Monika Ertl: La  femme  qui  a vengé le Che Guevara


par Mario Torres (Chili)

Le Dieu des Blancs  ordonne  le  crime. Nos  dieux  nous  demandent  vengeance.
Alejo
 Carpentier

En 1953, une belle adolescente  allemande  de seize   ans arrive  en Bolivie , elle s’appelait Monika  Ertl.  Elle   devait   retrouver son père,  le  cinéaste  bavarois  et  propagandiste  SS (Schutz Staffel:  Escouades de protection d’Hitler), Hans  Ertl    (Munich  1908-Bolivie 2000), qui avait    échappé à L’Allemagne  cinq  ans  plus tôt, avec de nombreux  assassins  nazis  impliqués  dans des crimes contre l’humanité, dont  Klaus Barbie,  le  célèbre  «boucher de Lyon »,  que  Monika  appelait  «oncle». Les  trajets  d’évacuation se terminaient  dans des paradis sûrs comme l’Argentine,   le Brésil,  le Chili, le Paraguay, l’Uruguay et la Bolivie. Cette  évasion  miraculeuse a été appelée  ratlines  ou «route des rats »,  phénomène  qui  a reçu   le  soutien  résolu  de l’Église catholique  et des  services secrets   américains.

Hans Ertl  le  père de Monika  est arrivé  sur  un  bateau  de  ratline  et a débarqué dans l’archipel  chilien de Juan Fernandez,  où il a réalisé le documentaire «Robinson» en 1950. Il  s’est ensuite rendu en Bolivie; il s’est  fasciné par l’exubérance  de la jungle et a finalement  décidé de s’installer  en  Chiquitaine, un  petit  village  situé à une centaine de kilomètres  de la ville de Santa Cruz  en  Bolivie.   En  1951,  il a acheté  une  propriété de 3 000  hectares  en pleine jungle, parmi l’épaisse  végétation  itno-bolivienne  qu’il  appelait,  personne ne sait  pourquoi, « La  Dolorida ». Dans  la  salle  principale, il accrochait  un  portrait du pape Pie XII et des affiches  de  films  qu’il  avait  réalisés en tant que caméraman aux côtés de la  célèbre  cinéaste  nazie Leni Riefenstahl. Son  voisin et ami n’était rien  de moins  que  le  futur  dictateur  bolivien, Hugo  Banzer Suarez (1926-2002). Deux  ans  plus   tard, Hans  accueillait sa  famille  dans une maison  construite avec du  matériel indigène qui fut la maison  jusqu’à  sa  mort  en   l’an    2000. Naturellement, l’immense    hacienda   étonna  la  jeune  Monika qui  espérait  trouver   son  père dans  la  clandestinité en tant que  fugitif de la  justice  européenne et non en tant que  grand latifundiste. « C’est grâce au  travail  et aux efforts », répondit-il.    Mais la  question  qui a continué à  flotter  dans la tête de Monika  est d’où   les hiérarques  nazis ont vraiment  obtenu de l’argent et  des  influences  pour  maintenir un tel train  de  vie  et  soudoyer  les  autorités locales.

Monika Ertl

L’enfance  de Monika  s’est déroulée  dans  une  Allemagne  qui  vivait  au milieu de la  convulsion  nazie,  dans  un  cercle  fermé  et  raciste  dans  lequel   brillaient  de sinistres personnages   de l’holocauste   juif,  qui  étaient amis de la  famille. De la  puissante  propagande  nazie,  elle  n’admettait    que  les  images que filmait  son  propre  père,  mais  pas  le  contenu  anti-juif,  puisqu’elle   avait beaucoup d’amies qui  assistaient à   la  synagogue et   n’étaient  pas    les  monstres qu’annonçaientt les médias,  le  cinéaste  et les  murs de la   ville. Elle  adorait  le cinéma et  son père, c’est pourquoi quand elle est arrivée en Bolivie,   elle a appris l’art  de  son  père comme caméraman et  elle  l’a  accompagné  dès son plus jeune âge  dans  les  tournages  qu’il  faisait  dans  la jungle,  où il a subi un premier  impact  en rencontrant,  à  chaque  étape, des affamés  et  des enfants  sous-alimentés. Elle a commencé  à  comprendre  ce qu’était la  misère des paysans sans avenir qui s’éternisait  pendant des siècles.  Elle a étudié  dans des écoles  autoritaires  et  comme un moyen d’indépendance, à l’âge  de   21  ans, Monika va épouser  Hans « Juan »  Harchies, un Bolivien d’origine  allemande  qui se consacrait à l’exploitation  minière  et   vont s’établir,  d’abord,  dans  le  nord du Chili,  près des mines de  cuivre,  puis vers les  gisements de Sewell,  dans la zone centrale du  pays  et  dans les deux  parties  ils vont connaitre  l’existence sinistre  des  mineurs chiliens.  

 Bien     que  leur  mariage ait  duré  dix  ans,  elle s’est   finalement séparée . Ils pensaient  radicalement  différemment  et  regardaient  la  vie  avec des optiques  opposées. Elle a décidé de se séparer. Cependant,  ce  n’était  pas  en vain pour Monika. Elle a  personnellement connu le  désespoir des travailleurs au Chili et en  Bolivie, le considérant comme  un  dilemme  latino-américain  avec des racines  plus profondes que la «lâcheté  des  pauvres», comme  le disait son mari.  Elle  avait aussi le temps de lire et  de  comprendre que son  père,  bien  qu’elle l’aimait  beaucoup,  appartenait  à un  groupe  d’Allemands    qui avait commis  l’un des  pires  génocides  de l’histoire    et que son  exil  était en  réalité une  évasion de milliers de  criminels  avec de faux passeports  délivrés    par  le  Vatican, sous  le  mandat du pape Pie XII,  le  « pape d’Hitler ». Elle a également appris, par  l’intermédiaire  d’un  ami historien, d’où    venaient  (en  partie) les  ressources financières    pour  maintenir  le  niveau  de  vie  des  nazis  en  Amérique latine: deux jours  après  le suicide  d’Hitler,  le  30  avril  1945, un  détachement  SS,  en  civil, a fait son  chemin entre les  forces  alliées  portant  plusieurs  coffres  de  plomb  caché parmi  les  effets personnels   qu’ils ont laissés  dans  un  endroit   sûr. Les  officiers  de la Gestapo  rencontrent  à Rome  le  secrétaire  d’État du Vatican,  Mgr  Giovanni Battista  Montini,  plus  tard  le pape Paul VI, et  concluent  des  accords  confidentiels qui  fournissent  aux officiers de la SS  le  soutien  financier  et  institutionnel.

Par    ailleurs, elle  apprit  par  son ami, qu’à    Flensburg, base centrale des  sous-marins  nazis, ils  ont chargé  cent  tonnes d’or   et  d’autres    métaux  précieux, et le     28  mars  1945, les  submersibles  allemands sont arrivés  sur les  côtes  de San Clemente del  Tuyú  en  Argentine  où  plusieurs  camions les  attendaient. Pas plus qu’ après un  mois, divers dépôt ont été  effectués, avec  d’énormes quantités,    dans  différentes  banques, au  nom de Maria Eva Duarte,  épouse  du  président  Peron d’Argentine    et  c’est ce  qui s’est passé  avec  de nombreux  dirigeants  latino-américains. D’importantes  sommes  d’argent,  a ajouté  l’historien,  provenaient également  de la  commercialisation  des 600 000  œuvres   d’art  qui  ont été pillé a leurs  propriétaires   (Cranach, Van Gogh, Goya, Rembrandt, Rubens,  Titien, Vélasquez et Klimt, entre  autres). Ils  disposaient certainement  d’énormes  ressources    pour  négocier  et  financer  confortablement  leur  séjour  et  obtenir  le  soutien des gouvernements  locaux,  de  l’Église et de la CIA. En outre, il a découvert  que  son   affectueux  «oncle», Klaus Barbie, était  responsable  en France de la  mort de 840 personnes, dont    41  enfants  juifs.

Au début, la sensibilité  sociale de Monika s’est  tournée vers  les  nobles causes; entre autres  choses,  elle a aidé  à  fonder  un  foyer  pour orphelins à  La Paz,  aujourd’hui  transformé  en  hôpital,  mais elle    s’est  rendu compte   que les  œuvres  de  charité  étaient des miettes qui ne remédiaient  pas à la  condition  de  misère qu’ engendre  le  sous-développement. Pendant  cette  période,  elle s’est liée  d’amitié avec la  gauche  bolivienne  et  les communistes  allemands, qui  étaient    importants    pour  sa  position  politique. C’est  ainsi  qu’à 23  ans, à la fin des années soixante,  toujours    mariée, elle est entrée  à l’ELN (Armée  de  libération  nationale) de Bolivie. Elle a d’abord  joué  un  rôle  plutôt   passif  dans  la  guérilla,   mais  deux  événements  ultérieurs vont changé  sa vision :  le  31  août  1967, meurt  au  combat l’Argentine  Haydee Tamara  Bunke  Bàder,  connu sous le nom  de « Tania la  guérilla » et  l’autre  fait qui l’a  choquée, a été  le  meurtre du Che Guevara  qu’elle admirait  profondément. Pour  comprendre  Monika et  son  processus  personnel, il faut regarder l’environnement  politique.  

Le Che blessé,  à  l’école de La Higuera

Entre 1966 et 1967,   la Guerrilla  Boliviana,  également  appelée  Guerrilla de  ñancahuazú,  dirigée  par Ernesto Guevara,  qui  organise  la  rébellion naissante,   durement  combattue  par  l’armée   bolivienne avec  l’aide  des Etats -Unis .   Au  cours de cette  période,  l’ELN   a mené  22  batailles  pendant onze mois  dans des situations    défavorables telles  que la pluie  et le froid  sur un terrain  hostile, le manque d’eau  et  de  nourriture  ont exigé  un  quota  d’abattage   écrasant.  Le 7  octobre,  ils arrivent  épuisés  jusqu’à la Quebrada del  Yuro et, le lendemain,   le Che a été blessé et pris dans une  embuscade. Ils  l’ont  transféré à l’école  La Higuera  où, sans succès,   ils ont essayé de l’interroger.  La CIA le  voulait  vivant pour  montrer  au  monde  sa  victoire  sur  le  terrorisme,  mais  les  généraux  boliviens René Barrientos et Alfredo  Ovando ont décidé de l’assassiner. Ovando  a estimé  que « avec la  popularité  mondiale  que  cet  homme a, il est  capable de   sortir libre » .   L’ordre  est arrivé  le  8  octobre  et le lendemain matin,   le  sous-officier  Marcelo  Terán  Salazar, avec  sa  mitrailleuse, lui  a tiré  neuf  balles  dans  la  poitrine. Plus  tard, sur  ordre du colonel et  agent de la CIA, Roberto « Toto » Quintanilla Pereira, ils lui ont coupé les mains  comme  trophée  du  militaire  bolivien sous l’excuse qu’il était pour  vérifier  les  empreintes  digitales.

Ces faits  assoiffés de sang ont modifié  la  vision  de Monika et, par  cette  profanation,  le  colonel Quintanilla a signé  sa  condamnation à   mort. Depuis  lors, la paisible Monika s’est  fixé  une  mission à  haut  risque:  venger   Che  Guevara au  moment où cela serait  possible. Elle  s’est   d’abord consacré  à la  reconstruction  du  mouvement,  aidant  les combattants qui avaient  survécu, en  particulier  les  frères  Inti et  Chato  Peredo,  inconditionnels du Che  dans  la direction  de l’ELN et, grâce à  sa  capacité  d’organisation,  elle est devenue  — sous  le  nom  de  bataille    d’Imilla  —  l’un des  principaux  dirigeants  de l’organisation,   participant directement à   des actions  rebelles  comme  dans  le  hold-up  d’une banque pour lever des  fonds. En  1969, Monika  reçoit  un nouveau  coup:  le  colonel Quintanilla tue    Guido  « Inti »  Peredo,  après l’avoir  brutalement torturé qualifié    de « bain ».  sang  »,  conseillé par  Klaus Barbie, qui  travaillait  dans les opérations  de  renseignement  du  ministère de l’Intérieur.

En plus de  s’occuper des opérations  de    l’ELN, Monika avait en tête l’idée de  punir  l’outrage  à  son  commandant Guevara et la  mort  de ses   camarades. Il est à noter    qu’avec Inti  Peredo, elle a eu  une  relation  amoureuse  pendant  cette  période.

Le  militaire  bolivien Quintanilla  figurait  d’abord comme  «blanc» des guérilleros. C’est  pourquoi,  en  1970,  craignant  pour  sa  vie, le gouvernement  l’envoie    à  Hambourg  en tant que  consul  général.  Quand  Monika  l’ a découvert, l’idée  a commencé  à  prendre  corps  et  elle a décidé que pour la  vengeance aucun chemin n’est  long.   Elle a parcouru  11 000  kilomètres  jusqu’à  son  pays  d’origine et s’est  installé  à  Hambourg.

Roberto Quintanilla Pereira

Aux premières heures  du 1er  avril  1971, Monika  a ajusté  la  jupe,  a fini  de  se maquiller  pour  mettre  sa  perruque  et  s’installer  les  gants. En  se regardant dans le miroir,  elle ressemblait  à  une  actrice  de cinéma. Elle monta dans le métro un peu  nerveuse  et  descendit  à  l’arrêt    avant  son  lieu  de  destination. Elle se dirigea  rapidement  vers  le  consulat  bolivien  où  elle avait  demandé   un rendez-vous  avec  le  diplomate,  se présentant  comme  une touriste  australienne. La  secrétaire  l’a  fait passer au  bureau  de  M.  Quintanilla pour qu’il l’attende.   Son  regard  traverse  une image du  lac  Titicaca accroché    au    mur, à côté de diplômes militaires    et de photographies  de  lui  en  uniforme. Elle  a calmement palpé    l’arme    légère  qu’elle portait dans son   portefeuille.

Quintanilla, connu comme coureur de jupons, s’entardait  chaque  fois  qu’il  avait  une  rencontre  avec  le  sexe  opposé. Ce jour-là,  il portait  un   costume  foncé,  cravate  en  laine  bleue  qui  contrastait avec la  chemise  blanche impeccable  et  moustache  rasée  de  style  militaire. Il est arrivé  à  neuf  heures  trente et en  entrant  dans  son  bureau,  il a été perplexe par  la  beauté de la  femme qui l’attendait.   Il  a soigné sa  moustache  avec ses  doigts  et lui a demandé avec un sourire  séduisant « en quoi puis je vous être utile? »   Elle se  leva  calmement,  sortit  le  Colt 38 et lui tira  trois  balles  dans  la    poitrine. Dans  les secondes qu’il  a pointées, avant    d’appuyer sur  la gâchette,  il  resta    immobile,  pétrifié.  Il savait  qu’il  était recherché par la guérilla,  mais il n’a  jamais  pensé que la  vengeance le surprendrait  incarné  dans  une  femme  aussi  séduisante  aux  yeux profonds de couleur  du  ciel. La  secrétaire, en entendant    les coups de feu, s’enferma    dans  la  salle de bain  et en sortant, elle    trouva,  couché sur le  sol, la  perruque, le portefeuille,  l’arme  et un  morceau  de  papier  où  on  lisait:« Victoire ou  Mort. ELN ».

Cdte. Ernesto Che Guevara

La seule chose qui a   été  prouvée,  c’est  que le  pistolet  utilisé  par Monika  appartenait  au rédacteur en chef,  politicien  et  militant  communiste  italien, Giangiacomo Feltrinelli, qui se  trouvait à cette  époque  dans  la  clandestinité politique.  On  n’a jamais pu  prouver  la  paternité de la  guerrillera, mais  une  chasse a commencé  qui a traversé des pays  et des continents,  étant la femme  la  plus  recherchée  au  monde pour les  services Boliviens et la CIA. Elle a été  vue  en France et  à  Cuba, en utilisant  un  passeport  argentin, bien qu’elle  soit finalement retournée en Bolivie. Cette   persécution   n’a   pris  fin que lorsque  Monika a été arrêté le 12 mai 1973, dans une embuscade tendue par son « oncle » Klaus Barbie qui, par hasard,  quelques jours plus tôt l’avait   reconnue dans une place à La Paz  habillée  en  hippie aux côtés  d’un  compagnon aux cheveux   longs. Ils  l’ont  suivie pendant quelques jours   jusqu’à ce qu’ elle a été capturée puis  elle  a été  arrêtée, torturée  puis   assassinée.   Le  corps  n’a jamais  été remis à ses  proches  et  se trouve  dans  une  fosse  commune quelque part  dans un endroit  inconnu  dans le pays bolivien,  une  fois de plus, soulignant  le  côté  invisible d’une  femme  qui  lutta  pour les idéaux  de  son  époque. Pour  certains,  son  nom a été  estampillé  comme  guerrillera,  meurtrière  ou  terroriste,  mais  pour  d’autres,  comme  une  femme  courageuse  qui a accompli  une  mission .

-L’auteur,  Mario Alejandro  Torres (Santiago, 2  décembre  1950), est  économiste  et  sociologue  chilien-croate.   Il réside  actuellement sur  la Riviera Maya, au Mexique,    il représente la Société des  écrivains du  Chili. Diplômé  en  économie  de  Zagreb  et  plus  tard  en  sociologie  à  l’Université  catholique du Chili. A   l’issue  des  études  en  ex-Yougoslavie,  il a vécu  à  Rome, Maputo et Bangalore.  Après  14  ans à l’étranger,  il retourne  au    Chili et  crée une maison d’édition de  magazines  spécialisés  (Mercado  Moderno,  FerMarket,  RayClub  entre  autres). Il participe à plusieurs  anthologies  littéraires au Chili et  en Croatie.

Traduit par le Bureau d ‘information Alba Granada North Africa

Source: others news : monika ertl la mujer que vengo al che guevara (ESP)

1 Comment

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.