Covid, les gouvernements de l’UE et les multinationales pharmaceutiques


Note: Angeles Maestro est médecin et communiste espagnole, anti impérialiste, anti sioniste et soeur de lutte, et a fait ses études de médecine à Cuba. Ce n’ est ni une radical chic, ni une libertaire de» la gogoche», ni une «antivax», ni une «négationniste». Nous croyons que coller des étiquettes criminalisatrices comme le font certains à gauche ( comme à droite d’ ailleurs), contre qui a un regard très critique sur la gestion de la pandémie révèle de la lâcheté . Elle critique le mercantilisme médical, les conflits d’interets et les pots-de-vin des grandes corporations pharmaceutiques aux médecins et aux sociétés médicales, le sous financement de la pharmacovigilance, fournit des données, révèle les sales affaires de Pfizer et la manipulation de ses essais cliniques, le piège du Covax et les pratiques criminelles au plus haut niveau. Elle dénonce les médias hégémoniques et les chercheurs corrompus qui sont devenus les promoteurs publicitaires de l’industrie pharmaceutique, tout en masquant les effets néfastes du cette thérapie toxique et inefficace.

– il en va de soit que le seul argument contre ces propos est qu’elle serait «négationniste»?

Dans un scénario de crise générale profonde, d’hégémonie capitaliste dans la lutte des classes et alors que l’espace pour les réformes est épuisé depuis longtemps, il est clair que, malgré le fait que la pandémie a révélé les insuffisances dramatiques de la santé publique, les ressources des fonds publics ont été réservés exclusivement à l’entreprise privée.

Le développement de la pandémie de Covid 19 a été caractérisé du point de vue médiatique par une stratégie visant à générer la confusion, la peur et l’impuissance. La procédure est un bombardement écrasant d’actualités dépourvues de la rigueur scientifique la plus élémentaire – par exemple, des chiffres absolus sont utilisés et non des taux (rapport entre le nombre de cas et le volume de la population) pour évaluer l’incidence, de sorte que toute comparaison est absurde – et par une dissimulation systématique d’informations qui jettent le doute sur la version officielle, même des sources les plus fiables.

Ce travail vise à contribuer à l’analyse d’un phénomène très complexe traversé par des intérêts extrêmement puissants, qui révèle la stricte soumission des décisions politiques aux intérêts du grand capital, au détriment de la priorité théorique de sauvegarde de la vie et de la santé de leurs populations. . . La gestion de l’achat de vaccins, tant par la Commission européenne que par le gouvernement espagnol, est un exemple paradigmatique de la soumission des objectifs de santé à l’entreprise privée.

1. Disparition des entreprises pharmaceutiques publiques et financement étatique des multinationales

Dans les pays capitalistes, la production et la distribution de médicaments ont été concentrées dans de grands monopoles, tandis que les entreprises pharmaceutiques publiques ont disparu. Tout cela malgré le fait que, historiquement, l’OMS – et la logique sanitaire la plus élémentaire – ait préconisé la création dans chaque pays d’industries publiques produisant des médicaments essentiels, parmi lesquels les vaccins et les produits sanguins occupent les premières places. La pandémie actuelle de Covid 19 a révélé la réalité : aucun pays de l’UE n’a à ce jour produit de vaccin dans des laboratoires publics [1].

En Espagne, pour 100 euros de dépenses publiques de santé, 29,6 sont investis dans les médicaments , soit près de 30 000 millions d’euros par an. Les multinationales pharmaceutiques contrôlent le financement et la prescription des médicaments. Souvent, ils le font par la corruption directe de médecins et, en général, en influençant de manière décisive les plans d’études médicales, en gérant les moyens d’inclure de nouveaux médicaments qui ne le sont pas dans le registre [2], en finançant tous les congrès de spécialités médicales , en mettant la recherche publique à leur service et même parrainer des associations de malades.

2. L’accord du siècle : premiers financements publics et avis de non-responsabilité

L’une des conséquences de la pandémie est le business colossal des multinationales pharmaceutiques, chiffré dans l’UE, pour l’instant, à 50 000 millions d’euros provenant de l’achat par les États de millions de doses de vaccins [4]. Des géants du business comme GKS, Pfizer ou AstraZeneka, qui, comme nous le verrons plus loin, arrivent en tête des listes de sanctions pour pratiques criminelles et qui affichent annuellement des marges bénéficiaires largement supérieures à celles des banques, n’ont même pas eu à risquer leurs investissements. Avec l’argent public des États de l’UE, dont l’Espagne, 2 000 millions d’euros ont été débloqués d’avance, en août 2020, pour acheter des millions de doses de vaccin [4]. Et ils l’ont fait avant que la validité, l’efficacité et l’innocuité de leurs produits n’aient été prouvées.

Toutes les grandes sociétés pharmaceutiques ont obtenu des gouvernements de l’UE que ce sont elles qui paient une compensation pour les éventuels effets secondaires du vaccin. De plus, ils tentent d’être complètement exonérés de responsabilité civile pour les conséquences produites par leurs médicaments.

3. Les intérêts économiques qui contrôlent les décisions politiques

En août 2010, un jour après avoir déclaré l’épidémie de grippe A terminée, l’OMS a rendu public que les membres de son comité d’experts avaient été soudoyés par des fabricants pharmaceutiques multinationaux de vaccins et d’antiviraux, tels que Tamiflu et Relenza (La Roche et GlaxoSmithkline, respectivement) . L’OMS a été accusée d’avoir généré une situation d’alarme injustifiée qui a conduit de nombreux pays à des achats massifs de vaccins et de médicaments tels que ceux évoqués. Pendant tout ce temps, il a gardé secrets les noms de son comité d’experts sous prétexte « d’éviter les pressions ».

Depuis les années 1990, le financement des États membres à l’OMS a diminué à mesure que le financement privé a augmenté. Les grandes fortunes comme Bill Gates et les multinationales pharmaceutiques contribuent à 90% du budget de l’OMS. Le graphique suivant parle de lui-même :

montage contribution pharmaceutique à l'OMS OK
Source : Organisation mondiale de la santé 2015

Le magnat nord-américain est actionnaire d’une douzaine de sociétés pharmaceutiques, dont Pfizer et AstraZeneca. La Fondation AstraZeneca en Espagne compte parmi ses salariés des directeurs d’hôpitaux et d’institutions publiques de recherche [5].

Les preuves des liens entre les grandes entreprises pharmaceutiques au pouvoir économique et politique sont accablantes :

Le principal propriétaire de Pfizer est le fonds d’investissement Black Rock, le plus important au monde dans la gestion d’actifs : 5,1 milliards de dollars en 2016, selon la société. Black Rock a 9 000 millions de dollars investis dans la banque espagnole et 12 000 millions dans l’IBEX [6]. Par ailleurs, en association avec Naturgy (anciennement Gas Natural – Fenosa), Black Rock détient une participation de 49% dans le gazoduc Algérie-Espagne , Medgaz.

Le 11 décembre 2020, le président des États-Unis, Donald Trump, a donné un ultimatum à Stephen Hahn, directeur de la FDA, pour autoriser le vaccin le jour même ou trouver un autre emploi. La menace a fait effet, le vaccin Pfizer a reçu le lendemain une autorisation d’urgence et le géant Walmart a annoncé sa volonté de distribuer le vaccin dans 5 000 magasins américains.L’Agence européenne des médicaments (EMA) a facilité l’autorisation d’urgence de Pfizer en un temps record et le 27 décembre a commencé à inoculer dans les pays de l’UE. L’EMA reçoit également 90% de son financement de grandes sociétés pharmaceutiques.

L’EMA, l’Agence européenne des médicaments, a également facilité l’autorisation d’urgence de Pfizer en un temps record et a commencé le 27 décembre à inoculer dans les pays de l’UE. L’EMA reçoit également 90% de son financement de grandes sociétés pharmaceutiques. Son nouveau directeur est un fidèle vassal de l’industrie pharmaceutique. Comme publié par l’OMS dans sa biographie , il vient de l’industrie pharmaceutique irlandaise et a travaillé comme responsable des affaires scientifiques et réglementaires à Bruxelles pour l’EFPIA (Association européenne de l’industrie pharmaceutique), un lobby du secteur pharmaceutique auprès de l’UE. Elle a été élue directrice de l’EMA en pleine pandémie, en juillet 2020.

En Espagne, la pénétration des multinationales pharmaceutiques dans les instances politiques a été une constante dont la description dépasse les limites de ce travail. Il convient de rappeler que depuis le premier gouvernement du PSOE en 1982, tous les ministres de la santé ont été avec la plácet de l’industrie pharmaceutique. Le premier à ne pas avoir son approbation fut Ciriaco de Vicente, un honnête homme, ce qui signifia que Felipe González nomma un autre candidat, Ernest Lluch.

Les corporations ont recruté des hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des départements des Communautés autonomes, dont l’ancien ministre Bernat Soria, a été une constante [7]. En pleine pandémie, le ministre de la Santé du PSOE a participé à un événement important avec la multinationale pharmaceutique Roche — principal protagoniste du scandale de la grippe A et Tamifú — parrainé par le journal El País pour concevoir la « santé du futur », sur la base du schéma de « collaboration public-privé », prôné par le laboratoire pharmaceutique.

La tentative d’éliminer les médicaments inefficaces et dangereux du registre – l’Espagne compte près de cinq fois plus de médicaments enregistrés que les autres pays de l’UE – impliquait à l’époque un voyage à Madrid par Henry Kissinger , directeur de la société nord-américaine Sharp and Dome (MSD ), en visite privée pour « veiller aux intérêts de votre entreprise ». Il a atteint son objectif : l’affaire s’est terminée par la démission du directeur général de la pharmacie, Félix Lobo.

Ces inconvénients ont été résolus avec la création de l’Agence espagnole des médicaments, qui était initialement un organisme autonome et plus tard une agence d’État chargée de facto des décisions politiques dans ce domaine. De cette façon, il a été possible de placer la politique du médicament en dehors des structures ministérielles et de la rendre beaucoup plus contrôlable par les multinationales pharmaceutiques. Joan Ramón Laporte [8], la plus haute autorité scientifique en médecine de l’État espagnol, a récemment déclaré : « Les agences de médicaments étaient une invention du capitalisme néolibéral dans les années 1990 ».

4. Le piège COVAX

COVAX, présenté au Forum mondial de Davos en 2017 comme une collaboration mondiale pour accélérer le développement de traitements, de tests et de vaccins contre le Covid-19, est une institution fondée par l’Alliance mondiale pour les vaccins et les immunisations ( GAVI ) et par la Coalition pour Epidemic Preparedness Innovations ( CEPI ), tous deux produits, conçus et financés par la Fondation Bill & Melinda Gates. COVAX se présente comme une institution « publique-privée » qui, comme toutes celles qui utilisent cet euphémisme si en vogue, utilise les financements publics, des gouvernements, au profit privé. Agit en tant que banque commerciale pour l’achat de vaccins auprès de multinationales pharmaceutiques

Elle est présentée comme une institution « publique-privée » qui, comme toutes celles qui utilisent cet euphémisme si en vogue, utilise des financements publics, des gouvernements, à des fins privées. Elle agit comme une banque commerciale pour l’achat de vaccins auprès des multinationales pharmaceutiques. Il utilise le déguisement public et caritatif de servir à garantir un accès équitable aux vaccins, alors qu’en réalité son but est de façonner l’industrie mondiale de fabrication des vaccins et le marché de la consommation de vaccins dans les pays pauvres [9].

La création de COVAX répond à trois objectifs fondamentaux : protéger les brevets, éviter autant que possible la distribution de vaccins provenant d’institutions publiques dans des pays comme la Chine, la Russie et Cuba, et empêcher que des vaccins soient produits directement par des pays qui ont le capacité à le faire, comme l’Afrique du Sud, l’Inde ou le Brésil [10].

5. Ce que nous savons et surtout ce que nous ne savons pas sur les vaccins utilisés dans l’UE

L’autorisation d’urgence que tous les vaccins contre Covid 19 ont reçue n’est pas une approbation comme celle reçue par n’importe quel autre médicament, mais est utilisée lorsque les médicaments en question n’ont pas montré la documentation requise pour cela. La décision exceptionnelle d’autoriser son utilisation est prise sur la base d’une situation d’alerte grave qui justifierait de courir les risques inhérents au non-respect des protocoles et contrôles requis avant d’autoriser l’utilisation de tout médicament.

Après les moments de choc, de confusion et même de panique, largement induits par les médias, force est de constater que le taux de létalité moyen , au plus fort de l’épidémie (mai 2020) en Espagne était très faible : 0,8% (l’un des le plus bas d’Europe) concentrée chez les personnes âgées 95% ont plus de 65 ans. La comparaison de cette létalité avec la létalité de la diphtérie, qui chez les enfants de moins de 5 ans était de 20 %, permet de relativiser suffisamment la situation et de se poser la question de savoir s’il est raisonnable, dans de telles circonstances, de se passer des protocoles de sécurité et d’ignorer exigences établies, précisément lorsqu’il s’agit d’administrer de nouveaux médicaments à des centaines de millions de personnes.

Au moment de la rédaction de cet article, rien n’indique que l’une des sociétés qui fabriquent les vaccins utilisés dans l’UE suive les protocoles requis pour l’autorisation finale, malgré les millions de personnes qui ont déjà été inoculées.

Le droit des brevets, et donc la dissimulation d’informations sur la composition exacte du médicament, ne permet pas d’avoir une évaluation contrastée à la fois de l’efficacité et des risques des nouveaux vaccins. L’obscurantisme des accords de l’UE avec les multinationales pharmaceutiques pour l’achat de vaccins, qu’elle avait auparavant financés, a été dénoncé avec insistance au Parlement européen. Même les députés n’ont pas pu accéder à la documentation complète des contrats dans lesquels plus de 2 000 millions d’argent public ont été investis. L’obscurantisme des accords de l’UE avec les multinationales pharmaceutiques pour l’achat de vaccins, qu’elle avait auparavant financés, a été dénoncé avec insistance au Parlement européen

Les informations fournies par le ministère de la Santé du Royaume-Uni aux professionnels de la santé, sur la base des données de l’entreprise elle-même sur le vaccin Pfizer-BioNtech, illustrent le manque de vérification d’aspects très pertinents concernant la sécurité et l’efficacité de celui-ci, malgré le fait que des millions de les gens sont vaccinés [11]. Dans le rapport britannique susmentionné, le coordinateur anti-privatisation de la santé (CAS) souligne ce qui suit :

L’efficacité de ce vaccin est très faible par rapport aux niveaux de protection des vaccins précédents [12]. Le vaccin de Pfizer ne préviendrait qu’un seul cas léger à modéré pour 119 personnes vaccinées ; c’est-à-dire que les 118 autres seraient soumis à des effets secondaires sans en tirer aucun bénéfice.

– La protection conférée ne concerne que les cas légers ou modérés. Il n’y a pas de données sur l’efficacité de la prévention des cas graves (hospitalisations, admission en USI) ou de la mortalité. Prétendre que le vaccin prévient les décès est totalement infondé. De plus, les essais ne sont pas conçus pour évaluer son efficacité dans la prévention des cas graves ou mortels.

– Les données sur la toxicité pour la reproduction chez les animaux ne sont pas complètes.

– Les effets ne sont pas connus chez les moins de 18 ans, ni chez les plus de 65 ans, malgré le fait qu’il a été signalé que la vaccination dans l’État espagnol commencera avec ce dernier groupe d’âge.

– La vaccination pendant la grossesse et l’allaitement est exclue. Aussi chez les personnes traitées avec des immunosuppresseurs. La contre-indication chez les personnes anticoagulées fait actuellement polémique.

– La période d’immunité conférée par le vaccin est inconnue.

– Il n’existe aucune donnée indiquant s’ils causent des dommages à la fertilité.

– Il n’existe pas de données sur la capacité des personnes vaccinées à transmettre la maladie. Aucune donnée ne permet de conclure que la vaccination de masse mettra fin à la pandémie et si, par conséquent, les mesures de prévention peuvent être supprimées.

6- Pharmacovigilance. Le loup gardant le troupeau

Compte tenu de la vaccination massive des personnes saines et des personnes atteintes de pathologies et de traitements divers, la logique la plus élémentaire, la prudence la plus élémentaire et les principes éthiques les plus essentiels exigeraient de renforcer au maximum tous les mécanismes de pharmacovigilance et de gestion des risques.

Rien de tout cela ne se produit de manière générale et systématique. Au moment de l’inoculation, dans de nombreux endroits, tout ce que la personne est invitée à faire est de signer le consentement éclairé et de se faire demander si elle a des allergies. Le protocole de pharmacovigilance établi n’est pas suivi de manière générale et obligatoire. On ne leur donne pas d’antécédents médicaux, on ne leur demande pas non plus quelles sont leurs maladies passées ou actuelles, et on ne leur demande pas non plus d’informations sur les médicaments qu’ils peuvent prendre. Malgré le fait que la propre documentation de la société Pfizer mentionne la contre-indication du vaccin en cas de grossesse et d’allaitement, il n’est pas systématiquement demandé aux femmes en âge de procréer si elles sont enceintes ou allaitantes, ou si elles prennent des contraceptifs. Tout cela malgré le fait queles effets indésirables graves chez les jeunes femmes sont près de quatre fois plus élevés que chez les hommes .

Les vaccinés ne sont pas non plus avertis des symptômes graves qui pourraient apparaître et de ce qu’il faut faire si c’est le cas. En d’autres termes, il n’y a pas de collecte systématique de données, pas de protocole ou de registre général.

C’est pourquoi, comme le souligne Joan Ramón Laporte, lorsque l’EMA commence à parler de l’existence de thromboses dans des localisations atypiques qui pourraient être causées par le vaccin Astra Zeneca, elle contredit ses propres données et, surtout, ne montre pas, la tableau de collecte de données obligatoire dans tous les systèmes de pharmacovigilance. Laporte avance que la cause pourrait être l’énorme sous-financement des Centres de Pharmacovigilance à la suite des coupes de ces dernières années, mais, surtout, et étroitement lié aux coupes, la réglementation européenne sur la pharmacovigilance, qui confère un rôle très important dans ce domaine précisément à l’industrie pharmaceutique. Selon la réglementation en vigueur, il existe deux types de sources d’information : l’une reçoit les notifications spontanées faites par le personnel médical —avec une sous-déclaration importante et qui ne permet pas une quantification exacte— et la seconde est les systèmes de gestion des risques, dont la responsabilité incombe sur l’industrie pharmaceutique elle-même. Au moment de l’inoculation, dans de nombreux endroits, tout ce que la personne est invitée à faire est de signer le consentement éclairé et de se faire demander si elle a des allergies. Le protocole de pharmacovigilance établi n’est pas suivi en général et obligatoire

En raison de son importance particulière, je reproduis ci-dessous les propos de Joan Ramón Laporte dans une récente interview: «Les systèmes de gestion des risques (sont) une série d’études qui sont faites avec les premiers utilisateurs d’un nouveau médicament pour voir ce qui se passe et s’ils fonctionnent de la même manière que dans l’essai clinique. Ces plans sont confiés aux laboratoires pharmaceutiques eux-mêmes, et c’est mettre le loup à la garde du troupeau ! Parce qu’on n’en parle pas. Avec des signes de thrombi, AstraZeneca n’a fourni aucune donnée, tout ce que l’on sait provient de rapports spontanés. De plus, si vous allez sur le site de l’EMA, et regardez le document d’autorisation officiel pour tous les vaccins covid, il y est clair que le plan de surveillance de la sécurité des vaccins est entre les mains de chaque entreprise, mais il n’y a pas de liste des études qui chacun d’eux fera l’affaire, ni les protocoles : c’est quelque chose de secret et d’opaque ». Ce qui suit illustre la situation avec un exemple : « Ces études représentent un énorme mouvement d’argent. Un rapport allemand indique qu’en cinq ans les entreprises pharmaceutiques ont versé plus de 200 millions d’euros aux médecins pour participer à ces études, sans produire un seul résultat qui est allé au système de pharmacovigilance allemand. Ils utilisent la pharmacovigilance pour favoriser la prescription du médicament ! Ils paient chaque médecin participant pour chaque patient prescrit ! L’EMA le sait parfaitement et n’en fait rien ». Ils utilisent la pharmacovigilance pour favoriser la prescription du médicament ! Ils paient chaque médecin participant pour chaque patient prescrit ! L’EMA le sait parfaitement et n’en fait rien ». Ils utilisent la pharmacovigilance pour favoriser la prescription du médicament ! Ils paient chaque médecin participant pour chaque patient prescrit ! L’EMA le sait parfaitement et n’en fait rien ».

7. Pratiques criminelles et mafieuses

Le magazine JAMA (Journal of the American Medical Association) a publié un article en novembre 2020 intitulé« Sanctions économiques imposées aux grandes entreprises pharmaceutiques pour activités illégales ». L’étude se réfère uniquement aux États-Unis et inclut les sanctions imposées par ce pays entre 2003 et 2016 à 22 multinationales pharmaceutiques qui produisent des médicaments pour le traitement, le test ou les vaccins contre le Covid 19. GlaxoSmithKline (GSK) occupe la première place avec des amendes s’élevant à 9 775 millions de dollars , Pfizer le deuxième, avec des pénalités s’élevant à 2 910 millions de dollars, Johnson et Johnson le troisième, avec 2 668 millions et AstraZeneka le onzième avec 1 172. Les amendes représentent généralement 10% des bénéfices obtenus par l’acte sanctionné. Le paiement des amendes est considéré comme une dépense de plus dans la commercialisation d’un médicament.

Les crimes dont ils ont été accusés sont : promotion illégale (recommandation de médicaments pour des indications non approuvées), fausse interprétation des résultats d’enquêtes, dissimulation de données et dommages et pots-de-vin avec commissions au personnel médical et aux politiciens pour obtenir des contrats, entre autres. . Tous ont obtenu des contrats d’un million de dollars avec la Commission européenne, dont GSK qui, en association avec le français Sanofi, a réussi à vendre 300 millions de doses de son vaccin à la Commission européenne, censé être disponible au milieu de cette année.

La publication des rapports et des résultats de la recherche pharmacologique dans les revues scientifiques les plus prestigieuses est financée par l’industrie pharmaceutique, qui les utilise comme un instrument de propagande, comme l’ont reconnu les directeurs de ces publications [13].

8. Le contrat du siècle. L’UE négocie pour acheter 1,8 milliard de doses à PfizerBioNtech

Le 14 avril, la présidente de la Commission européenne Úrsula von der Leyen a confirmé que l’UE négociait avec PfizerBioNtech l’achat de 1,8 milliard de doses supplémentaires de son vaccin, tout en annonçant l’augmentation du prix de chaque dose à 23 dollars. Au total, l’UE paiera un chiffre fabuleux de 41,4 milliards d’euros d’argent public pour un nombre de doses qui représente quatre fois la population actuelle de l’UE-27, 446 millions de personnes. Ce déséquilibre se justifie par l’arrivée de nouvelles «vagues» qui nécessiteront trois ou quatre nouvelles doses de vaccin jusqu’en 2023.

Le décor mis en place avec la non-conformité et les effets indésirables d’AstraZeneka a servi à justifier que le vaccin PfizerBioNtech devienne «l’épine dorsale de la vaccination européenne». Le président de la Commission européenne en a profité pour saluer «l’engagement, la fiabilité et la réactivité de Pfizer-BioNTech». Ces louanges ne sont pas seulement gratuites, mais visent également à dissimuler le fait que la multinationale pharmaceutique occupe la tristement célèbre deuxième place dans les condamnations pour délits de promotion de médicaments pour des indications non approuvées, la dissimulation de résultats indésirables et, surtout, dans le cas présent, corruption de fonctionnaires pour obtenir des contrats [14].

Il est très intéressant d’accéder à l’apparition publique du procureur général associé des États-Unis, Thomas Perrelli, annonçant la condamnation historique de la multinationale pharmaceutique. Pfizer-BioNtech a reconnu sa culpabilité pour avoir fait la promotion de médicaments à des fins non approuvées et a payé 2,3 milliards de dollars [15]. Quelqu’un pourrait-il assurer que le fabuleux contrat obtenu par Pfizer.BioNtech avec l’UE est étranger à ces pratiques si courantes et documentées par la multinationale pharmaceutique ?

Bien que la «stratégie du choc» permette d’oublier le plus élémentaire, il faut se rappeler, surtout face à un contrat de cette ampleur, avec des délais aussi longs et qui prévoit des vaccinations répétées à des millions de personnes, que c’est un médicament non homologué.

 Malgré le fait que les mois passent et que des vaccinations massives sont effectuées, ce fait transcendantal n’est pas mentionné, ni les délais fixés pour l’achèvement des études nécessaires à son approbation définitive.

Conclusion

1.- L’objectif prioritaire d’obtention de profits croissants, consubstantiel à l’entreprise privée, est strictement opposé à celui de la santé publique : améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population. Le capital, pour se développer, a besoin de saper et d’affaiblir le système public : plus il y a de soins de santé publics et de meilleure qualité, moins il y a d’espace pour les entreprises privées, et vice versa. Exactement comme les parasites quant à l’organisme dont ils utilisent les ressources pour vivre et dont les ravages sont consubstantiels à leur développement.

2.- Dans un scénario de crise générale profonde, d’hégémonie capitaliste dans la lutte des classes et alors que l’espace pour les réformes est épuisé depuis longtemps, il se confirme que, malgré le fait que la pandémie a révélé les insuffisances dramatiques de la santé publique , les ressources publiques ont été allouées exclusivement à l’entreprise privée. Les mesures générales de santé publique, tant sociales que sanitaires, ont été ignorées.

3.- Les multiples antécédents de corruption tant des experts de l’OMS que des différentes Agences du Médicament ainsi que des politiciens, par les grandes entreprises pharmaceutiques, ainsi que les profits fabuleux qui sont générés, nous permettent de soupçonner qu’un sinistre «informatif» scénario de peur dans la population, a été orquestré pour tenter de justifier des investissements de plusieurs millions de dollars avec de l’argent public dans des vaccins produits par de grandes multinationales pharmaceutiques.

4.- Le fait que des autorisations d’urgence ont été obtenues doit être mis au service de cette énorme entreprise, sans garantir les niveaux de sécurité et d’efficacité requis de ce type de médicaments utilisés massivement chez les personnes en bonne santé. De plus, dans le processus de vaccination, il n’y a aucune nouvelle de l’existence de protocoles de pharmacovigilance, de nature générale et systématique, qui permettent une connaissance rigoureuse des effets indésirables que produisent les nouveaux vaccins.

5.- L’évaluation de la sécurité et de l’efficacité d’un médicament a ses rythmes et ses formes. Ne pas les respecter comporte des risques, surtout lorsqu’il va être administré à des millions de personnes en bonne santé. Le principe hippocratique primum non nocere qui devait guider la pratique médicale a succombé à des entreprises de plusieurs millions de dollars. Le paradoxe tragique est que ce sont précisément les doutes des multinationales pharmaceutiques elles-mêmes quant à la sécurité de leurs médicaments qui ont conduit à l’accord scandaleux entre ces sociétés et l’UE. Ce sont les gouvernements respectifs, avec de l’argent public, qui couvriront l’indemnisation des effets indésirables des vaccins.

6.- Le contrôle des décisions politiques par les multinationales pharmaceutiques est clairement révélé lorsque les gouvernements utilisent «l’alarme» et «l’urgence» comme motifs pour adopter des décisions qui dépassent les limites de la prudence. Dans le même temps, les découvertes faites par les organismes publics des pays de l’UE eux-mêmes sont ignorées ou les accords avec des pays comme la Russie ou Cuba, avec une longue et reconnue tradition de leurs institutions publiques dans la biotechnologie et dans la découverte de vaccins, sont sabotés.

7.- Dans un monde où les preuves scientifiques sont subordonnées à la logique écrasante du profit, la production de médicaments par les institutions publiques est la seule garantie de pouvoir voler un bien aussi précieux à l’action des mafias internationales avec un énorme pouvoir corrupteur , chantage et même crime comme ceux décrits par John le Carré dans son roman Le Jardinier constant .

Il existe une incompatibilité essentielle entre l’entreprise privée et la santé publique. Au cours de ces mois, et le plus dur reste à venir, la déprédation des vies humaines que produit le capitalisme est devenue indéniable. L’engagement pour la vie, plaçant l’être humain comme une priorité sociale, exige sa destruction.

Annexe. A propos des «différences» entre autorisation d’urgence (FDA) et autorisation conditionnelle (EMA) pour les vaccins Covid.

À la suite de cet article, des polémiques éclatent sur les réseaux sociaux quant à la nature différente de la procédure utilisée par l’EMA (Agence européenne des médicaments) par rapport à celle de son homologue nord-américain, la FDA.

Compte tenu de la controverse générée par la confusion d’une autorisation conditionnelle avec une autorisation d’urgence dans cet article, j’apporte les précisions suivantes qui, bien qu’elles soient incluses dans le texte, nécessitent plus de détails.

Je remercie Fermín Grodira pour la clarification car, comme toute critique, elle nous permet d’approfondir un sujet complexe et de mettre en évidence des aspects qui n’ont pas été suffisamment clarifiés.

La FDA (Food and Drugs Administration), organisme équivalent à l’EMA, a délivré une autorisation d’urgence le 15 décembre 2020 pour le vaccin de la multinationale Pfizer et une semaine plus tard pour celui de Moderna. Cette autorisation permet l’utilisation à titre exceptionnel d’un médicament non homologué.

Le 21 décembre, l’EMA, 20 jours après avoir reçu la demande de la société Pfizer, a accordé son autorisation conditionnelle. La différence fondamentale entre les deux procédures est que dans l’autorisation conditionnelle de l’EMA, les entreprises de fabrication doivent se conformer à un plan de gestion des risques et assumer des responsabilités légales.

En ce qui concerne la prise en charge par les entreprises pharmaceutiques des responsabilités juridiques découlant des effets indésirables des vaccins, l’accord conclu l’été dernier est bien connu

En ce qui concerne les plans de gestion des risques qui devraient être mis en œuvre dans l’UE à la suite de l’approbation conditionnelle, je reproduis les récentes déclarations de Joan Ramón Laporte qui sont également citées dans l’article.

Dans l’interview, on lui a demandé : C’est donc de la pharmacovigilance qu’il faut se préoccuper, plus que des vaccins eux-mêmes ?

Voici sa réponse :

Depuis lors! Il y a un problème avec la réglementation européenne de pharmacovigilance. Il y a une directive de 2010 qui est entrée en vigueur en 2011, et qui est étroitement liée à l’affaiblissement des pôles régionaux que j’évoquais. Pour tous les médicaments, nouveaux et anciens, cette pharmacovigilance repose sur deux sources : la déclaration spontanée d’effets indésirables, qui se fait depuis les années soixante, avec la thalidomide, et qui consiste en des professionnels de santé et des patients déclarant des réactions suspectes, comme dans le cas de thrombose due à Astra Zeneka. C’est une source qui permet de découvrir des choses, mais elle ne peut quantifier avec précision les risques. L’autre jambe du système est constituée de systèmes de gestion des risques, une série d’études qui sont faites avec les premiers utilisateurs d’un nouveau médicament pour voir ce qui se passe et s’ils fonctionnent de la même manière que dans l’essai clinique.

Et ces plans sont confiés aux compagnies pharmaceutiques elles-mêmes, et c’est mettre le loup pour garder le troupeau ! Parce qu’on n’en parle pas; Avec les signes de thrombus, Astra Zéneka n’a fourni aucune donnée. Tout ce qui est connu provient d’une notification spontanée. De plus, si vous allez sur le site de l’EMA, et regardez le document officiel d’autorisation de tous les vaccins Covid, il y est clair que le plan de surveillance de la sécurité des vaccins est entre les mains de chaque entreprise, mais il n’y a pas de liste des études que chacune d’entre eux réaliseront, ni de leurs protocoles : c’est quelque chose de secret et d’opaque. Des études ont été faites sur l’impact de cette directive depuis son entrée en vigueur, et il ressort que les entreprises pharmaceutiques ne respectent pas les délais dans plus de la moitié des cas. Ces études représentent un énorme mouvement d’argent. Un rapport allemand indique qu’en cinq ans les entreprises pharmaceutiques ont payé plus de 200 millions d’euros aux médecins pour participer à ces études sans produire une seule information qui est allée au système de pharmacovigilance allemand. Ils utilisent la pharmacovigilance pour favoriser la prescription du médicament ! Ils paient chaque médecin participant pour chaque patient qu’ils prescrivent ! L’EMA le sait parfaitement et ne fait rien à ce sujet. De 2000 à 2010 une trentaine de médicaments ont été retirés du marché pour des raisons de sécurité, depuis l’entrée en vigueur de la Directive en 2011 seuls un ou deux ont été retirés ». Ils utilisent la pharmacovigilance pour favoriser la prescription du médicament ! Ils paient chaque médecin participant pour chaque patient qu’ils prescrivent ! L’EMA le sait parfaitement et ne fait rien à ce sujet. De 2000 à 2010 une trentaine de médicaments ont été retirés du marché pour des raisons de sécurité, depuis l’entrée en vigueur de la Directive en 2011 seuls un ou deux ont été retirés ». Ils utilisent la pharmacovigilance pour favoriser la prescription du médicament ! Ils paient chaque médecin participant pour chaque patient qu’ils prescrivent ! L’EMA le sait parfaitement et ne fait rien à ce sujet. De 2000 à 2010 une trentaine de médicaments ont été retirés du marché pour des raisons de sécurité, depuis l’entrée en vigueur de la Directive en 2011 seuls un ou deux ont été retirés ».

En conclusion, si la procédure suivie par l’EMA pour «l’autorisation conditionnelle» des vaccins peut sembler plus fiable que «l’autorisation d’urgence» de la FDA, en pratique, concernant les deux questions centrales : la prise de responsabilités et le système de gestion des risques , ces garanties ont disparu.1. Des chercheurs de l’Université d’Helsinki disposent depuis des mois d’un vaccin contre le Covid, qui s’utilise par pulvérisation nasale empêchant l’entrée et la réplication du virus, peut être conservé à température ambiante et est sans brevet. L’équipe a besoin de 50 millions d’euros pour mener à bien la phase III, une somme dérisoire par rapport à ce qui est investi dans les vaccins, qu’elle n’a pas atteint à ce jour. https://kaosenlared.net/finlandia-has-a-vaccine-for-covid-from-nine-months-ago-and-opted-for-the-big-pharma/Quelque chose de similaire se produit en Espagne avec le vaccin, aussi nasal, sur lequel travaille une équipe du CSIC, avec des scientifiques aux contrats précaires et des chercheurs retraités qui travaillent gratuitement. https://www.eldiario.2.Le nombre de médicaments autorisés et commercialisés en Espagne 13 335 est plus de dix fois plus élevé que dans des pays comme la Norvège et plus de trois fois plus élevé qu’en France. Ce fait n’implique pas de meilleures ressources pour les traitements, mais plutôt un degré élevé de contrôle du Registre par les entreprises. Les propos de Joan Ramón Laporte, directeur de l’Agence catalane des médicaments sont concluants : l’Espagne finance tous les médicaments proposés par l’industrie. https://www.elperiodico.com/es/sanidad/20151220/laporteespana-financia-todos-los-medicamentos-que-le-propone-la-industria-47605013. L’utilisation de la propagande par les grands dirigeants de Pfizer ou de Moderna sur le succès supposé de leurs vaccins comme moyen d’obtenir des augmentations de cours des actions puis de vendre leurs actions donne une idée des attentes gigantesques des entreprises et du manque de scrupules avec lesquels cette entreprise se déplace4. L’Espagne a rejoint l’accord d’achat anticipé de vaccins de l’UE 

boe.es 5. Son directeur est l’ancien secrétaire d’État à la recherche sous Mariano Rajoy. Ils sont également membres, le directeur de la fondation publique de médecine génomique du service de santé galicien, du Centre national de génotypage de l’ISCIII et membre de l’Agence européenne des médicaments, le directeur général adjoint de la bioéthique de la Communauté de Madrid. membre du comité d’experts sur la politique pharmaceutique de l’OMS et directeur des essais cliniques de l’hôpital de Grenade. Le comité scientifique de la Fondation AstraZeneca comprend le directeur de l’Institut respiratoire de l’H. Clínic de Barcelona, ​​le chef du service d’oncologie de l’H. 12 de octubre, le directeur de l’Institut de recherche de Barcelone et le chef du Service de cardiologie de l’hôpital Ramon y Cajal. 

feuillesdebate.es 6. BlackRock est le principal actionnaire des deux grandes banques espagnoles, Santander (5,38 %) et BBVA (5 917), Caixabanc (3 003 %), Banc de Sabadell (4,994 %) et Bankinter (3,694 %). Il détient également des participations dans de grandes Des multinationales espagnoles, telles que : Telefónica (3,883%), Repsol (3,25%), ACS (3,2%), OHL, Gamesa (9%), IAG (6,2%), Euskaltel (3,59%), Tecnicas Reunidas ( 3,055 %). https://es.wikipedia.org/wiki/BlackRock#Espa%C3%B1a7. Les données sont consultables ici : 

dsalud.com 8. Joan Ramón Laporte est professeur de pharmacologie à l’Université de Barcelone et directeur de l’Institut catalan de pharmacologie, un organisme collaborateur de l’OMS.9. COVAX, un organisme mondial multipartite qui peut poser des risques sanitaires et politiques pour les pays en développement et le multilatéralisme – Amis de la Terre International (foei.org)10. COVAX : Le piège (alainet.org)11. Les informations scientifiques fournies par le gouvernement britannique peuvent être trouvées ici : 

assets.publishing.service.gov.uk12. Le vaccin contre la poliomyélite confère un niveau de protection entre 99 et 100 % jusqu’à 25 ans après la quatrième dose. 

vaccins.org13.Gotzsche, C. Peter (2014) Drogues qui tuent et crime organisé. L’auteur, médecin, biologiste et chimiste, qui a travaillé pour l’industrie pharmaceutique reflète dans cet ouvrage dévastateur l’engrenage criminel des multinationales pharmaceutiques.14. Idem. remarque 13.15. Règlement de la fraude médicale de Pfizer | C-SPAN.org (c-span.org)

Source: El Salto Diario, Angeles Maestro, 31 Mai 2021

Article plus recent : «Le silence suicidaire de la gauche face à la gestion de la pandémie Covid» https://wordpress.com/post/albagranadanorthafrica.wordpress.com/7301

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.