Analyse des communistes sur les résultats électoraux au Chili : Les causes de la défaite du oui, le scénario actuel et les nouveaux défis pour la politique révolutionnaire


Note:

Dimanche dernier, 4 septembre, plus de 13 millions de Chiliens (sur les 15 millions autorisés) se sont rendus aux urnes pour «approuver» ou «désapprouver» le texte constitutionnel (de 488 articles, et 57 articles transitoires) rédigé par les 155 conventionnels constituants.

63% des Chiliens ont voté contre la nouvelle Constitution lors du référendum.

Il est important de rappeler que lors de la consultation populaire tenue en octobre 2020, 78% des Chiliens ont déclaré NOUS VOULONS UNE NOUVELLE CONSTITUTION POLITIQUE. Et cette volonté populaire est toujours valable. Ce que le Chili vient de désapprouver, c’est le texte constitutionnel proposé, mais pas le processus constituant.

C’est la conséquence du manque de cohérence politique, et de la poursuite d’une ligne de subordination aux capitaux internes et externes auxquels ils sont intimement liés.

C’ est un avertissement à tout changement de cap dans les conditions actuelles dans lesquelles le pays est situé. Il suffisait de voir les nominations dans les ministères clés, pour avoir une vue d’ensemble de la politique du gouvernement actuel. En plus de beaucoup d’improvisation, d’autant plus que la majorité obtenue par Boric, un social – democrate était due à un vote populaire pour empêcher la victoire du kast le nazi.

PC AP : avec la démobilisation, avec l’insatisfaction des revendications populaires, avec sa soumission au fonds monétaire international et son gouvernement de soumission, le rejet de la nouvelle constitution a largement remportée les voix.

Assemblée constituante et populaire , pour reconstruire le Chili !

———————————

Nous, communistes, avons une analyse de la réalité matérielle basée sur la dialectique, sur les changements, les flux et les reflux qui se produisent dans le développement de la lutte des classes. Nous utilisons différentes tactiques dans la lutte politique, selon la période correspondante, dans le but d’accumuler les forces populaires, de doter la classe prolétarienne et les secteurs opprimés de la conscience de classe et de l’organisation du parti, nécessaires pour qu’ils soient en mesure de produire des changements importants : la prise du pouvoir politique et le dépassement révolutionnaire du capitalisme néolibéral au Chili, l’établissement d’une société supérieure : le socialisme.

L’utilisation de tous les espaces de lutte nous oblige à agir en fonction de la réalité, c’est pourquoi nous participons à la compétition électorale, pendant un certain temps, comme un espace pour faire connaître notre projet de société et les formes d’organisation nécessaires, par exemple, à travers le succès de la politique «d‘Approbation sans illusions», qui a été largement médiatisée et s’est opposée à la reddition du gouvernement néolibéral de Boric, du Front Amplio , du P»C» et de ses agents du parti au pouvoir, le bloc social-démocrate administrateur du système, qui cherchaient à priver la mobilisation sociale du rôle moteur dans les changements structurels, à les emmener dans la cuisine du parlement, à s’accorder avec la droite de Rejet et ainsi faire échouer toutes les aspirations populaires d’une nouvelle constitution.

Nous, communistes, n’utilisons jamais les espaces électoraux comme une fin, et pour la même raison, nous ne sommes PAS déçus par les résultats des votes qui se déroulent dans le cadre du capitalisme, car il est impossible d’obtenir de véritables victoires révolutionnaires en faveur du prolétariat, les classes populaires et les peuples du Chili, mais plutôt, tout au plus, conquérir de petits espaces et des réformes, qui se produisent en peu de temps, mais qui nous permettent de lutter dans de meilleures conditions, comme l’a été le triomphe de «l’approbation sans illusions» et la continuité du combat. Nous ne nous faisons pas des illusions, nous ne pleurons PAS pour les défaites des autres, d’où ils ont essayé de nous utiliser et de nous attirer pour faire partie d’accords et d’ACCOMMODEMENTS, qui ne cherchent qu’à discréditer la véritable alternative de libération et de dépassement du système d’exploitation capitaliste.

Nous devons valoriser le travail inlassable du Parti dans les rues, dans les actes, les rassemblements, dans les longues journées de tracts et de propagande, la grande cérémonie de clôture de la campagne pour faire prendre conscience aux masses populaires de l’importance d’une approbation sans illusions, , solide, organisationnel, pour pouvoir taper sur la table, non seulement à ce gouvernement inféodé, mais à la classe politique et au parlement réactionnaire, en plus de ceux qui à la dernière minute, de manière populiste et opportuniste, ont pris position avec des déclarations tièdes. Dès le premier jour, le Parti a souligné que la lutte se poursuit après le plébiscite, que le pouvoir néolibéral doit être déplacé beaucoup plus loin et que la mobilisation populaire est le moteur du changement social, nous avons souligné que les votes de l’Approbation ne se vendaient pas, ni devaient être utilises pour les réconciliations de classe.

Nous ne devons PAS disqualifier la classe prolétarienne, les couches populaires et les peuples du Chili pour les résultats électoraux, puisque nous comprenons que les causes de la défaite de l’Approbation sont principalement dans les actions du gouvernement Boric, du Front Amplio, du P » C » et ses agents du parti au pouvoir. Ces résultats électoraux et le vote de rejet dans les couches populaires, revendiquent la nécessité pour notre Parti communiste chilien (Action prolétarienne) d’être beaucoup plus fort, en tant qu’avant-garde de la classe prolétarienne, capable de mener les luttes populaires vers la victoire, qui soient présents dans tous les espaces de la direction de la lutte populaire, des grandes organisations syndicales et sociales, combattant la pensée petite-bourgeoise, libérale et liquidationniste au sein du mouvement populaire.

Notre Parti révolutionnaire, qui est basé sur les idées scientifiques du marxisme-léninisme, a la tâche obligatoire que chaque militant ou pré-militant doit donner du prestige à l’organisation révolutionnaire basée sur notre travail cellulaire permanent et sur tous les fronts de masse, c’est-à-dire unir les communistes avec l’idéologie et la pratique révolutionnaire, unir la ligne politique du Parti avec les tâches de planification du travail de masse, de sorte que des résultats concrets soient obtenus, des objectifs et des engagements définis, mesurables et réalisables doivent être fixés, qui permettent l’accumulation des forces, déjà à partir de ceci, faisant des sauts de la quantité à la qualité dans les formes de lutte.

LES TRAFICOTAGES DE LA CUISINE NÉOLIBÉRALE DU 15 NOVEMBRE SONT À L’ORIGINE DE LA DÉFAITE DU OUI.

Le soulèvement populaire a ouvert un espace pour renforcer la nécessité d’une nouvelle constitution, à travers une véritable assemblée constituante, mais les défenseurs mêmes du modèle sont rapidement sortis pour mettre des draps froids, pour démanteler le mécontentement populaire et ont tenté de donner une solution institutionnelle à toutes les contradictions dévoilées avec les manifestations et les journées historiques de contestation populaire.

Les traficotages néolibéraux du 15N ne suffisaient pas, l’option d’une nouvelle constitution devait continuer à être dénaturée, avec des conventionnalistes qui cherchaient à satisfaire leurs goûts personnels avant de mettre en avant des éléments essentiels comme la souveraineté des ressources naturelles, une nouvelle matrice de production et de génération de valeur ajoutée aux matières premières, pour financer les grandes revendications sociales, car les déclarations et les bonnes volontés ne suffisent pas.

Dès le début, Boric, le Front Amplio, le P»C» et leurs agents du parti au pouvoir, ne voulaient PAS un grand vote et la victoire de l’Approbation, puisque cela les mettait dans la position de devoir répondre aux revendications sociales et affronter le modèle économique, dont ils ont tant pris soin a ne pas le confronter dans la rédaction d’une nouvelle constitution, ainsi, à partir de ces secteurs, ils ont toujours travaillé pour une approbation minoritaire, ils ont continue à soutenir la cuisine néolibérale, mais le résultat a été le contraire, l’Approbation a fini par être totalement délégitimée aux yeux des masses populaires et la mobilisation sociale et le protagonisme déplacés par les «nouveaux accords parlementaires «.

Dès le début, de la part du bloc gouvernemental, il y avait conformité avec les résultats de l’approbation d’entrée, les plus de 5 millions 886 mille votes, les ont amenés à penser que c’était suffisant pour gagner les prochaines élections, mais les calculs et les mesures anti-populaires, ont déterminé des résultats complètement opposés, perdant plus de 1 million de voix, abaissant l’approbation de 20%. D’autre part, le Rejet, qui a obtenu 1 million 634 000 voix au début, a fini par capitaliser sur toutes les erreurs du gouvernement et les mesures de Boric, ajoutant plus de 6 millions 245 000 voix. Sans aucun doute, le Rejet a accumulé une grande partie du nouvel électeur, en croissance de près de 500%.

La composition du nouvel électorat, produit de l’introduction du vote obligatoire, a été systématiquement niée par un gouvernement en manque de mesures concrètes pour travailler sa compréhension politique et historique du plébiscite. Des millions de masses populaires qui n’ont pas voté par mécontentement, indifférence, apathie et sans aucune conviction que les choses allaient s’améliorer, au contraire, un nombre important de nouveaux électeurs totalement dépolitisés, pleins de préjugés, d’absence d’idéologie, de négateurs, de pessimistes et avec très peu de participation politique, sociale et de mobilisation, ils ont fini par être un terrain très fertile pour la campagne de mensonges de rejet.

Ainsi, le gouvernement Boric, le Front Amplio, le P»C» et leurs agents pro-gouvernementaux ont commencé par favoriser le Rejet, en conditionnant l’accomplissement du programme, donc son évaluation politique, au triomphe de l’Approbation, qui après avoir pris des mesures totalement impopulaires, comme le refus des IFE, refusant les retraits des fonds de pension, ne répondant pas aux demandes urgentes du peuple, comme le chômage, le trafic de drogue et la délinquance, ont accru le mécontentement populaire ; ainsi, des millions de nouveaux électeurs ont compris qu’en votant le rejet, ils punissaient le gouvernement antipopulaire de Boric, situation favorable à tous les secteurs réactionnaires et à l’oligarchie. De plus, une réforme fiscale a été promue avant le plébiscite, que le gouvernement n’a jamais réussi à expliquer et à ajouter des volontés, ce qui génère plus de carburant pour le rejet que pour l’approbation. L’appel à la fermeture des divisions de CODELCO, affectant un secteur important de travailleurs, a accru le mécontentement populaire, d’autant plus qu’en parallèle, il a offert de nouveaux projets miniers aux entreprises canadiennes, dilapidant la souveraineté et la richesse nationales.

Du bloc gouvernemental, ils ont commencé à travailler pour le Rejet, lorsque les forces officielles ont appelé à la démobilisation de tout le mouvement populaire, ils ont coopté une grande partie des dirigeants sociaux avec du travail, annulé et isolé les dirigeants qui comprenaient l’importance de la mobilisation comme moteur du changement social, ils ont exclu les leaders sociaux qui critiquaient le gouvernement, pour les éloigner des masses populaires qui avaient besoin d’information, de participation et d’organisation. Cela s’est traduit par la CONFECH, le mouvement secondaire, la CUT (qui dans l’acte du 1er mai, au lieu de profiter du moment pour monter vigoureusement les revendications des droits du travail et des avancées dans la négociation collective, a été cooptée et transformée en un acte du gouvernement), entre autres actions.

Le gouvernement, le Front Large, le P»C» et leurs agents du parti au pouvoir favorisaient et travaillaient pour le Rejet, quand ces forces réactionnaires de droite, totalement acculées et en manque de propositions, ainsi que les néolibéraux désespérés de l’accord, à Voyant qu’ils perdraient une partie de leurs privilèges, tels que les redevances d’eau ou leurs postes au Sénat, et étant contraints de recourir à l’infamie de payer de faux sondages, pour donner le Rejet vainqueur, Boric finit par déclarer qu’un « Rejet à reforme» est viable. , donnant de l’oxygène et de la légitimité à une option qui n’avait pas plus de cohérence, soustrayant la légitimité à l’approbation.

Depuis le bloc gouvernemental Boric, ils ont travaillé pour le rejet, lorsque les fausses nouvelles, les alarmes des mensonges de la campagne de rejet et des sociétés financières, ont commencé à remettre en question le texte, à partir des préjugés et sans fondements, le gouvernement a plutôt renforcé le plébiscite et son résultat, lance un appel à une petite cuisine pour réformer le texte constitutionnel, signant un accord entre 4 murs, qui plus que donner des certitudes ou de la tranquillité, était sans aucun doute de l’engrais pour la campagne de terreur de la droite, qui renforçait l’idée que la nouvelle constitution était mauvaise et que la meilleure option était le rejet.

A sabiendas de la multimillonaria campaña del Rechazo, que, a su vez, son los mismos que controlan las grandes cadenas de los medios privados de comunicación, siempre estuvieron presentes para difundir las descaradas mentiras, falsedades, la desinformación con frases vacías y sin ninguna propuesta réel. Le pessimisme a servi de campagne : rien ne marche, personne ne marche, il a été répété dans chaque publicité payante sur les réseaux sociaux, que face aux «erreurs» conscientes du gouvernement, le nouvel électorat sans plus de conscience politique, a fini par accepter la publicité mensongère, avant de lire et de comprendre le nouveau texte constitutionnel.

Les organisations et partis représentant l’oligarchie et les classes dirigeantes, regroupés dans le Rejet, ont fait face de manière unie à cette campagne de plébiscite de sortie, très différente du plébiscite d’entrée, où de nombreux néolibéraux rejetistes se sont camouflés dans l’option Approbation pour se présenter comme des pigeons blancs et être élus. électeurs, pour ensuite mettre des obstacles et ne jamais apporter de solutions. En revanche, de la part des organisations Approvebo, sur ordre des forces gouvernementales, il y a eu moins de coordination et d’unité dans le plébiscite de sortie, des gestes ont été faits totalement contraires au sentiment du soulèvement populaire : les prisonniers politiques n’ont pas été libérés, non il y a eu pas de justice ni de réparation pour les victimes de violations des droits de l’homme, Sebastián Piñera n’a jamais été poursuivi comme directement responsable,

Ainsi, pour tout ce qui a été décrit, la défaite de l’option d’approbation n’est pas un hasard, et ne peut surprendre personne qui fait une analyse sérieuse de la situation politique nationale, car il y a eu de nombreux événements qui, depuis le gouvernement néolibéral de Boric, le Front Broad, le P «C» et ses agents du parti au pouvoir, ont donné de l’oxygène à l’option du rejet. Jour après jour, ils se sont pliés aux exigences d’une droite qui n’a jamais été en dialogue, tolérante, encore moins démocratique avec les revendications sociales, la classe prolétarienne et les peuples opprimés.

LA SITUATION ACTUELLE APRÈS LES RÉSULTATS ÉLECTORAUX

Les résultats viennent confirmer l’échec total des actions de la social-démocratie réformiste, à faire évoluer, dans la mesure du possible, le modèle économique, politique et social. De même, ils ont généré un scénario pour le renforcement des positions les plus réactionnaires et fascistes, qui, il y a quelque temps, rampaient dans les coins, mais maintenant ils paient la facture, ils cherchent à donner le ton, exigent des démissions urgentes des ministres et mettent ceux qui ont tendances pro-rejet.

Cette droite réactionnaire et mourante se proclame aujourd’hui comme le gendarme de la démocratie, de la légalité institutionnelle, exige que les résultats du Rejet soient l’expression que le Chili ne veut pas d’une nouvelle convention et d’une nouvelle constitution, dépassant les mensonges du «rejeter pour réformer» . Désormais, ils essaieront de ramener toute discussion politique au parlement, en l’enfermant entre 4 murs, dos au peuple, mais aux pieds des classes dirigeantes.

Le gouvernement néolibéral de Boric, le Front large, le P «C» et leurs agents du parti au pouvoir sont finis, sous la forme dans laquelle ils sont arrivés et tels que nous les connaissions, de transfuges de gauche à de vrais néolibéraux éhontés, maintenant ils vont être commodément contraints de céder le pas aux «expérimentés» de l’accord pour donner une continuité au gouvernement, les nouveaux ministres s’excuseront de faire les changements dans la mesure du possible, de ne pas avoir les voix au parlement, de ne pas pouvoir atteindre accords avec une droite réactionnaire qui frappe la table aujourd’hui.

La politique de répression brutale et criminelle sera poursuivie de manière constante contre tous ceux qui se mobilisent pour les revendications sociales, les communautés Mapuche, les rassemblements et la détention sélective, pour continuer à démanteler tout ce qui a la forme d’une opposition populaire.

Conséquence de tout le travail de désarmement des mouvements sociaux, le peuple et les travailleurs chiliens ne disposent pas aujourd’hui d’un véritable pôle de gauche, articulé avec des organisations de masse capables de soutenir un projet patriotique, populaire et révolutionnaire qui prend toute la juste valeur vengeresse. drapeaux et placez-les derrière un objectif de perspective socialiste.

Nos forces sont encore insuffisantes et il ne suffit pas de proclamer que nous avons raison, notre parti a jusqu’à présent joué un rôle prépondérant, sans semer d’illusions ni revenir sur les conditions de combat du moment. Le travail mené sans illusions avec l’Union patriotique et le Commandement d’approbation a été totalement correct et la lutte continue, mais notre plus grande autocritique est justement que, malgré de nombreux efforts, nous n’avons pas pu consolider une importante frange d’opposition populaire, compte tenu de l’idéologie de dispersion des «forces de gauche», de l’influence de la pensée petite-bourgeoise, du libéralisme et de l’ignorance d’une grande partie des masses populaires.

Nous réaffirmons que la défaite de l’Approbation n’est pas la défaite de la gauche, mais plutôt la défaite de la social-démocratie, de ces secteurs qui se camouflent en gauchistes, mais qui sont fonctionnels au capitalisme, avec une façon de faire de la politique assez caudilliste, mesquin et raccourcir le chemin en rejoignant le gouvernement néolibéral de Boric, pour la même raison, est la défaite de ceux qui se sont éloignés des drapeaux de la dignité populaire et de la souveraineté nationale.

LA VOIE A SUIVRE

A partir des forces du Parti et de ses organisations alliées, nous devons construire un véritable pôle de gauche, donc nous devons arriver avec des propositions, des idées et nous enraciner dans les organisations de travailleurs en général, d’habitants, d’étudiants, de paysans, d’autochtones, etc. ., pour comprendre, assumer et soutenir un projet patriotique, populaire et révolutionnaire. Nous devons gagner le respect de larges secteurs sociaux, par un travail coutumier et cohérent. Affrontez et démasquez ces partis et dirigeants néolibéraux qui continuent de travailler pour diviser la classe prolétarienne et les peuples du Chili, de continuer à leur infliger des défaites pour les exploiter et les opprimer.

On sait que les néolibéraux de l’ancienne droite Pinochet et de la nouvelle droite concertatrice se frottent les mains et s’apprêtent à ne pas faire place à un nouveau processus constitutionnel participatif ; au contraire, ils chercheront à imposer l’option de une commission d’experts, nommés triés sur le volet pour eux, excluant le protagonisme populaire, qui en pratique sera une nouvelle cuisine, approfondissant davantage la composante néolibérale de l’économie comme axe directeur de la magna carta nationale.

Face à cette situation nouvelle, il faut absolument redoubler d’efforts et élever avec toutes les forces populaires la juste politique d’une VÉRITABLE ASSEMBLÉE CONSTITUANTE, promue et soutenue du protagonisme populaire, de la mobilisation constante du peuple, pour que celle-ci soit réellement un mécanisme délibération de souveraineté nationale et populaire. C’est la seule voie qui puisse nous conduire à la satisfaction progressive des nombreuses revendications encore en suspens, et que même le projet constitutionnel voté lors de ce plébiscite a ignoré : la souveraineté totale et l’utilisation stratégique des ressources naturelles et l’industrialisation nationale.

Nous, communistes, devons comprendre que seul un GOUVERNEMENT PATRIOTIQUE POPULAIRE garantira la réalisation d’un véritable processus d’Assemblée constituante pour une nouvelle Constitution, qui place au centre les revendications d’une nouvelle patrie, qui a pour objectif de surmonter la crise économique actuelle modèle et leurs supports. Une nouvelle constitution ne sera jamais réalisée sous un gouvernement néolibéral anti-populaire, lâchement réformiste et pro-impérialiste.

La voie se précise et les défis sont nombreux, les communistes regroupés au sein du Parti communiste chilien (Action prolétarienne) lorsqu’ils mènent une analyse scientifique ne peuvent nous conduire à la démoralisation et à l’évanouissement, typiques d’une crise de colère de l’individualiste qui ne résiste pas à une dure test ou une pilule amère, au contraire nous réaffirmons notre engagement que la classe prolétarienne doit s’emparer du pouvoir politique, vaincre révolutionnairement le capitalisme néolibéral au Chili, l’établissement d’une société supérieure : le socialisme.

Le combat pour la Refondation du Chili continue et est plus que jamais d’actualité !

Pour une Nouvelle Patrie , Souveraine, Populaire et Socialiste.
Assemblée constituante pour une nouvelle constitution !

Secrétariat politique du Comité central du Parti communiste chilien (Action prolétarienne) PC(AP)

Tout ce scenario avait été prédit dans ses analyses par l’ Historien Gabriel Salazar

2 Comments

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.