la main en tant que médecin et ami, en leur apportant un peu de vie et en guérissant les blessures de l’âme.

C’est une histoire sensible qui doit être rapportée parmi les étudiants en médecine, afin qu’elle puisse contribuer à élever leur formation complète en tant que médecins révolutionnaires.

 PS – Nous le soulignons :

 L’OMS avait décrété en 2005 que la lèpre n’était plus un problème de santé publique compte-tenu de la réduction de la prévalence de la maladie. Mais depuis, les chiffres ont prouvé le contraire, la lèpre n’est pas éradiquée. Dans le monde, on compte encore près de 3 millions de lépreux avec des infirmités ou des mutilations. Une personne est touchée toutes les 2 minutes par l’infection. Elle demeure un enjeu majeur dans 14 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine…Même si la lèpre se soigne, encore 3 millions de personnes vivent avec une infirmité…La lèpre demeure une maladie de la pauvreté, de l’exclusion, du manque d’hygiène et la promiscuité.

Conflits d’intérêts

Les auteurs Lázaro Roque Pérez et Ileana García López  affirment qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts.   Publié le 28/05/2020 dans Revista Cubana de Medicina Militar

SOURCE: REVISTA CUBANA DE MEDICINA MILITAR

Traduit par le Bureau d’information Alba Granada North Africa

http://www.revmedmilitar.sld.cu/index.php/mil/article/view/610/573

Publié aussi dans : https://reseauinternational.net/ernesto-guevara-el-che-dans-les-etablissements-pour-lepreux-damerique-latine-quelle-lecon/

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.