«Non à l’agitation spécifiquement féministe, oui à l’agitation socialiste des femmes»


Préparons nous! Echauffons nos muscles, mettons nous au travail dans le combat, pour que le travail devienne esprit et que l’esprit devienne travail ! Spartacus, hisse ton drapeau plus haut ! Esclaves, allez-y ! Tout pour la révolution ! Tout pour la révolution ! (Clara Zetkin)

C’est un devoir communiste de se souvenir de la camarade Clara ( Eissner) Zetkin, née en Allemagne le 5 juillet 1857 et décédée à Arkhangelsk, près de Moscou, en 1933. Elle avait 76 ans et son corps a été enterré avec les honneurs dans les murs du Kremlin. Cette grande femme a développé, d’abord au sein du Parti social-démocrate allemand et plus tard, en tant que fondatrice du Parti communiste allemand, un effort révolutionnaire important avec les prolétaires, en particulier avec les femmes immergées dans les processus de production matérielle ou de reproduction de la société fondamentalement européenne.

En ce sens, elle soutient dans son discours politique et dans sa pratique que « le fil conducteur doit être : non pas une agitation spécifiquement féministe, mais une agitation socialiste parmi les femmes ». Nous ne devons pas mettre les intérêts les plus étroits des femmes au premier plan, notre tâche est la conquête des femmes prolétaires pour la lutte des classes”; par conséquent, la libération et l’émancipation des femmes sont étroitement liées à la construction du socialisme. Dans cette perspective, Clara Zetkin, en tant que marxiste, a représenté le travailleur comme immergé dans les rapports sociaux d’exploitation capitaliste, actuellement en vigueur, précisant que les travailleurs sont doublement exploités, d’abord dans les usines, en cédant leur force de travail à leur patron. que l’achat en échange d’un salaire, pour augmenter son capital avec la vente des biens produits par le travailleur ; et aussi à la maison, où elle effectue toute une série de travaux sans aucun type de rémunération économique, tels que : nettoyer la maison, repasser, laver les vêtements, cuisiner, entre autres.

Clara Zetkin était également une organisatrice du mouvement socialiste féministe allemand et international, a mené la lutte internationaliste et anti-réformiste pendant la Première Guerre mondiale, cofondatrice et dirigeante du Parti communiste allemand, figure de proue de l’Internationale communiste et amie de Lénine (son fameux « Mes souvenirs avec Lénine »), députée et propagandiste. Malgré sa contribution extraordinaire, ses efforts dans l’histoire de la lutte pour le socialisme sont minimisés ou oubliés. Pour elle, le socialisme n’était pas seulement un objectif historique, mais surtout une exigence immédiate. Ses activités politiques militantes s’étendent des débuts de la social-démocratie allemande jusqu’en 1932, l’année précédant sa mort.

Pour Clara Zetkin, durant cette période : « Le développement de l’impérialisme et le passage d’un capitalisme à prédominance concurrentielle à un capitalisme monopoliste, avec la création de monopoles nationaux et l’aggravation des contradictions impérialistes [qui] ont provoqué de violentes tensions dans les rapports entre prolétariat et la bourgeoisie et au sein du prolétariat et de ses organisations traditionnelles – création de la Deuxième Internationale (1889), montée du révisionnisme et fondation de la Troisième Internationale (1919), révolution en Russie et défaite des révolutions en Europe occidentale » qui l’expérience de la dirigeante allemande nous présente comme extrêmement complexe et fragmentaire, difficile à synthétiser en une seule analyse.

En novembre 1882, Clara Zetkin est poursuivie par la police et s’enfuit pour s’installer à Paris où elle épouse Ossip et y reste huit ans tout en continuant à coopérer avec son parti. Pendant ce temps, Clara rencontre et se lie d’amitié avec certaines des figures les plus notables du socialisme : Eugène Pottier, auteur des lettres de l’Internationale ; Louise Michel, les filles de Marx, Jenny et Laura; les leaders marxistes français Paul Lafargue et Jules Guesde, etc. À la fin de la décennie, elle est nommée déléguée des Femmes socialistes de Berlin et participe aux préparatifs du Congrès constituant de la IIe Internationale en opposition à l’Internationale possibiliste qui souhaite également se créer à Paris.

L’année suivante, en 1890, après l’abrogation des «lois antisocialistes», elle retourne en Allemagne pour devenir l’un des cadres les plus importants du socialisme allemand, qui jusqu’en 1914 sera le miroir vers lequel tous les yeux du socialisme international se tourneront.  En 1891, elle fonde et dirige «Die Gleichheit» (L’égalité), un organisme pour les femmes social-démocrates, qui deviendra peut -être le journal féministe le plus diffusé et le plus influent de tous les temps . Ses vues théoriques sur les problèmes des femmes sont basées sur deux ouvrages classiques du socialisme : L’origine de la famille, la propriété privée et l’État (Friedrich Engels) et Les femmes et le socialisme (August Bebel).

En 1893, elle participa au troisième congrès du Parti social-démocrate à Zurich, où elle se lia d’amitié avec Engels, qui mourut deux ans plus tard. Dès ce Congrès, la présence de Clara sera indissociable de tous les Congrès Nationaux et Internationaux du Socialisme, de même pour toutes les conférences des mouvements de femmes. En 1896, lors du congrès du SPD tenu à Gotha, Clara présente le premier rapport important du parti sur la question des femmes et les tâches de la social-démocratie, dans lequel la revendication du suffrage des femmes est soulevée, une question sur laquelle de nombreux partis socialistes ne comprennent pas. aussi loin. En 1899, elle est veuve et se marie pour la seconde fois, cette fois avec le peintre George Friedrich Zundel, dont elle se sépare peu après ; quelques années plus tard, elle s’occupe seule des deux enfants qu’elle a eus avec Ossip.

Lors du célèbre Congrès de Stuttgart de 1907, au cours duquel le trio Lénine-Rose-Luxembourg-Martov livre une âpre bataille sur la question de la guerre, Clara Zetkin, pour sa part, portera une violente accusation à la Conférence pour le droit de vote des femmes contre les austro-marxistes, qu’elle accuse d’avoir abandonné la propagande en faveur de ce droit. Au congrès de Copenhague (1910), elle proposa l’instauration d’une « journée de la femme en mai ». Dans les années qui ont précédé le déclenchement de la Grande Guerre, Clara a consacré l’essentiel de ses efforts à la lutte antimilitariste, c’est pourquoi au Congrès de Bâle (1912), elle a présenté un rapport complet et passionné sur la menace de guerre et la nécessité que le L’Internationale y répond par une grève générale et, si possible, par la révolution.

Bien qu’elle n’ait écrit aucune étude spécifique sur le sujet, Clara a démontré avec l’exemple incontestable de la pratique qu’il était possible d’organiser des milliers de travailleurs qui viendraient grossir les rangs du prolétariat, leur donnant une ampleur extraordinaire. L’organisation féminine des socialistes allemands servit d’exemple au mouvement socialiste international. Elle élargit son horizon au monde colonial. Sa conclusion pratique était qu’il ne devrait pas y avoir d’organisation féminine autonome parce que :

a) Il n’y a qu’un seul mouvement, une organisation de femmes communistes – avant les socialistes – au sein du Parti communiste avec des hommes communistes. Les buts des hommes communistes sont nos buts, nos tâches, et cela s’étend aux autres niveaux de l’organisation traditionnelle.

b) Il n’y a pas non plus de revendications spécifiques sur des questions comme la sexualité et le mariage, et bien qu’elle n’ait cessé de se demander à sa manière, elle a dit avec Lénine : « La préoccupation des femmes communistes, des travailleuses, doit se concentrer sur la révolution prolétarienne , qui jettera les bases, entre autres, de la modification des relations matérielles et sexuelles.

c) Il n’y a aucune possibilité d’attirer les femmes des classes exploiteuses dans les rangs socialistes , puisque pour elles il s’agit de « l’épanouissement moral et spirituel […] de leur personnalité », alors que pour les travailleuses il s’agit de quelque chose de plus fondamental, dérivé de «le besoin d’exploiter le capital», alors qu’elle craint que pour «sa tâche d’épouse, de mère […] elle ne ramasse que les miettes que la production capitaliste s’effondre».

Sous ce prisme « classique », l’objectif principal de Clara Zetkin était d’étendre le mouvement ouvrier à son autre moitié, plus soumise que la moitié masculine. Elles ont formulé des revendications fondamentales pour les travailleuses qui, tout en paraissant modérées, étaient en fait extrêmement radicales même pour les syndicalistes qui craignaient la concurrence des travailleuses et voulaient que leurs femmes restent à la maison pour réparer leurs chaussettes. Elle n’a pas non plus hésité à brandir le drapeau suffragiste puisqu’il s’agissait «non seulement d’un droit naturel, mais aussi d’un droit social», et bien sûr elle a donné un contenu social à ce droit, mais elle a rejeté des revendications spécifiques comme la protection maternelle. Quand, après avoir été l’une des porte-parole de l’internationalisme contre la guerre, Clara Zetkin se range du côté de l’option communiste.

Dans un de ses discours devant le Komintern, elle a proposé l’adoption de « solutions concrètes et d’organismes spéciaux pour faire face à l’agitation, l’organisation et la formation des femmes […] en tenant compte de la spécificité culturelle et morale des femmes », et aussi « le projet et une agitation constante parmi les femmes encore éloignées du parti, à travers des réunions publiques, des débats et des réunions d’usine, des réunions de femmes au foyer, des conférences de déléguées non partisanes et apolitiques, du porte-à-porte.«

Son dernier grand coup d’éclat, qui restera dans les mémoires comme ses meilleures années, eut lieu le 30 août 1932, alors qu’elle était malade et à moitié aveugle, le jour de l’ouverture du Reichstag. En tant que doyenne, elle a présidé la session.

En sa mémoire, le Mouvement des femmes Clara Zetkin prend son nom non seulement comme une manière de faire valoir son combat et sa contribution inestimable, mais aussi pour maintenir dans son programme de lutte la nécessité de construire des relations sociales dans lesquelles l’égalité et la justice prévalent , en défendant un espace d’organisation des travailleuses et du peuple, et en poursuivant les luttes indispensables promues par le révolutionnaire communiste.

Elena Linárez est présidente du mouvement communiste ‘Clara Zetkin’ au Venezuela
le texte a été publié en 2010.
( https://twitter.com/mmczoficial)

Funérailles en 1933 porte par Staline et Molotov

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.